Coup de tonnerre dans les relations entre Jerusalem et Washington. Ce jeudi 6 décembre 2018 le gouvernement américain a annoncé avoir refusé la vente de douze avions de combat General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon par l’état hébreu à la Croatie. Il s’agissait d’avion de seconde main qui aurait permis de rajeunir efficacement et à moindre coût une force aérienne utilisant encore d’antédiluviens Mikoyan-Gurevitch MiG-21 datant de l’ère soviétique. En fait les raisons de ce revirement de l’administration Trump sont assez troubles.

Car quand en mars 2018 le contrat est annoncé entre la Croatie et Israël les États-Unis ne trouvent rien à y redire. Et même l’US Air Force s’en félicite puisque depuis avril 2009 ce petit pays européen est membre de l’OTAN, et donc allié de l’Amérique.
D’autant qu’en face elle n’était pas sur les rangs !

Alors pourquoi un tel revirement ? En fait il est venu en deux temps et pourrait bien être un signal fort envoyé par l’administration Trump après sa victoire aux élections de mi-mandat. En effet si c’est la Maison Blanche qui a lancé le coup de grâce c’est bien du Sénat qu’est partie la décision d’interdire cette vente de douze General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon israéliens aux aviateurs croates. Un véto lourd de conséquence.
Les sénateurs républicains ont semble t-il succombé aux arguments du Secrétaire à la Défense James Mattis depuis longtemps hostile à toute vente de matériels américains de défense de seconde main. Alors même que le Secrétaire d’État Mike Pompeo était lui plutôt très satisfait du contrat israélo-croate.
Pour autant les motivations de ce refus sont encore très nébuleuses. Les équipes de Mattis parlent d’avionique et d’armement sensibles qu’elles ne voudraient pas voir tomber entre n’importe quelles mains. Les militaires croates apprécieront.

Toujours est-il que déjà Heyl Ha’Avir a riposté, presque comme si elle s’attendait à cette réaction américaine, en proposant aux Croates des F-16A/B suffisamment anciens pour éviter de tomber sous le coup des sanctions du Sénat américain. Et afin de les rendre plus efficaces les Israéliens proposent de les moderniser eux-même avec de l’avionique et de l’armement de facture locale et totalement compatible avec les normes de l’OTAN. Une forme cependant de pis-aller auquel il n’est pas certains que l’état-major croate réponde par l’affirmative.
D’autant qu’une requête a officiellement été déposée par la diplomatie de ce pays européen auprès de la Maison Blanche.

Du coup on peut aisément se demander s’il s’agit d’une annulation pure et simple ou bien d’un retard dans le contrat. Quoiqu’il en soit c’est une très mauvaise nouvelle pour Israël et ses ambitions de pouvoir revendre d’anciens aéronefs d’origine américaine.

Photo © Heyl Ha’Avir

Publicité

17 COMMENTAIRES

      • Comme avion aussi polyvalent qu’un F-16 C/D il y bien des Mirages 2000-9 qui leurs iraient comme un gant et les EAU en ont. Sinon il y a la version RDI S5 qui est la version la plus polyvalente du 2000C mais la France n’est pas prête de s’en séparer.

      • Louer des Gripen, comme la Rep. Tchèque et la Hongrie, est la meilleur solution pour ces petits pays. En plus, il y a moyen de mutualiser la maintenance et la formation des pilotes pour encore réduire la facture.

        • A mon sens également, la location de Gripen est la solution les plus adaptée à ces petits pays ex-soviétiques pour être OTAN-compatibles, car clés en main (formation des personnels / armement compris), financièrement convenable… et européenne.
          République Tchèque et Hongrie ont renouvelé leur contrat Gripen au-delà de 2025 (la Hongrie en sera propriétaire à l’issue du contrat), donc c’est bien que l’affaire semble intéressante.

      • Ce n’est pas parce que vous êtes un pays européens que vous devez forcément acheter européen, il existe aussi des volontés nationales propres et des besoins tactiques.

        • Un pays européen n’est pas obligé d’acheter européen. Mais l’indépendance politique d’une nation est OBLIGATOIRE, ou alors elle perd sa souveraineté. Nous savons tous que les USA ont une vision souverainiste du monde.. Faut il les blâmer? Nous ferions surement de même si nous étions américains..

        • Juste un petit point de pure forme : ne vous sentez pas obligé d’écrire en majuscule certains mots pour être sûr d’être lu. Ici nous respectons suffisamment les commentaires des uns et des autres pour les lire jusqu’au bout. Ce n’est pas parce que vous écrirez en majuscule que vous réussirez à mieux convaincre vos interlocuteurs.
          D’avance merci. 🙂

        • Bonsoir, et bien je me vois fort surpris de cette apostrophe. Je ne cherche nullement à convaincre. Juste à argumenter mon avis
          Il est vrai qu’il fut un temps la majuscule était synonyme de « parler fort ». Mais de ce temps là tout le monde se tutoyait sur la toile: nous n’étions qu’un nombre d’initié.
          Par contre il serait bien de reprendre à nouveau certaine(s) personne(s) dont les commentaires n’ont pour but que commenter négativement les post des autres. Je me tiens à votre disposition en « MP » pour vous détailler mon propos. L’argumentation n’a pour but que d’ouvrir l esprit. Trop de site sont partis en sucette malgré leur qualité.

        • Pas de message privé, je n’ai pas de secret pour les autres lecteurs. Vous avez été averti, la prochaine fois ce sera la modération.

    • Tout produit provenant des USA, reste sous la coupe des lois et influences américaines.
      De plus tout usage de matériel militaire américain ne peut être utilisé dans des opérations qu’avec l’accord des USA.

      • Tout à fait, Voltaire. D’une manière générale, on le sait, avec les gros contrats d’armement un achat implique intrinsèquement de bonnes relations entre nations et un partenariat politique / stratégique avec le fournisseur du matériel, car en cas de brouille ou de guerre, l’Histoire a montré que des mesures de rétorsion étaient systématiques.

        C’est d’ailleurs pour s’affranchir d’un embargo sur les Mirage5 que par le passé, Israël choisit de développer localement le Nesher / Dagger puis le Kfir à partir des Mirage 3 dont ils empruntaient la grande majorité de la cellule, et qu’ils vendirent de surcroit par la suite à quelques autres pays au grand dam de l’état français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom