Cela aurait dû n’être qu’une simple formalité pour le gouvernement d’Édouard Philippe, force est de constater qu’il risque d’en être tout autrement. La privatisation d’Aéroports de Paris entre dans le cadre de la loi Pacte et devrait selon le ministère des finances rapporter un peu plus de deux milliards d’euros à l’État. Ce dernier détient en fait 50.6% du capital d’ADP, premier opérateur aéroportuaire mondial et qui logiquement possède les principales plateformes franciliennes. Sauf que l’opposition ne l’entend pas de cette oreille et compte bien empêcher cette privatisation par le biais d’un référendum.

En fait dès lors que le projet de privatiser ADP a été connu on a vu toute la classe politique française, à l’exception évidemment du parti présidentiel La République en Marche et ses alliés du Modem, être vent debout contre. Et fait très exceptionnel cette opposition a concerné aussi bien la gauche que la droite parlementaire. Les députés et sénateurs de la France Insoumise, du Parti Communiste Français, de Génération.s, du Parti Socialiste, d’Europe-Écologie Les Vert, de l’UDI, des Républicains, et du Rassemblement National se sont unis pour déposer une demande d’organisation d’un référendum d’initiative partagée permettant d’empêcher la privatisation de cette entreprise de premier plan.
Et vous savez quoi ? Ils ont réussi !

Ce jeudi 9 mai 2019 les sages du Conseil Constitutionnel leur ont donné raison. Les parlementaires d’opposition ont désormais 9 mois pour recueillir les 4.5 millions de signatures nécessaires au blocage de la privatisation. Un chiffre qui représente en fait 10% du corps électoral français. Et beaucoup d’observateurs parient sur le fait qu’ils vont réussir. Du coup Édouard Philippe et son gouvernement devront faire machine arrière.
Il faut ces 4.5 millions de signataires pour éviter que Le Bourget, Orly, et Roissy sortent du giron étatique français. Désormais la balle est dans le camp du ministère de l’intérieur qui a l’obligation légale de mettre à disposition un site internet sécurisé qui permettra le recueil des votes du référendum, sous le contrôle permanent des constitutionnalistes parisiens.

À un moment où sous couvert de politique (un poil politicienne) environnementale on s’attaque de nouveau au serpent de mer de la taxation des carburants dans l’aviation civile cette décision de s’opposer à la privatisation d’ADP rappelle que les Français demeurent malgré tout majoritairement attachés à leur secteur aéronautique. Et même si gauche et droite disent tous, relativement à juste titre, qu’il serait possible de faire en train ce que l’on fait parfois en avion aujourd’hui on voit qu’il ne faut pas toucher à l’aérien en France. Et ce n’est pas qu’un combat de couloirs de chambres puisque c’est une revendication portée depuis plusieurs semaines par les manifestants de la mouvance contestataire des Gilets Jaunes. D’ailleurs le référendum d’initiative partagée est très proche du référendum d’initiative citoyenne qu’ils réclament depuis quasiment le début de leur mouvement. Les grandes centrales syndicales françaises et plusieurs acteurs de premier plan de l’aéronautique soutiennent d’ailleurs l’initiative de ce référendum validé par le Conseil Constitutionnel.

Dans quelques mois nous saurons donc si Aéroports de Paris est sauvé ou non. Vous l’aurez compris cet article est autant une information qu’un coup de cœur à destination de ce référendum. Libre à chacun et chacune ensuite de se faire son idée sur la nécessité de privatiser ADP.
À titre personnel je voterais contre cette privatisation.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

19 COMMENTAIRES

  1. Macron s’en fout de ce référendum, s’il veut privatisé il le fera. Il est autiste et sourd il n’entend pas le peuple qui gronde et la révolution qui monte.

    • Le peuple qui gronde,,c’est qui ? Les 0.5 % de Gilets Jaunes ou pseudo Gilets Jaunes qui veulent imposer leur vision des choses au reste de la population . C’est bien l’esprit franchouillard que de contester toute réforme sans en connaitre les tenants et les aboutissants, les bienfaits et les inconvénients, simplement parce qu’il faut contester le pouvoir en place, sans rien proposer par ailleurs, si ce n’est, augmenter les dépenses ( leurs dépenses), et diminuer les recettes ( leurs impôts).
      DUTERTRE, peut tu me dire pourquoi, le gouvernement veut céder une partie du capital ( sachant qu’il devrait en garder une partie lui permettant de contrôle et de peser sur les décisions) ,et quels sont les avantages et inconvénients de cette solution ?
      Merci d’avance pour ta réponse…
      nb : j’espère que je ne serais pas encore censuré, sous prétexte de contredire un fidèle du site.

      • Un début de réponse lors des élections européenne sur l’impact des gilet jaunes… soutenu pendant très longtemps par plus de 70 % de la population.
        Record historique en durée et en soutient!

    • En effet, sa ligne de conduite est clairement celle des GOPE.
      Mais nous savions avant sont élection sa ligne de conduite, il ne s’en ait pas caché.
      Je suis également contre toute privatisation stratégique sans un débat national et un referendum digne de ce nom!

      • Je ne vois pas ce que les GOPE, ou Grandes Orientations des Politiques Économiques, vient faire dans le débat sur la volonté de privatisation d’ADP. Celle ci n’a en effet rien à voir avec l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’UE. C’est un argument fallacieux que de mettre tout ce qui gène les Français sur le dos de l’UE, un argument par ailleurs fréquemment repris par plusieurs micros partis français réputés très europhobes. À aucun moment les GOPE n’ont été mises en avant par le président de la république pour justifier de privatiser ADP. Ne voyons pas forcément l’empreinte de Bruxelles là où elle n’est pas.

  2. *Il y a urgence à sanctuariser nos domaines stratégiques. Aéroports, transports, énergie et communication. Petit exemple avec la Grèce et ses ports: Plus rien ne leur appartient, et des pans entiers du pays sont gérés par les chinois. Il est temps de se réveiller, nos gouvernants: Le coma dure depuis 40 ans !

  3. Oui, il faut garder ADP, mais aussi les barrages hydro-electrique, la grande braderie doit cesser. L’intérêt général doit primer quand il s’agit des secteurs stratégiques,
    On a déjà perdu Alstom, Alcatel, Lafarge, Technip, Safran, les chantiers navals…bradés ou braqués à cause de l’innique exception alité du droit américain (Alcatel et Alstom énergie)

    Il faut dire stop avant que ce ne soit le tour d’Airbus et Dassault!!!
    Les menaces sur Airbus sont très réelles.

  4. Orly et Roissy classés parmi les derniers aéroports mondiaux il y a 2 jours , le bilan de la gestion etatique est encore une fois désastreux. Alors le choix pour ma part est vite fait

    • J’aimerais bien connaître ce classement, car il est étonnant qu’il provienne du premier groupe aéroportuaire mondial et qu’il tombe pile poil au moment où il arrange le gouvernement dans sa volonté de se dessaisir d’ADP.

  5. premiere question
    pourquoi privatiser ADP?
    Parce qu’il faut développer ADP.
    si ADP reste a prédominance étatique, ce sera donc a l’état de financer son développement
    question 2, l’état en a t’il les moyen?
    et avez vous les moyen et l’envi de payer ce financement dans vos impôts?
    si c’est pour garder ADP dans le giron de l’état sans le développer, je ne suis pas sur que cela soit très intelligent pour l’avenir…
    Au delà de la posture systémique française du NON,
    y’a peu être une réflexion à avoir….

  6. Je ne suis pas pour une privatisation obligatoirement
    Mais j ai noté que personne ne parle du financement de la transformation d adp
    On ne parle que de posture politique anti prez, mais sans apporter d autre voie

    • C’est là que vous avez totalement tort Damien. Il ne s’agit pas de soutenir ou de rejeter l’actuel président de la république mais bien de s’opposer à une méthode qui consiste à privatiser n’importe quoi n’importe comment, au risque de dégrader l’emploi et le service aux passagers. Vous êtes ici sur un site où plusieurs de nos lecteurs et lectrices sont des amateurs et amatrices éclairés des choses de l’air. Penser que nous accepterions la privatisation en soutien à Emmanuel Macron ou que nous la refuserions en rejet de cet homme politique est un procès d’intentions un peu trop facile. Certains peuvent le soutenir et refuser de privatiser ADP ou inversement.
      Inutile de chercher forcément à faire de la politique politicienne sur ce site Damien, c’est peine perdue d’avance.

  7. 1/ vous vous méprenez sur mes questions elle n avaient pour but qu a d essayer de faire ressortir un autre point de vue des commentaire que j ai pu lire et qui puisse permettre d ouvrir les champ du possible pour le développent d adp
    2/je vous invite également à relire les autres commentaires qui sont tous dans la posture anti avant de me faire la cible unique d un procès d intention.partsian.

    Ps Peux être qu un triporteur orange sera plus à meme de régler cette épineuse question 😉
    D

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom