L’évènement a été fêté comme il se doit dans le pays, avec la présence des plus hautes autorités civiles et militaires. Les deux premiers avions de combat multi-rôles Lockheed-Martin F-35A Lightning II sont arrivés ce lundi 10 décembre 2018 sur la base de Williamtown. Pour la Royal Australian Air Force il s’agit du premier pas vers le retrait du service des McDonnell Douglas F/A-18A/B Hornet en service depuis les années 1980. À terme ce sont 72 exemplaires de cet avion américain de nouvelle génération qui voleront sous la cocarde frappée du kangourou bondissant.

Pour autant ces deux avions, codés A35-009 et A35-010, ne sont pas les premiers Lockheed-Martin F-35A Lightning II à entrer en service dans la Royal Australian Air Force. En effet sept autres exemplaires, antérieurs, volent actuellement à Luke AFB en Arizona afin de former les futurs pilotes et mécanos. C’est sur cette base de l’US Air Force que la très grande majorité des personnels appelés à œuvrer sur F-35A sont en formation. À tel point même qu’elle a reçu le sobriquet de «Lightning II High School».

Bien entendu ces deux premiers jets de combat ne vont pas immédiatement remplacer les plus anciens des McDonnell Douglas F/A-18A/B Hornet en service dans le pays. Ils doivent d’abord réaliser une série de vol d’entraînement… et attendre d’être rejoints par d’autres F-35A Lightning II.
Ces avions vont désormais appartenir au N°3 Squadron de la RAAF, une unité au passé prestigieux puisqu’il remonte à la Première Guerre mondiale et plus précisément à l’année 1916. À l’époque l’unité volait sur des biplans de reconnaissance Royal Aircraft Factory RE.8. Par la suite cet escadron a participé aux combats de la Seconde Guerre mondiale sur Curtiss P-40 Warhawk puis North American P-51 Mustang. La guerre froide a été le synonyme du Commonwealth CA-27 Sabre puis du Dassault Mirage IIIO, et enfin des actuels McDonnell Douglas F/A-18A/B Hornet. Autant dire que ces nouveaux Lockheed-Martin F-35A Lightning II rejoignent une prestigieuse lignée d’avions de chasse ayant marqué l’histoire aéronautique.
Pour mémoire la base de Williamtown où est basé le N°3 Squadron est sise en Nouvelle-Galles du sud, le plus peuplé des états australiens.

En fait l’arrivée de ces nouveaux avions de combat s’inscrit dans une politique vaste de modernisation des moyens de la Royal Australian Air Force. Celle-ci avait été amorcé avec l’achat d’avions de combat et de guerre électronique Boeing EA-18G Growler ou encore d’avions-espions Gulfstream G550AEW. Clairement l’Australie souhaite demeurer encore longtemps la puissance régionale qu’elle est logiquement sur l’Océanie.
Espérons que les Lockheed-Martin F-35A Lightning II l’y aideront.

Photo © Lockheed-Martin

 

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • 11 sans Canada (sûrement sur les clous du moins), et sans Turquie car peut-être commande annulée de force pour cause de commande de S-400 russe. Et oui le F-35 va être l’avion de chasse le plus courant dans le monde pour les 40 prochaines années. Exactement comme nous avons connu pour le F-16.

      • Nombreux sont les spécialistes qui pensent que l’Allemagne aussi pourrait se laisser séduire par le F35, avec quelques exemplaires pour remplacer ses Tornados d’ici à 2025, mais juste assez pour ne pas sortir du SCAF, qui lui est destiné à remplacer les EF 2000 prévu d’ici à 2040/45 plutôt.
        Du coup, il n’est pas impossible que dans 5 ans, les rares pays occidentaux qui ne posséderont pas de F35 ne pourront pas participer à des campagnes en coalition pour des questions d’interopérabilités voir d’integrations

        • Une fois encore le nouveau vous êtes dans la pure spéculation, je dirais même dans la science-fiction. Franchement avancer, et je vous cite : « il n’est pas impossible que dans 5 ans, les rares pays occidentaux qui ne posséderont pas de F35 ne pourront pas participer à des campagnes en coalition » c’est faire preuve d’un manque d’objectivité criant, voire d’un accès de paranoïa. Mais bon avec vous dès que l’on aborde le cas du F-35 Lightning II on peut s’attendre à tout et surtout au moins crédible possible !

  1. Et dire que Robert Behler, le directeur des essais du Pentagone estime que le F-35 n’est pas encore apte aux tests de combat (IOT & E) et les repoussent de mois en mois.

  2. J’espère qu’ils seront aussi exigeant qu’ils ne l’ont été avec le Tigre. Parce que vu les problèmes actuels du F-35 ce serait culotté de ne rien dire alors qu' »ils ont été très très critiques avec le Tigre au point même de les revendre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom