C’est l’avenir à moyen terme du chasseur omnirôle français. Le ministère des armées a notifié ce lundi 14 janvier 2019 le lancement du programme de la version F4 du célèbre avion de combat biréacteur Dassault Aviation Rafale. À terme ce sont cinquante-huit avions qui seront produits ou modifiés à ce standard annoncé comme encore plus polyvalent. Pourtant il n’a rien d’une surprise puisqu’il était annoncé dans la loi de programmation militaire 2019-2025.

C’est au cours d’une visite des ateliers de Dassault Aviation à Mérignac dans la banlieue bordelaise que madame Florence Parly, ministre des armées, a annoncé le protocole d’accord avec l’avionneur. Son patron, Eric Trappier, était bien évidemment présent aux côtés de la représentante du gouvernement.

Les premiers Dassault Aviation Rafale seront livrés au standard F4 à partir de mi-2025. Si trente d’entre-eux seront construits de zéro (à condition qu’ils soient commandés comme prévu entre 2022 et 2023) les vingt-huit autres exemplaires seront transformés depuis des avions plus anciens. Car lors de l’entrée en service de ces avions ils commenceront à remplacer les plus anciens des Rafale F3-R.

Mais au fait en quoi est-il si nouveau ce Rafale F4 ?
En fait c’est surtout au niveau de l’avionique et de l’armement que les changements vont se faire ressentir. On comptera notamment la modernisation du radar à antenne active RBE2-AESA et de la nacelle d’illumination laser Talios. Deux équipements développés et produits par le géant européen Thales. Niveau armement le futur Rafale F4 devrait voir la généralisation des munitions A2SM de facture française en lieu et place des GBU-12 d’origine américaine actuellement en dotation principale. Le futur missile air-air MICA-NG devrait quant à lui remplacer sur les versions les plus anciennes, mais pas avant 2026-2028.

À priori pourtant le standard Rafale F4 ne devrait exister que dans les rangs français. En effet si en 2025 il sera incontestablement encore proposé à l’export il ne sera plus le nec plus ultra que les responsables français tentent de vendre à l’étranger. Ce Rafale F4 affrontera alors notamment des Lockheed-Martin F-35A Lightning II qui seront alors largement combat proven. Mais rien n’est impossible.

Photo © ministère des armées.

Publicité

24 COMMENTAIRES

  1. Et pourquoi pas une version F4C avec une avionique et système d’armement répondant aux exigences de l’Aviation royale canadienne ? Depuis que Trump est au pouvoir, les relations canado-americaines se sont refroidies. Je reste convaincu que Dassault manque une belle occasion. Le gouvernement fédéral sait fort bien que le F-35 serait un choix très impopulaire chez les électeurs. De plus, c’est un avion loin d’être « combat proven » et suffisamment polyvalent. À preuve, même les Américains vont conserver encore fort longtemps d’autres avions de combat dans leur forces aériennes.

  2. La généralisation des munitions A2SM de facture française certes mais justement le but de l’utilisation des gbu-12 c’est leurs coûts moindre. Si on pourrait bombarder avec 100% de A2SM ont le ferait surement mais avec le coût d’une A2SM ont peut se fournir de 3 ou 4 gbu-12. C’est la que la future bombe légère (et à bas coût) BAT-120 GL sera intéressante. Safran prépare aussi une nouvelle bombe, la A2SM évolution, 30% moins chère que les actuelles.

  3. Bonjour Arnaud . Quand vous dîtes qu’il sera en mauvaise posture face à un f35 arrivé à pleine maturité : c’est votre conclusion ,car quand on sait que les usa vont préférer un f15 modernisé (pour la supériorité aérienne) ,je me dis qu’un rafale doté des technologies les plus modernes n’a pas à rougir. Je suis sur qu’il restera un bien meilleur vecteur d’armes que cet avion mal né et sorti au forceps dans la douleur du centre de Lockheed Martin.

    • Vous ne regardez que la partie des faits encourageants vos impressions.
      Déjà pour rappel le F-35 remplace de base le F-16, le F-18 et le Harrier.
      Donc pas de rapport direct avec le F-15. Par contre ce nouveau F-15 est conçu pour voler avec les F-35 .
      Concernant le Rafale, oui il y certains soucis comme la furtivité passive qui ne seront pas réglés par un nouveau standard.

      C’est pour cela que le successeur du Rafale est lancé …

      • La furtivité passive est lié à la forme et aux produits appliqués à la surface des cellules des avions,l’évolution est limité, la signature radar de l’avion n’évoluant peu dans le temps.
        Par contre nouveaux algorithmes, puissances de calculs de plus en plus puissantes, échange des capteurs faciles, les radars évoluent très vites et une nouvelle génération sort tous les 10 ans. En novembre 2018 le Pentagone a sorti un rapport annonçant que la doctrine du tout furtivité devait être révisée.

      • Justement sur ce sujet vous devriez lire l’un des derniers Air&cosmos qui parle de la nouvelle génération de capteurs chinois issues du spatial. Ces capteurs ont la capacité de voir à travers les nuages dans l’infrarouge et de rendre caduc toute furtivité active.
        Au final la « furtivité » ne restera efficace que face à des adversaires de seconde zone. C’était déjà ce qui était annoncé il y a près de 10 ans par les spécialistes français et russes: la furtivité progresse nettement moins vite que les capteurs et radars. Au final mieux vaut investir dans l’électronique facilement mise à jour plutôt que dans une furtivité qui dégrade en plus les performances de l’appareil.

      • J’avais lu d’ailleurs qu’il était question au standard F4 d’intégrer des A2SM 1000kg, afin d’obtenir une alternative à la GBU24 d’une tonne (basée sur la Mk84) qui équipe déjà nos Rafale et 2000D.
        L’avantage du kit A2SM étant la portée accrue par rapport aux Paveway classiques.

  4. Je tient a rappeler que nos rafales sont partie en teste de combas aerien au us avec des raptor et les raptor on vraiment beaucoup de mal a tiré des rafales pour ainsi dire les rafales on mit une deculotter au raptor les scores sont incroiyable! Pour dire la verité je croiyait que les raptors allais nous marchés dessus, c est completement l inverse qui c est produit.
    Le rafale est une vrai machine de guerre

    • Pour mémoire la presse spécialisée avait largement souligné à l’époque que l’US Air Force avait certainement demandé la retenue aux pilotes des F-22A Raptor face à leurs homologues français afin de ne pas divulguer les capacités réelles du chasseurs de supériorité aérienne de Lockheed-Martin. Il aurait été intellectuellement honnête de le rappeler aussi Herve. Non ?

      • Un peu facile comme explication. On peut dire pareil pour le Rafale, qu’il s’est retenu pour ne pas divulguer ses réelles capacités. Si les deux camps jouent à ça on ne saura jamais ce que valent vraiment leurs machines.
        Une explication de l’USAF à l’époque était que les F-22 était gênés dans leurs manoeuvres par les reservoirs larguable qu’ils emportaient sous les ailes sauf qu’en réalité ils en emportaient aucuns. Vu grâce au capteur optronique secteur frontal. Néanmoins cette bataille a eu lieu dans un environnement restraint, les deux machines sont très maniables. On ne sais pas ce qu’il serait advenu en BVR.

        • Cette histoire des bidons d’ailes ayant soit-disant dégradé les performances des Raptors lors des fameux « 5 matches nuls et une défaite » des Rafale face aux F22 en combat WVR a été longtemps moquée, car en effet l’OSF des Rafale montrait bien des F22 en configuration lisse. Pourtant, malgré l’irréfutabilité des images, certains de mauvaise foi continuaient à clamer un handicap au Raptor.

          Pour ce qui est du BVR, ma foi en 2009 quand cela a eu lieu, avantage très net au Raptor, sans l’ombre d’un doute meilleur couple lanceur / missile. Aujourd’hui encore, même si le Rafale est à un nouveau standard avec un meilleur radar que précédemment et une capacité FOX3 désormais similaire (Meteor contre AIM-120D), c’est à qui accrochera l’adversaire le premier pour lancer son missile, et il m’est avis que le F22 est encore devant.

          Cela dit, les capacités réelles du Meteor -comme l’Aim-120D- sont tellement critiques que l’on ne sait que peu de choses sur lui (c’est bien compréhensible).
          A l’instar du MICA EM (ce qui avait été testé en conditions réelles), via la liaison 16, il est possible de le lancer sans avoir accroché la cible au radar de bord via le relai d’un autre appareil (AWACS ou autre Rafale). Et sachant cela, je me demande s’il ne serait pas possible, à l’instar d’une torpille, d’être lancé sans solution de tir dans l’azimut supposé d’une cible, puis qu’une fois plus proche de l’adversaire, le missile détecte celui-ci sur son radar actif et le prenne en chasse en envoyant des informations à l’avion tireur qui déciderait de la marche à suivre pour l’interception finale. Ahhh, les spéculations du combat BVR, c’est pour cela qu’on entraine toujours les pilotes au combat canon 😛 .

          Quoi qu’il en soit, les radars font bien plus de progrès que la furtivité passive des avions, donc le Rafale a encore une marge de progression en la matière.

    • Le M-88 va bénéficier d’une modernisation et passer au M-88-2.
      L’incrément concerne surtout les optimisations du moteur pour améliorer la maintenance et la longévité.
      (corrigez moi si je dis des conneries … )
      (Cela dit, je ne serais pas contre un surcroît de puissance non plus … )

  5. En bvr avec des meteors et le standard f3r ,un pilote de 2000 m’a dit que le couple était imbattables pour le moment.
    Maintenant Arnaud il se peut que nos pilotes soit chauvins .

  6. Car pour comparer deux avions , il faudrait les comparer avec les mêmes missiles ( ex: f16 vs f15 ,les deux avec am120) , ( Eurofighter vs gripen les deux avec meteore)… Dans le cas où l’armement diffère : la comparaison s’étend au couple que forme l’avion et le missile . C’est l’ensemble du système d’arme qui est supérieur à l’autre et non plus seulement le vecteur ( l’avion).
    Maintenant il faudra attendre les f35 englais avec les météores .
    Enfin ce n’est que mon avis de profane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom