Pour ce nouvel opus de notre (désormais habituelle) saga direction l’Amérique du sud et plus particulièrement l’Équateur. Nous allons nous intéresser aujourd’hui à l’AEE, c’est à dire l’Aviacion del Ejército Ecuatoriano. Il s’agit donc de l’aviation de l’armée équatorienne, une force particulièrement intéressante au regard de la multiplicité des avions et hélicoptères qui la composent mais certainement un cauchemar pour les gestionnaires et mécaniciens. On ne peut pas dire que l’heure soit à la rationalisation dans les rangs de l’AEE.

Du coup focus sur cette Aviacion del Ejército Ecuatoriano mal connue de ce côté ci de l’Atlantique malgré un équipement en grande partie originaire d’Europe. On remarquera notamment qu’une partie de ses hélicoptères est construite en France mais que l’Équateur ménage la chèvre et le chou en achetant aussi bien des matériels d’origine américaine, européenne, que russe.
En l’absence de système de désignation les aéronefs vous sont présentés dans l’ordre alphabétique de leurs constructeurs.

  • L’Aérospatiale SA.315 Lama, hélicoptère de liaisons et d’évacuation sanitaire, présent à l’hiver 2019 à hauteur d’un unique exemplaire de la version SA.315B.

  • L’Aérospatiale SA.342 Gazelle, hélicoptère de reconnaissance et de lutte antichar, présent à l’hiver 2019 à hauteur de deux exemplaires de la version SA.342L.

  • Le Beechcraft Super King Air, avion de transport de personnalités et de soutien d’état-major, présent à l’hiver 2019 à hauteur d’un unique exemplaire de la version Super King Air 200.

  • Le Casa C-212 Aviocar, avion de transport tactique léger, présent à l’hiver 2019 à hauteur de deux exemplaires de la version C-212-400.

  • Le Casa CN-235, avion de transport tactique, présent à l’hiver 2019 à hauteur de deux exemplaires de la version CN-235M.

  • Le Cessna 172 Skyhawk, avion d’entraînement et de liaisons, présent à l’hiver 2019 à hauteur de quatre exemplaires de la version 172S.

  • Le Cessna 206 Stationair, avion de liaisons et d’évacuation sanitaires, présent à l’hiver 2019 à hauteur de trois exemplaires de la version 206H.

  • Le Cessna 550 Citation II, avion de reconnaissance photographique et de cartographie, présent à l’hiver 2019 à hauteur d’un unique exemplaire de la version Citation IIA.

  • L’Eurocopter AS.332 Super Puma, hélicoptère d’assaut et de soutien aux opérations spéciales, présent à l’hiver 2019 à hauteur de six exemplaires de la version AS.332B.

  • L’Eurocopter AS.350 Écureuil, hélicoptère de liaisons et d’entraînement, présent à l’hiver 2019 à hauteur de cinq exemplaires des versions AS.350B2, AS350B3, et H125.

  • L’Eurocopter AS.550 Fennec, hélicoptère de reconnaissance et de liaisons, présent à l’hiver 2019 à hauteur de deux exemplaires de la version AS.550C3.

  • L’I.A.I. Arava, avion de transport léger, présent à l’hiver 2019 à hauteur de deux exemplaires de la version Arava 200.

  • Le Maule M-7 Rocket, avion de liaisons et de remorquage de cibles, présent à l’hiver 2019 à hauteur de trois exemplaires de la version M-7A.

  • Le Mil Mi-17, hélicoptère d’assaut et de manœuvres, présent à l’hiver 2019 à hauteur de huit exemplaires des versions Mi-17H et Mi-171.

  • Le Pilatus PC-6 Turbo Porter, avion de transport léger et de liaisons, présent à l’hiver 2019 à hauteur d’un unique exemplaire de la version PC-6B2.

  • Le PZL C-145 Skytruck, avion de transport tactique léger et de soutien aux opérations spéciales, présent à l’hiver 2019 à hauteur d’un unique exemplaire de la version C-145A.

En 2018 l’Aviacion del Ejército Ecuatoriano a procédé au retrait de ses deux avions d’entraînement Nanchang CJ-6 d’origine chinoise, faute de pièces de rechange, mais également de ses avions de tourisme Cessna 182 utilisés jusque là pour l’entraînement et la surveillance. En outre les militaires équatoriens aimeraient investir dans un nouvel hélicoptère de transport tactique, comme l’Airbus Helicopters H215M Cougar Mk-2 ou encore le Sikorsky S-70I Blackhawk. De même une demi-douzaine d’hélicoptères de combat seraient les bienvenus, des pourparlers seraient depuis 2016 en cours avec des hélicoptéristes américains et chinois en ce sens.
Mais pour l’instant ce sont les crédits qui manquent.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom