Certains experts russes annonçaient un contrat bien plus important pour l’Arménie, finalement il est réduit au strict minimum. Ce jeudi 31 janvier 2019 le ministère arménien de la défense a confirmé avoir commandé, pour un montant estimé aux alentours de cent millions de dollars, un lot de quatre chasseurs multirôles Sukhoi Su-30SM auprès de son allié russe. Ce contrat était en fait en pourparlers depuis 2012 et économiquement très avantageux pour ce nouveau client. Initialement ce sont douze avions de combat de ce type qui étaient prévus d’être vendus par Moscou !

Ces quatre Sukhoi Su-30SM seront livrés dans le courant du premier semestre 2020. Ils deviendront alors les premiers véritables chasseurs arméniens, ce pays n’ayant jamais eu d’autres moyens de combat propres que leurs dix Sukhoi Su-25 acquis en 2004 auprès de la Slovaquie et leurs quinze Mil Mi-24 achetés entre 1995 et 2011 auprès de la Russie. Par ailleurs cette petite aviation militaire utilise une demi-douzaine de vieux Aero L-39 hérités de l’occupation communiste. Justement depuis sa libération du joug soviétique l’Arménie n’a pas vu le moindre chasseur sur ses bases, le dernier Mikoyan MiG-29 ayant rejoint la Russie en 1992.
Ce sera donc bien plus une naissance qu’une renaissance.

L’avionneur Sukhoi a annoncé avoir vendu les avions au tarif intérieur, c’est à dire celui théoriquement destiné uniquement à l’aviation russe. Une procédure exigée depuis 2012 par Moscou au profit de cet allié indéfectible. En fait depuis le début des années 2010 la petite république arménienne est totalement inféodée à sa puissante voisine russe. Pour autant la commande de seulement quatre Su-30SM peut être vécu comme un échec pour l’industrie aéronautique russe. Cet avion best-seller était en effet le meilleur compromis pour les militaires arméniens. Les moyens économiques plus que réduits ainsi que la trop grande proximité diplomatique et politique de l’Arménie avec la Russie lui ferme totalement toute chance d’acheter des avions de combat auprès des avionneurs américains et/ou européens.
Même des avions de seconde main.

Jusque là les deux plus petites commandes de Su-30 concernaient le Myanmar et l’Ouganda qui achetèrent chacun six exemplaires. Ces contrats furent passés respectivement en 2018 et 2010. Désormais l’Arménie est donc le plus petit client de ce chasseur multirôle.

Photo © OTAN

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. L’Arménie possède encore un Mig-25 mais je ne sais pas s’il vole encore régulièrement. Mais vous avez raison ce n’est pas véritablement un chasseur.
    Et puis il y a encore des chasseurs sur les bases arméniennes. Il y a constamment en Arménie entre 10 et 15 chasseurs Mig-29 russe positionnés sur la base aérienne d’Erebuni près d’Erevan qui assure la défense du territoire arménien face aux menaces turcs et azéri. Sinon pour sa défense elle possède aussi un certain nombre de missile sol-air dont des S-300.
    Bien que faible, cette commande de nouveaux chasseurs est une bonne nouvelle pour ce petit pays. De quoi rééquilibrer un peu la balance face à l’Azerbaïdjan avec qui elle est régulièrement en querelle.

    • Croire que les MiG-29 déployés par le Russie en Arménie servent à défendre ce dernier c’est au mieux de la naïveté confondante et au pis de la mauvaise foi. Moscou y entretient des troupes uniquement pour s’assurer que le gouvernement de Erevan ne sortira pas des clous… dessinés par Moscou. Nombre d’Arméniens considèrent cette implantation plus comme une occupation militaire que comme une protection. Ce n’est pas une USAFE à la sauce russe puisqu’il n’existe aucune réciprocité entre Arméniens et Russes.
      Et enfin je n’ai trouvé aucune trace de votre MiG-25 arménien, je serais curieux d’en savoir plus !

      • Officiellement l’Arménie possède encore dans ses inventaires un Mig-25 PD, mais en réalité il ne serait plus en état de voler depuis un certain temps. Allez voir sur Google Maps il est visible sur le tarmac de l’aéroport Shirak à Gyumri aux côtés des L-39.

  2. 25M$ pièce, ça ne fait vraiment pas cher pour des appareils flambant neufs, effectivement (même si tarif exceptionnel).
    Pas étonnant, vu le delta prix par rapport aux appareils occidentaux sur le marché export, que maintes nations optent pour des micro-flottes de chasseurs russes, ou pour les très gros contrats (type Inde / Chine / Algérie), un nombre supérieur d’appareils avec la même enveloppe budgétaire (en-dehors des considérations diplomatiques, cela s’entend).

    • Certes, ce n’est pas cher à l’achat … Mais l’entretien, c’est une toute autre affaire.
      Si les offres occidentales sont plus onéreuses, c’est aussi parce qu’un suivi sérieux est assuré (certes, tant que le client paye, on est bien d’accord).

      • Absolument, absolument, avec formation des pilotes et des personnels d’entretien, et souvent de surcroit avec un package de munitions. Il n’empêche que sur le papier, les mini-contrats signés par Sukhoi prouvent que cette forme de business séduit tout de même.

        Bon, quelle est la réelle crédibilité d’une armée de l’air ayant moins de 10 appareils de première ligne, ça c’est une toute autre affaire 😉 . Personnellement, au-delà du poids opérationnel théorique pour ces nations, j’y vois surtout une démonstration vis-à-vis des pays limitrophes, bref des armes avant tout diplomatiques.

  3. Encore dans la critique stérile de tout ce qui n’est pas atlantiste ou européiste. La Russie fabrique les meilleurs avions au monde, et c’est elle qui en vend le plus, mais ça doit bien vous enquiquiner car les Sukhoi se vendent bien mieux que cette brique de F-35 Lightning 2.

    • Mmmh, si l’on fait la somme de ce qui est exporté actuellement en terme d’aviation de combat côté « atlantiste ou européiste » comparativement au côté Russe, navré, mais les chiffres sont largement en faveur des avionneurs occidentaux (et le F35 y est pour une large part, comme le F16 en son temps).

      Ceci dit, cela n’est pas nécessairement un gage de supériorité j’en conviens, car les Russes construisent de très bon avions également, personne ne le niera ici. Clamer de façon péremptoire que ce sont les meilleurs est par contre un argument stérile, il y a tellement de paramètres à prendre en compte que même des experts aéronautiques seraient bien en peine à décerner une palme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom