Après récemment l’US Marines Corps c’est donc au tour de la Royal Air Force d’engager ses avions de combat furtifs contre l’organisation djihadiste. On a appris ce mardi 25 juin 2019 que plus tôt dans le mois une patrouille de F-35B Lightning II britanniques avaient bombardé des positions de Daech en Syrie. Il s’agit de la première action offensive de ces avions sous la livrée de la RAF. Jusque là ils s’étaient contentés d’assurer des missions de défense aérienne depuis l’est de l’Angleterre.

Et à la différence de leurs collègues américains les pilotes britanniques n’ont pas décollé depuis la mer mais depuis une base à terre. Et plus précisément depuis une île, celle de Chypre où ils sont stationnés depuis un peu plus d’un mois aujourd’hui. On est donc très loin des simples exercices annoncés initialement par le MoD. Mais on sait depuis longtemps que le Ministry of Defence n’est pas toujours très transparent dans sa communication.

D’ailleurs là il a mis presque une décade pour faire son annonce. Car le raid aérien en question s’est déroulé le dimanche 16 juin 2019. C’est donc depuis la base de RAF Akrotiri que les quatre Lockheed-Martin F-35B Lightning II du N°617 Squadron ont pris les airs. Escortés dans par une patrouille d’Eurofighter Typhoon FGR Mk-4 les avions britanniques ont attaqué une position reconnue de l’organisation djihadiste Daech dans le sud-est de la Syrie. Selon Londres ces chasseurs furtifs étaient armés de bombes à guidage laser de facture américaine, sans spécifier le type. Chaque avion aurait tiré ses munitions qui auraient toutes eu pour effet de détruire leur cible. La coalition internationale annonce que plusieurs dizaines de combattants de cette organisation sont morts dans l’opération, sans plus rentrer dans les détails.

Le MoD insiste sur le fait que depuis ce raid les F-35B Lightning II des Dambusters de la Royal Air Force sont intervenus à treize reprises au-dessus du territoire syrien afin d’appuyer les troupes démocratiques qui luttent contre Daech. Ce premier bombardement intervient au moment où le Royaume-Uni s’empêtre dans des débats autour d’un achat de nouveaux avions de ce type ou bien de l’attente de l’hypothétique Tempest anglo-italien. Ces engagements syriens pourraient pencher la balance en faveur de Lockheed-Martin.

Photo © UK Ministry of Defence.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom