Là c’est vraiment ce qu’on appelle la poisse pour l’avionneur américain. Ce mardi 26 mars 2019 un Boeing 737 Max 8 reliant la Floride à la Californie dans le cadre d’un strict vol de convoyage a été obligé de se dérouter afin de retourner à son point de départ suite à un incident de vol majeur. La compagnie aérienne intérieure Southwest Airlines parle actuellement d’une avarie sur un des deux réacteurs de l’avion. Désormais cet avion immatriculé aux États-Unis N8712L est cloué au sol jusqu’à inspections par les experts de la Federal Aviation Administration.

Si depuis le mercredi 13 mars 2019 l’exploitation commerciale du Boeing 737 Max est suspendue aux États-Unis pour autant quelques exemplaires ont le droit de voler, à titre très exceptionnel. Il s’agit de vols de convoyages censés permettre aux compagnies aériennes de mieux répartir leurs avions sur leurs différentes plateformes. Bien évidemment aucun passager ni aucune charge de fret sur palette ne se trouve à bord.
Et c’est ce qui s’est passé ce mardi 26 mars en après-midi. Peu avant 15 heures, après vingt minutes de vol le Boeing 737 Max 8 de la compagnie Southwest Airlines a avisé le contrôle aérien d’une grave avarie sur un de ses réacteurs CFM International LEAP-1B de facture franco-américaine. Le commandant de bord du vol WN8701 a décidé immédiatement de rejoindre l’aéroport international d’Orlando en Floride d’où il était parti. Il aurait initialement dû rejoindre le Southern California Logistics Airport près de Victorville dans le sud de la Californie.

Dès lors l’espace aérien autour de l’aéroport d’Orlando fut temporairement fermé et la procédure pour accident aérien engagé. Plusieurs véhicules de lutte contre les incendies d’aéronefs attendaient le Boeing 737 Max 8 sur le tarmac. Le spectre du drame d’Ethiopian Airlines était certainement dans toutes les têtes.
Et à la surprise générale l’avion s’est posé sans trop de difficultés, le pilote ayant réussi son atterrissage d’urgence. Moins de trente minutes après le trafic aérien était rétabli normalement.

Dès lors ce Boeing 737 Max 8 est immobilisé en attendant que des experts de la Federal Aviation Administration ne l’inspecte. Boeing et le motoriste franco-américain CFM International pourraient bien eux-aussi se joindre aux investigations. Même si à priori rien ne peut relier cet incident majeur à la crise que ce type d’avion connait en raison du logiciel MCAS il est indéniable que cet atterrissage d’urgence intervient au pire moment. C’est en effet ce mercredi 27 mars 2019 qu’une importante réunion doit se tenir dans les locaux de l’avionneur pour les suites à donner à l’interdiction de vol des avions.
Dans le même temps on peut se demander si les convoyages de Boeing 737 Max ne risquent pas de s’interrompre brutalement aux États-Unis ? L’avenir très proche nous le dira.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom