Une fois encore cette guerre qui se déroule à 4000 kilomètres de Paris n’intéresse pas les grands médias nationaux. Et pourtant ce samedi 23 février 2019 l’Armée de l’Air a encore démontré sa totale adaptation au conflit contre-terroriste dans le Sahel en menant une opération de renseignement aéroporté et de frappes aériennes contre un groupe terroriste armé. Plusieurs djihadistes ont été mis hors d’état de nuire grâce à l’action de chasseurs-bombardiers Mirage 2000D. Une opération qui a en outre permis d’affaiblir les forces djihadistes dans le tiers sud du Mali.

Suite à des renseignements acquis par les forces armées maliennes un drone General Atomics MQ-9 Reaper de l’Armée de l’Air a décollé de sa base de Niamey au Niger. Sa mission l’a amené au-dessus de la ville de Mopti dans le sud du Mali et plus précisément aux abords de ses faubourgs. Là l’avion sans pilote a pu clairement identifier des combattants de la tristement célèbre katiba Macina, un groupe terroriste particulièrement sanguinaire.

Pour mémoire c’était déjà contre ce groupe de combat qu’une vaste opération avait été monté fin novembre 2018. À l’époque une trentaine de djihadistes avait été tuée, dont son chef présumé Hamadou Kouffa. Visiblement ils ont repris du poil de la bête.
La katiba Macina est une force terroriste qui dans la région de Mopti rançonne les populations civiles et tente d’appliquer à la région la loi islamique dans ce qu’elle a de plus radicale, la fameuse charia. Elle est directement lié à l’organisation pseudo-politique Ansar Dine et représente donc la branche sahélienne de Daech.

Afin d’en venir a bout l’Armée de l’Air a sans attendre dépêché sur zone deux chasseurs-bombardiers Dassault Mirage 2000D dotés chacun de deux bombes à guidage laser GBU-12. La frappe aérienne, réalisée sous la surveillance permanente du drone, a permis de tuer une quinzaine de terroristes et de détruire une grosse partie de l’arsenal local de la katiba Macina.
Pour autant les services de renseignement français et maliens se doutent forcément de la refondation prochaine de cette organisation très dangereuse.

Même si ce raid aérien peut sembler anecdotique il démontre bien la nécessité pour les forces du G5 Sahel a continuer de s’appuyer sur les moyens français. D’autant que notre pays mais aussi nos voisins directs demeurent sous la menace terroriste de ce genre de groupe armé. Au Sahel c’est donc bel et bien l’Europe que nos soldats protègent également !

Photo © ministère des armées.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Intervention française sans fin. C’est un véritable « tonneau des Danaïdes ». Est-ce qu’au moins cette mission à des résultats positifs qui laissent entrevoir une issue plus ou moins proche ? Car les années passent et les convois terroristes sont toujours présents malgré les frappes qui n’ont pas l’air de les gêner plus que ça. Normalement ce sont les armées africaines qui devraient s’en charger, comme les nations souveraines qu’elles sont, mais comme ces dernières sont moins équipées que les groupes terroristes c’est l’ancien colonisateur qui doit s’en charger.

  2. C’est une question de « réalpolitik ». Voulez-vous qu’une majeure partie du continent africain tombe sous la coupe de mouvements armés se réclamant de Daech et de la folle interprétation que ceux-ci font de l’Islam?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom