C’est sans doute avec le DHC-6 Twin Otter le plus célèbre aéronef canadien de l’Histoire. Ce samedi 22 mai 2021 l’avion d’entraînement élémentaire De Havilland Canada DHC-1 Chipmunk souffle ses 75 bougies. C’est en effet le mercredi 22 mai 1946 que cet avion mythique a réalisé son premier vol. Aujourd’hui quelques-uns des 1284 exemplaires produits volent encore, et pas uniquement lors de meetings aériens.

Sous les couleurs du Royaume-Uni…

Objectivement parlant le De Havilland Canada DHC-1 Chipmunk fut un avion révolutionnaire. Il agrégeait en lui toutes les avancées technologiques de la Seconde Guerre mondiale en matière d’avion d’entraînement élémentaires, et rejetait tous les défauts possibles. Il était aussi facile d’emploi que les biplans qu’il remplaçait tout en étant plus robuste, plus facile d’entretien, et surtout plus aisé à prendre en main par les jeunes pilotes. Il permettait à ses derniers de se former directement sur un avion à aile basse cantilever à une époque où cette architecture était devenue la norme.

En matière d’architecture pourtant le DHC-1 Chipmunk n’avait rien de révolutionnaire. Il reprenait les codes de certains de ses prédécesseurs comme le Bücker Bü 181 Bestmann, le Fairchild PT-19, le Klemm Kl 35, ou encore le Miles M.14 Magister. On peut dire qu’ils furent tous passer dans un shaker et que le cocktail qui en ressortit donna naissance au DHC-1 Chipmunk. Il avait toutes les qualités de ces quatre avions sans leurs défauts.

Preuve en est que les ingénieurs canadiens avaient particulièrement bien travaillé : le De Havilland Canada DHC-1 Chipmunk devint rapidement un des principaux avions d’entraînement de la jeune Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Des pays membres comme la Belgique, le Canada, le Portugal, et le Royaume-Uni l’adoptèrent. Le Portugal d’ailleurs en fait encore voler quelques-uns à titre militaire de nos jours pour la sélection en vol et l’entraînement à la voltige aérienne. L’avion connut aussi le succès auprès de nations en voie de développement en Afrique, en Asie, et au Proche-Orient.

… ou celles de l’Irlande.

Aujourd’hui pourtant c’est principalement dans les meetings aériens ou au sein des collections des musées aéronautique qu’on peut le plus facilement rencontrer ce sympathique petit avion d’entraînement militaire. Le DHC-1 Chipmunk est souvent considéré par ses propriétaires comme un warbird bon marché, idéal pour les collectionneurs peu fortunés.
Dans le civil cet avion a su également, notamment en Amérique du nord et en Europe occidentale, jouer les travailleurs du ciel. L’épandage sur cultures fut une de ses spécialités entre les années 1960 et 1990. Même Tintin a volé sur cet avion… c’est dire s’il est mythique.

Photos © Wikimédia Commons.

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. La plus grosse concentration de DH-C1 Chipmunk en France se fait en temps normal ( hors COVID ) à Abbeville (au cours du » BullChipMeet » .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom