C’est actuellement un des meilleurs avions de sa catégorie, et surtout un des rares avions militaires russes à bien se vendre en dehors des machines de la famille Flanker. L’avionneur russe Yakovlev vient de livrer au cours de la première décade de mai 2019 un lot de quatre jets d’entraînement avancé type Yak-130 pour les besoins de la force aérienne biélorusse. Avec ces nouvelles machines la dotation de cette petite aviation européenne passe à douze machines. À l’instar d’autres pays utilisateurs la Biélorussie emploie également ces avions pour des missions d’appui aérien rapproché.

Il s’agit pourtant avant tout pour la force aérienne biélorusse de muscler sa formation avancée. En effet outre donc ses douze Yakovlev Yak-130 elle aligne une petite dizaine d’Aero L-39 hérités de l’ère soviétiques et à bout de souffle. Ces avions sont usés jusqu’à la corde. En fait les Biélorusses les utilisent comme d’autres utilisent des PC-21 ou des Super Tucano.

Mais comme d’autres pays donc la Biélorussie a recours à ses Yak-130 pour des missions d’attaque au sol, à l’aide de roquettes en paniers et de bombes lisses. Ils permettent d’alléger la charge de travail des Sukhoi Su-25, numériquement les avions les plus importants dans l’arsenal biélorusse mais dont une bonne partie est inapte aux vols.

On sait que le gouvernement de ce petit pays aimerait acquérir plus de Yakovlev Yak-130 mais les fonds manquent. Non pas pour l’entraînement avancé forcément mais une fois encore pour des missions plus offensive. Ils serviraient notamment à l’appui aérien rapproché ou encore pour la reconnaissance tactique au moyen d’une nacelle de facture russe. Il est question de douze à vingt avions supplémentaires, à acheter à partir de 2022-2025.

Les nouveaux avions biélorusses ont été immédiatement déclarés opérationnels, car livrés au même standard que les huit avions déjà en dotation.

Photo © Keypublishing

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom