Ce n’est désormais plus qu’une question de jours avant que le nouvel avion de combat embarqué de l’aéronavale américaine ne soit déclaré IOC (pour Initial Operating Capability) ouvrant ainsi la voie à son entrée officielle en service. De ce fait depuis environ trois semaines les avions et équipes de l’escadron VFA 147 s’exercent entre la Californie et l’océan pacifique aux diverses manœuvres nécessaires. Pour le bien de ces ultimes opérations de validation des Lockheed-Martin F-35C Lightning II ont été embarqué à bord du porte-avions USS Carl Vinson. Une campagne à la mer et au-dessus des terres qui s’est déroulée quasiment sans qu’aucun média aéronautique ne s’y intéresse.

C’est depuis NAS Lemoore dans le centre de la Californie que ces essais précédant la déclaration IOC ont débuté à la mi-novembre 2018. Là les Lockheed-Martin F-35C Lightning II de l’escadron VFA 147 ont été soumis à une série de tests à toutes les altitudes envisageables, mais également en configuration de combat. Le relief accidenté de l’ouest américain s’est particulièrement bien prêté à ce type d’exercices.

Quelques jours plus tard changement de décor et direction les hangars et le pont d’envol de l’USS Carl Vinson. Le porte-avions américains faisait alors des ronds dans l’eau à quelques dizaines d’encâblures des côtes californiennes. Les pilotes de F-35C Lightning II ont débuté par des séries de touch-and-go sur le navire puis ont enfilés les missions de vol moyenne durée. Ils ont pu bénéficier d’une météo particulièrement clémente, favorisant ainsi les opérations sur le pont d’envol.

L’objectif désormais, à l’horizon janvier ou février 2019 est donc l’IOC ouvrant la possibilité pour l’aéronavale de mettre enfin en service les Lockheed-Martin F-35C des escadrons VFA 125 et VFA 147. Ce qui impliquerait qu’enfin l’aéronavale pourrait rattraper son retard sur l’US Air Force et dans une moindre mesure sur l’US Marines Corps en disposant enfin de ses premiers avions furtifs ! Trente cinq années sépareront l’entrée en service dans la première des F-117A Night Hawk (désormais d’ailleurs retirés du service) et les F-35C Lightning II dans l’US Navy.
Pour mémoire à terme ce sont 260 de ces avions qui voleront sur les porte-avions américains sous les couleurs de l’aéronavale américaine, et ce en remplacement des McDonnell Douglas F/A-18C/D Hornet.

En fait on s’est rendu compte depuis plusieurs mois qu’à la différence des F-35A et F-35B le F-35C ne semblait pas intéresser une bonne partie des médias (et non de la presse) aéronautiques. Il faut dire qu’à la différence des deux autres versions celle-ci n’enregistre finalement que peu de retards réels, très peu d’incidents, et réussit même le tour de force de réaliser toutes ses phases d’essais sans aucun problème majeur. Autrement dit ce n’est vraiment pas un avion adapté pour les médias web qui se sont fait une spécialité de surfer sur le F-35 bashing.
En fait cette campagne pré-IOC du F-35C est d’une banalité assez courante, et du coup paradoxalement complètement passionnante. On aurait presque aimé, nous autres aérophiles, qu’il en soit de même pour les deux autres versions.

Photos © US Navy

Publicité

12 COMMENTAIRES

  1. Une chose m’étonne quand même avec cette version, c’est qu’elle n’ai pas de canon, ou alors en pod, ce qui mettrait à mal sa furtivité, Ce qui est quand même l’avantage principal de cet avion. Apparemment les leçon du Phantom ont été oubliées.

    • Il me semble que c’est la version B (STOVL) qui n’a pas de canon. Pas la place avec toute la tuyauterie.
      Mais quoi qu’il en soit pour allonger la portée, surtout pour des avions de la navy il faudra des reservoirs externes.

      • Seulement la version A possède un canon gatling de 25mm en interne et 180 obus. Les versions B et C peuvent avoir le même avec 220 obus mais seulement en nacelle externe.

  2. Les F-35C doivent remplacer les Hornet, donc sur les PA americains il y aura désormais d’embarqués, un mix F-35C et Super Hornet.
    Y aura-t’il une nouvelle commande pour remplacer les Super Hornet d’ici 2030 ? Car aujourd’hui l’US Navy possède dans les 900 F-18 Hornet, Super Hornet et Growler sur ses PA.

    • Il est fort possible que des Advanced Hornet viennent remplacer à terme les Super Hornet. La Navy n’a jamais à ce jour effectué de commande laissant imaginer du 100% F-35 sur ses porte avions . Ce sera un Mix F-35C + Super Hornet

      • Ca serait pas bête, ils pourrait utiliser les F/A 18 pour les missions de bombardement intense, appuie au sol et de défense aérienne, et les F-35C pour les opérations furtive.

    • La Navy a toujours trainée des pieds pour s’équiper de F-35, elle préfère les bi-réacteurs et les avions ayant un long rayon d’action. De plus cette version contrairement a ce que dit l’article a eu son lot de problèmes dont le plus gros est une crosse d’appontage inefficace et sa remplaçante qui mettait à mal la furtivité, cela a couté de longs mois de retards..

  3. C’est kif kif certes sur carburant interne du moins, mais avion lourd je suis ne suis pas d’accord. Il a beau ressembler à un avion pataud et pourtant à vide il pèse autant qu’un Super hornet. Neanmoins pour avoir un rayon d’action comparable, le F-35 doit embarquer 2800 kg de carburant de plus que le F-18 ( 9100 kg contre 6300 kg uniquement en interne ). C’est tout autant d’armements en moins.

  4. Ses grandes ailes dégradent un peu plus une manœuvrabilité déjà pas extraordinaire.
    Quand a ses problèmes et ses retards je dirais que la crosse d’appontage malle placée a donné des sueurs à LM.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom