Initialement ce légendaire avion d’attaque devait être remplacé par le vainqueur du programme JSF mais force est de constater que le F-35A Lightning II n’est pas exactement adapté à ce rôle. L’US Air Force a donc décidé de faire moderniser en profondeur l’avionique du Fairchild-Republic A-10C Thunderbolt II. Il s’agit de pouvoir porter l’avion jusqu’à au moins le début des années 2040, au cas où un successeur lui soit trouvé d’ici là. C’est un formidable constat d’échec pour le Pentagone qui n’a jamais caché sa détestation de celui que les pilotes surnomment Warthog.

C’est le CICU (pour Central Interface Control Unit) autrement dit l’unité de contrôle d’interface centrale qui doit être totalement revu et rajeuni. Il s’agit ni plus ni moins que du cerveau de l’A-10C Thunderbolt II. Le CICU gère l’ensemble des données et informations délivrées en temps réel au pilote, mais également le système d’arme, ou encore les communications encryptées. C’est une sorte d’unificateur de softwares. Et les décideurs de l’US Air Force aimeraient lui redonner du punch.
En fait le CICU a un défaut principal, ce qui a précipité la décision de le faire moderniser entre 2020 et 2024 : il réagit très mal aux vibrations causées par les tirs du canon GAU-8/A Avenger. Or cette arme est considérée comme le véritable cœur de ce tueur de chars.

Pour faire simple c’est donc le cerveau et le cœur de l’avion qui ne peuvent plus œuvrer ensembles. Sauf que sans son célèbre et très puissant canon de calibre 30mm l’A-10C Thunderbolt II a déjà moins d’intérêts pour les généraux américains. Car c’est cette arme qui demeure la plus employée par l’avion en opération de guerre. Et ce loin devant les missiles air-sol, les bombes guidées laser et/ou GPS, ou encore les paniers à roquettes qui pourtant sont souvent tirés.

Pour autant, et malgré l’appui industriel de Lockheed-Martin, l’US Air Force ne dispose aujourd’hui d’aucun crédit spécifiquement alloué par l’US Department of Defense. Le Pentagone ne cache en effet plus depuis des années son rejet de ce biréacteur qu’il considère comme obsolète et trop peu polyvalent. Quand on voit que jamais son successeur désigné, le F-35A Lightning II, ne sera capable de mener ces missions (pas plus d’ailleurs que n’importe quel autre avion de l’arsenal américain) on se dit que les décideurs et généraux de l’US DoD devraient mettre un peu d’eau dans leur vin.

Quoiqu’il en soit de son futur, le Warthog a tout de même une sacrée gueule !

Car avec ce chantier de modernisation et de rafraichissement du CICU le Thunderbolt II va jouer les prolongations encore pour vingt à vingt-cinq ans. Le temps que l’industrie aéronautique américaine essaye de pondre un remplaçant, pourquoi un avion sans pilote.
En tous cas une chose est sûre : ce n’est pas ça qui va rendre l’avion un peu plus populaire dans les coursives du Pentagone.

Photos © US Air Force.

 

Publicité

19 COMMENTAIRES

  1. C’est une sacrée bestiole, complètement atypique, digne successeur du P-47. Il fait aussi penser au Il-2 Sturmovitch.
    Ça prouve en tous cas qu’un avion multirôle, bien que plus rationnel quand on parle de rapport investissement/capacités militaires, ne fera jamais aussi bien qu’un système d’arme dédié à une mission spécifique.

    • Exactement. Comme disent les anglophones, « Jack of all trades, master of none ».
      Bon dans tous les domaines, mais excellent dans aucun.

  2. « Quand on voit que jamais son successeur désigné, le F-35A Lightning II, ne sera capable de mener ces missions (pas plus d’ailleurs que n’importe quel autre avion de l’arsenal américain) on se dit que les décideurs et généraux de l’US DoD devraient mettre un peu d’eau dans leur vin. »
    Je ne partage pas cet avis. Le CAS se fera d’un façon différente certe mais cela ne veut pas dire que ce sera moins efficace. Un F-35 vole plus loin, plus vite et emporte plus qu’un A-10. Tout cela est bénéfique pour le CAS. Avec les systèmes actuels, est-ce qu’il est nécessaire de se rapprocher autant?

    J’adore l’A-10 mais je suis d’avis que cet avion n’a plus sa place dans les années à venir. Soit on est dans une guerre à basse intensité comme en Afghanistan, Liban ou encore le Mali et alors l’A-10 n’apporte pas grand chose de plus et est trop cher comparé à des avions de type Super Tucano.
    Soit on est dans une guerre de haute intensité et l’A-10 se fera déscendre en moins de deux. L’exemple de l’utilité de l’A-10 est Iraq 1991. Par contre si l’on y regarde de plus près, je trouve qu’un A-6 Intruder et ces 28 Mk 82 s’en tirait bien mieux.

    Qu’en pense les autres lecteurs?

    • Je pense que dans le cas d’un conflit basse intensité, la capacité d’emport du A-10 est nettement supérieure à celle d’un Super Tucano. Dans le cas d’un conflit haute intensité, je ne suis pas certain qu’un avion lent et aussi maniable que le A-10 soit si facile que ça à descendre avec un missile.
      Il est vrai qu’il est d’une autre génération, mais pour que les généraux US acceptent de remettre à niveau une machine qu’ils détestent depuis le premier jour, c’est qu’il a toujours sa raison d’être.

    • Au contraire. Le F-35 fait un appareil de CAS pitoyable.
      Pour commencer, son manque d’autonomie lui interdit de rester longtemps sur le théâtre d’opération, élément indispensable pour tout bon « Hog ». Ensuite, cet appareil est extrêmement manoeuvrant, même a basse vitesse, lui permettant la précision accrue INDISPENSABLE pour les opérations de CAS. Le F-35 a clairement un gros handicap sur la manoeuvrabilité, et ne sera jamais aussi efficace a faible vitesse.

      Le Wrathdog est probablement l’avion le plus blindé qui existe, pouvant encaisser de très rudes coups tout en pouvant achever sa mission. Le F-35 lui, est fragile et ne peut compter que sur son plafond d’altitude (perte de précision pour le cas) et sa plus haute vitesse (idem).
      L’emport d’un Wrathdog est considérable ! L’emport d’un F-35 est ridicule, et si on le charge a bloc, c’est son autonomie qui devient ridicule !

      Soyons honnête : Le F-35 a sa vocation en bombardier. En chasseur, c’est déjà bien plus critiquable, son manque d’agilité en faisant une cible facile pour tous les appareils de génération 4 en dogfight. Ses qualités de chasseurs sont uniquement basées sur le BVR et sa furtivité prétendue, hors celle ci ne résistera pas a prochaine génération de radar (d’ailleurs, ni a l’actuelle pour les appareils les plus récents). La multiplication des F-35 dans le monde achèvera de rendre sa signature radar connu de tous.

      Mais si il y a un domaine ou le F-35 est totalement incompétent, c’est pour le CAS ! Le Pentagone a du arriver aux mêmes conclusions pour financer une modernisation d’un appareil dont ils ne veulent plus.
      Pour moi, ceci n’est qu’une semi définition : Ce ne sont que les officiers qui sont partis liés avec les intérêts des lobbys de l’armement qui ne veulent plus de l’A-10C, probablement pour pousser des technos telles le F-35. Mais le A10-C est incroyablement populaire auprès des troupes au sols, car cet appareil est tout simplement le MEILLEUR au monde pour son objectif : le soutient aérien rapproché, et la destruction de blindés en masse. C’est un tueur de char né, doublé d’une plate forme d’artillerie, et le seul avion au monde disposant d’un canon capable de s’attaquer a des blindés modernes avec une redoutable efficacité. Sa conception même lui permet de protéger ses immenses réacteurs et son blindage lui assure une résistance accrue. Cet appareil a lui seul a presque rendu obsolète les hélicoptères d’attaque Ah-64 Apache, car il faisait le même job, mais en mieux (CF première guerre du Golfe)

      Pour moi, c’est l’un des plus bel exemple d’appareil opérationnel de l’armée américaine : Rustique, spécialisé mais polyvalent, solide, maintenable et déployable, pratique. Il est a mes yeux l’exact opposé de tout ce que représente le F-35 : Fragilité, extrême sophistication le rendant exigeant, peu pratique et inadapté aux théâtres d’opérations ou a la plupart de ses missions, non manœuvrable, peu d’autonomie, peu d’emport, cher à l’heure de vol, faible à la disponibilité opérationnelle…

      Je félicite le Pentagone d’avoir choisis de conserver ce formidable appareil au potentiel jamais inégalé au détriment de la diva des lobbys qui auraient fait perdre aux américains un avantage stratégique certain pour les opérations de CAS.

      J’ai une admiration sans bornes pour la simplicité de cet appareil.

      • « Cet appareil a lui seul a presque rendu obsolète les hélicoptères d’attaque Ah-64 Apache, car il faisait le même job, mais en mieux (CF première guerre du Golfe) »

        Essayez-donc de faire du vol stationnaire ou en crabe avec un A-10. 😛

    • Je pense pour ma part que l’A10 est encore loin de tirer sa révérence, dans le sens où l’USAF a certes longuement communiqué sur le fait que le F35 le remplacera, mais que selon moi ce cher et sensible dernier-né ne sera pas « risqué » (et c’est le mot juste) avant bien longtemps dans des conditions d’emploi similaires au Warthog. Or, pour le moment la nouvelle doctrine du CAS adaptée au F35 n’en est encore qu’à ses balbutiements, et l’A10 est de facto prolongé (sans parler du programme OA-X qui fait pencher le curseur dans la même direction, mais d’une manière un peu alternative il est vrai vu le choix de l’appareil léger à hélice). CQFD.

      Cela a été longuement débattu et re-débattu : à l’heure actuelle, il est évident qu’hormis sur les plans de la vitesse, la furtivité, et la promesse d’une grande inter-connectivité avec les autres appareils et personnels, le F35 (encore en IOC donc tout jeune) ne semble pas soutenir la comparaison avec le Warthog dans la doctrine d’emploi très spécifique de ce dernier.
      Emport, survivabilité, manœuvrabilité à basse vitesse / altitude, rusticité, coût, et dans l’emploi d’armes classiques de type roquettes et évidemment canon, l’épreuve des faits donne pour l’instant raison au vieux chasseur de chars dans les conflits récents.
      L’A10 est depuis bien longtemps désavoué par les décideurs, alors qu’à contrario il est adoré par ses équipages et les troupes au sol (qui sont à n’en point douter les plus à mêmes de juger de son efficacité), mais c’est bien la recrudescence de conflits asymétriques sans menace anti-air crédible qui justifient pour l’instant son maintien et sa modernisation à venir, n’en déplaise aux grandes huiles qui en mangent leurs chapeaux.
      Mais bien sûr l’A10 ne sera pas éternel, et il serait -soyons honnêtes- totalement inadapté aux conflits de plus forte intensité sans une maîtrise totale du ciel et appui SEAD fourni par d’autres appareils (on a vu très récemment ce que le CAS par jet en vol rasant ou hélico d’attaque donnait contre des défenses aériennes modernes de type russe ou ex-soviétiques en Crimée). Bref il est évident que le CAS se fera d’une autre manière, à terme. La transition a d’ailleurs déjà commencé.

      F35, F22 et la plupart des jets US emportent depuis quelques années la petite Small Diameter Bomb (SDB) qui permet de multiplier le nombre de frappes depuis des appareils limités en emport, ou non conçus pour ce rôle (cf. photos suivantes).
      http://www.ausairpower.net/USAF/F-22A-GBU-39B-Test-0307.jpg
      https://1.bp.blogspot.com/-mbbcdoOBOJM/WcJ9cVv0gwI/AAAAAAAAQF4/EJLRW7riAj4DBGCtkCJhh4htxf46dZdJwCLcBGAs/s1600/Boeing_orders_undisclosed_number_of_Cbham_s_BRU_61_SDB_carriage_systems_640_001.jpg
      Il y a des chances qu’une munition plus petite encore et aussi précise voie le jour, ce qui transformerait potentiellement n’importe quel appareil, même très léger (on pense à l’OA-X et aux drones), en camion à mini-bombes, rendant caduc l’argument de la grande capacité d’emport et de la spécialisation d’un type d’appareil.
      L’amélioration des senseurs, l’inter-connectivité accrue avec les troupes et des munitions peu chères et précises telles les roquettes à guidage laser et autres mini-armements intelligents à venir (je pense aux essaims de mini-drones largués par container qui sont déjà testés, ou autres solutions à faibles dommages collatéraux), la possibilité d’amer les cargos de type C130 de missiles Griffin et j’en passe, rendront également moins indispensable le vol rasant, limitant les risques pour les aéronefs, et par la même la nécessité d’une survivabilité élevée pour les appareils de CAS.

      Bref ma conclusion est la suivante : pour l’heure, et dans l’attente d’une nouvelle doctrine régissant le concept de CAS, l’A10 est LA plateforme existante et mature la plus adaptée, capable de délivrer avec précision et efficacité (dont un certain impact psychologique !) pour un risque minimal un large éventail de munitions à basse / moyenne altitude, précises comme « stupides ».
      Mais à terme, plutôt qu’un appareil spécialisé, c’est selon moi les munitions elles-mêmes spécialisées qui se chargeront du CAS, l’appareil les emportant n’étant dès lors qu’un simple vecteur, et de fait, indiscriminé. C’est là qu’interviendront le F35, mais aussi OA-X, F22, F15X, et autres Super Hornets.

  3. En effet, même dépassé technologiquement, l’heure de vol restera beaucoup moins cher sur le A 10 et sans avoir changé les moteurs!
    La capacité d’emport du F 35 deviens juste comparable en sacrifiant son principal atout: la, très cher, furtivité!
    Et nous abordons pas la disponibilité opérationnel des deux machines… sans commentaire!
    A vérifier, mais une rafale de 30 mm restera toujours moins cher qu’un missile!
    R

  4. Quel aveux d’échec pour le F-35 ! En même temps remplacer le char volant A10 par un F-35, les décideurs US était sûrement bourrés à l’époque pour prendre une telle décision. Les appareils sont diamétralement opposés. Et puis quelle idée de faire du CAS avec un monoréacteur. Si le A10 a un réacteur touché par un tir de DCA venant du sol, il arrête sa mission et rentre à la base. Le F-35 lui fini en planeur.

  5. C’est un appareil de légende (normal, c’est le site des avions légendaires….).
    Et on ne remise une légende aussi facilement au placard.
    Le CAS a pas mal évolué depuis la guerre du golfe de 1991… l’A-10 a fait la preuve de sa faculté à s’adapter passant du blocage des armées blindées du pacte de Varsovie en Centre-Europe à la la chasse aux Toyota et autres camions citernes dans les étendues désertiques en passant par l’appui feu en milieu urbain ou encore l’escorte C-SAR.
    La question étant : sera-t-il encore adapté au CAS de demain ?
    Il est aussi peut-être temps de commencer à travailler à lui fournir un digne successeur.

    • Parions que sa rusticité lui permettra de résister aux cyber attaques et autre piratages des zones de combat!
      A la fin il ne restera que lui…!

  6. Pour moi le A-10 à sa place parce que ce que certaines perosnnes ne comprennent pas c’est que les trouves au sol l’adore, c’est leur ange gardiens, et c’est pareil pour mon père, cette avion est même un ange gardiens pour tout les soldats quelques sois leur nationalité qui l’on eu dans leur camp.

    Et surtout ce que ces couillons d’officier n’on pas compris c’est que le F-35 c’est beau sur le bourget et pour l’avenir, ok…
    Mais en attendant c’est pas la Chine et la Russie notre problème actuel et c’est pas près d’arriver que l’ISIS dégote et fasse volé des Migs ou des Sukhoïs,
    Faut d’abord s’occuper de nos problèmes actuelles avant de se trouner vers l’avenir et puis connaissent l’US Army ou l’US Marines Corps, si le A-10 est retiré du service, ils se gèneront pas pour les récupérer surtout que leur maintenance est la moins coûteuse de l’arsenal aérien américain et ce serai pas la première fois que l’armée de terre gueule et dois se démmerder sans l’armée de l’air, pendant le Vietnam, ce qui à créé le AH-1 Cobra donc faire une offre pour restaurer et récupéré les A-10 qui ont du mal a vieillir coûtera moins chère que développer un autre appareil.
    En gros c’est une grosse économie et une fierté pour l’armée de terre de sauver (encore une fois) leur ange gardien de toujours…. (Bizarrement ont dirai le scénario de Supernatural )

    • Oui c’est vrai, les troupes au sol aiment l’A-10, sa faible vitesse et sa maniabilité permettent de comprendre correctement la configuration de l’engagement au sol, de virer serrer, sa capacité d’emport permet au J-TAC de sélectionner l’armement adapté aux effets souhaités, et son canon est précis, fait des merveilles en straffing, etc…
      Cela dit, l’efficacité de l’appui est liée à la permissivité du théâtre. En clair, l’A-10 peut se consacrer à sa tache première une fois que la supériorité aérienne est acquise. Or elle sera certainement plus disputée à l’avenir, et pas uniquement par d’éventuels chasseurs.
      Il est a envisager que le CAS change encore de forme en raison des progrès réalisés, par ailleurs, dans l’artillerie, la missilerie, les hélicos rapides type Valor / Defiant ou encore les minutions rôdeuses.
      Pour les drones, je reste prudent. Ils semblent poser plus de problèmes qu’ils n’apportent de solutions, en matière d’appui feu en tout cas.

  7. « Le temps que l’industrie aéronautique américaine essaye de pondre un remplaçant, pourquoi un avion sans pilote. »

    Un avion sans pilote ? Euh, non merci. Il ont déjà une manie de nous refiler des éléphants blancs avec leur F-35, si en plus, à l’avenir, ils se jettent tête baissée dans une mode du remplacement des avions d’appui par des drones, qu’ils le fassent seuls. Qu’ils gaspillent leurs sous à eux.

  8. Cet avion génial est aujourd’hui encore tellement détesté par l US AIR FORCE que les pilotes qui volent à son bord sont assurés d d avoir leur carrière bridée s ils ne décident pas de changer d appareil comme le F16

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom