On aurait plutôt attendu des alliés fidèles des États-Unis comme Israël, le Royaume-Uni, voire même la France. Il semble désormais acquis que le deuxième client à l’export de l’avion de transport tactique américain Bell-Boeing MV-22B Osprey sera l’Indonésie. Le gouvernement fédéral américain vient de donner son aval pour l’exportation de huit aéronefs neufs vers ce pays. Le contrat concernera également de l’armement défensif et pas mal d’équipements d’avionique.

L’information a été révélée à Washington ce lundi 6 juillet 2020 par la DSCA, la Defense Security Cooperation Agency. Le feu vert de l’administration américain implique que cette dernière a pesé le pour et le contre dans cette demande du gouvernement indonésien en vue de l’acquisition de ces convertiplanes. La DSCA a notamment vérifier que l’Indonésie avait les moyens de ses ambitions, que ses ressources financières lui permettaient de se payer de tels avions. Ensuite c’est la politique de défense indonésienne qui a été vérifiée. Afin que le Congrès sache si elle est compatible avec celle en vigueur aux États-Unis. Et enfin l’administration a forcément cherché à savoir s’il n’y avait aucun risque de fuites vers des états tiers tels la Chine ou la Russie qui peinent tous deux à mettre au point de tels aéronefs.

Car malgré qu’il soit en service depuis treize ans maintenant le Bell-Boeing MV-22B Osprey demeure en pointe technologiquement. Chinois, Européens, et Russes n’arrivent toujours pas à lui opposer une concurrent X ou Y à l’export. Et pourtant ses ventes demeurent encore marginales en dehors des États-Unis. Jusque là seul le Japon, qui vient de recevoir ses deux premiers exemplaires, avait fait le pari de ce convertiplane.

Huit exemplaires pour l’Indonésie ce sera donc trois de plus que pour le Japon. En fait cet avion de transport capable de se poser à la verticale est totalement adapté à ce pays composé d’une myriade d’îles et îlots parfois très isolés. Dans de telles configurations géographiques le recours au Bell-Boeing MV-22B semble totalement logique.
Pour autant croire qu’ils seront cantonnés à des missions de soutien aux populations ou de ravitaillement des avants-postes serait erroné au plus haut point. L’Indonésie compte sur ses futurs Osprey pour remplir des missions au profit de ses forces spéciales.

Des systèmes d’alerte missiles, des contremesures électroniques, des IFF, des FLIR, ou encore des mitrailleuses GAU-21 et M240 font parties du contrat américano-indonésien. Autant d’équipements qui plaident en faveur d’une utilisation au profit des commandos actuellement engagés dans une guerre sans merci contre une guérilla islamiste qui n’hésite pas à rançonner les populations civiles. La plus grande nation musulmane de la planète est mise en danger actuellement par divers groupes djihadistes qui n’hésitent plus à s’en prendre à ses forces armées. C’est pourquoi les forces spéciales indonésiennes sont en première ligne pour débusquer ces terroristes sur les îles de l’archipel.

Bien que non officiellement dévoilé le budget de ce contrat pour huit MV-22B Osprey, l’avionique et l’armement approcherait les deux milliards de dollars US.

Photo © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom