L’annonce de cette annulation de contrat ce lundi 8 avril 2019 a pris tout le monde de court. La compagnie aérienne Adria Airways a décidé de ne plus commander les quinze biréacteurs commerciaux Sukhoi Superjet 100 prévus. Pour autant le transporteur national slovène n’a pas indiqué sa préférence et dans le même temps l’avionneur russe explique que cette compagnie aérienne serait fragile actuellement, sur un plan financier. Quoiqu’il en soit l’avion civil russe peine toujours autant à percer le marché commercial de l’Union Européenne.

En fait actuellement hormis une poignée d’exemplaires vendus en 2016 à la compagnie aérienne irlandaise City Jet aucun Superjet 100 n’a jamais été vendus dans les pays de l’UE. Il est d’ailleurs à signaler que suite à une utilisation jugée trop onéreuse ce transporteur a retiré tous ses exemplaires du service en janvier 2019 et les a remplacé par des Bombardier CRJ700/CRJ900 canadiens jugés plus fiables et moins chers à l’emploi.
L’annulation de commande de quinze exemplaires tombe donc au pire moment pour l’avionneur russe. À quelques semaines du salon du Bourget l’avenir s’obscurcit pour ce biréacteur commercial court-courrier de nouvelle génération.

Car en Russie on présente, à juste titre reconnaissons-le, le Sukhoi Superjet 100 comme le digne successeur des légendaires Tupolev Tu-134 datant de la guerre froide. Sauf qu’au-delà de la sphère d’influence de Moscou l’avion ne se vend nullement.
Il faut dire que la concurrence occidentale fait rage. Si cet avion russe n’a rien à craindre des best-sellers Airbus A320 Neo et Boeing 737 Max il en est tout autrement de machines plus petites. Le Superjet 100 affronte directement les Airbus A220 de facture euro-canadienne, Comac ARJ-21 chinois, et Embraer E-Jets E2 brésiliens, et va bientôt voir débarquer comme adversaires le Mitsubishi MRJ-90 japonais. Autant le dire de suite rien n’est gagné pour ses réelles chances à l’export.

Alors Sukhoi contre-attaque depuis l’annonce en déclarant, via ses porte-paroles, que l’avenir financier d’Adria Airways ne serait pas assuré. Des analystes russes auraient découverts que les comptes du transporteur seraient dans le rouge. Qui croire ? Ça chacun en fera son idée.
Pour mémoire cette compagnie est apparue en 1961, du temps de feue la Yougoslavie. Elle est aujourd’hui membre de Star Alliance au même titre que des transporteurs de renom comme Air Canada, Asiana, Lufthansa, ou encore United Airlines.

Publicité

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom