On ignore exactement le nombre d’avions de combat utilisés par la Royal Saudi Air Force lors de cette opération d’attaque. Plusieurs chasseurs-bombardiers saoudiens, vraisemblablement des Boeing F-15SA ou des Panavia Tornado IDS, ont réalisé ce jeudi 16 mai 2019 un important raid de représailles contre les populations civiles houties. C’est un quartier de Sanaa, la capitale du pays, qui a été la cible des bombes saoudiennes. Rien à l’heure actuelle ne semble justifier une telle action militaire, hormis un désir de vengeance après une attaque au drone contre un oléoduc 48 heures plus tôt.

Tout remonte donc au mardi 14 mai 2019 quand deux (ou peut-être trois) drones légers piégés sont envoyés contre un oléoduc appartenant à l’Arabie Saoudite. Considéré là-bas comme un attentat cette attaque est beaucoup une opération paramilitaire des rebelles Houtis qu’autre chose. Et même si les dégâts sont mineurs l’état-major et la famille royale saoudienne promettent une réponse rapide. Et faute de trouver les véritables commanditaires de cette opération ils se sont tournés vers les populations civiles de Sanaa.

Au petit matin de ce jeudi 16 mai donc plusieurs avions de combat ont décollé d’Arabie-Saoudite et pris la direction du sud-ouest vers la capitale yéménite. C’est aux alentours de 8 heures du matin qu’ils ont commencé à survoler Sanaa. Et très vite les bombes ont plu sur le principal quartier houti de la ville. Selon plusieurs témoins, rapportés par l’Agence France-Presse, les avions étaient de gros biréacteurs qui auraient réalisé une seule passe d’attaque à relativement basse altitude. On pense donc forcément à des Boeing F-15SA ou à des Panavia Tornado IDS, ces deux avions étant communément employés par la RSAF pour ce type de missions.

Aussitôt leur raid aérien mené les avions saoudiens sont retournés dans leur espace aérien sans jamais être inquiétés. L’aviation yéménite n’existe en effet en fait que sur le papier. Le gros de ses moyens aérien a été détruit depuis 2015 par plusieurs raids aériens menés par l’Arabie-Saoudite et ses alliés de la coalition arabe. Seule la DCA houtie existe encore quelque peu mais avec des moyens dérisoires.
Le bilan humain (provisoire) annoncé par plusieurs ONG dont Médecins Sans Frontière fait état de huit morts et d’une quinzaine de blessés. Au moins deux enfants auraient été tué par ces frappes.

Photo © Keypublishing.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Un raid de représailles contre les populations civiles houties, bravo l’Arabie Saoudite, il est si facile de s’attaquer à des civils sans défense. Ce pays est une honte pour les libertés et la démocratie.
    Vivement qu’on puisse se passer du pétrole.

  2. J’ai lu beaucoup d’infos discordantes sur le sujet, notamment sur le nombre de morts civils, et sur la nature des cibles (militaires selon certaines sources). Mais quoi qu’il en soit réellement, pour rester objectif : maintenant que le juteux contrat des F15SA flambants neufs (et parmi les plus modernes au monde) a commencé à entrer en livraison et que leurs autres Eagles sont en cours de modernisation à ce même standard, ils les utilisent comme bon leur semble sans aucune retenue (le respect des droits de l’Homme n’a jamais été une priorité de Riyad en temps de paix, alors pensez donc lors d’un conflit !…)

    On n’entend pas beaucoup protester le département d’Etat américain sur une mauvaise utilisation de ses appareils et leurs munitions guidées, en tout cas. C’est d’une hypocrisie : l’on sait tous qu’ils sont des bourreaux en puissance, mais de riches bourreaux. Et de fait on se réjouit de leur vendre à milliards de quoi appuyer militairement leur régime et ses ambitions (passées, actuelles et à venir), tout en fermant les yeux ou en protestant timidement de l’autre côté sur les Droits de l’Homme dont ils se moquent allègrement. Ah, le pouvoir des pétrodollars en coulisses…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom