Après l’USS Abraham Lincoln qui met la pression sur l’Iran aux abords du détroit d’Ormuz voilà qu’un autre porte-avions vient friser les moustaches d’un adversaire de l’Amérique, et par n’importe lequel : la Chine. Depuis ce samedi 8 juin 2019 l’USS Ronald Reagan fait des ronds sur les eaux de la mer de Chine méridionale, le pré-carré maritime de Pékin. Si officiellement il ne s’agit que d’une simple patrouille et de quelques exercices cela ressemble bien à une démonstration de forces. De plus en plus on est en droit de se demander ce qui se passe dans la tête de l’actuel locataire de la Maison Blanche.

Ravitaillement à la mer entre les USS Chancellorsville et Ronald Reagan.

Car celui qui est un des plus récents porte-avions américains n’est pas seul dans la région. Outre un sous-marin nucléaire d’attaque inconnu il est accompagné de trois navires de premier plan : le croiseur lance-missiles USS Chancellorsville, le destroyer USS McCampbell, et le navire de soutien USS Harpers Ferry. Une flottille qui pourrait être mal perçue par les Chinois. Car même si les quatre bâtiments de l’US Navy demeurent dans les eaux territoriales de pays alliés (comme la Malaisie et Singapour) ils s’approchent aussi des eaux taïwanaises, revendiquées par la Chine.

Et comme tout bon porte-avions américain qui se respecte l’USS Ronald Reagan passe son temps à catapulter ses avions, de jour comme de nuit. Les Boeing F/A-18E/F Super Hornet de quatre escadrons (les VFA-27, VFA-102, VFA-115, et VFA-195) sont accompagnés par les EA-18G Growler de l’escadron VAQ-141 et par les Northrop-Grumman E-2D Hawkeye de l’escadron VAW-125. Ils appartiennent tous au Carrier Strike Group 5. Des hélicoptères de combat maritime Sikorsky MH-60R Seahawk et de soutien MH-60S Knighthawk complètent l’arsenal du porte-avions.

Boeing F/A-18F Super Hornet sous les ordres des chiens jaunes sur le pont d’envol.

Or si aucun accrochage avec l’aviation ou la marine chinoise n’a pour l’instant été signalé cela ne signifie pas pour autant que la super-puissance asiatique demeure passive devant ces «manœuvres» américaines. Il faut dire que la flottille américaine croise fréquemment la route d’îles et d’îlots revendiqués par Pékin, souvent militairement. Et les médias chinois (la propagande d’état en fait) s’empressent désormais de critiquer la présence du porte-avions américain aussi près des côtes du pays. Ce qui a pour effet de faire augmenter le sentiment anti-américain dans le pays, et par ricochet anti-taïwanais.

Pour les équipages de Boeing EA-18G Growler aussi ce n’est pas une mission reposante.

Plusieurs navires de guerre chinois et au moins un avion de reconnaissance électronique Shaanxi Y-9 ont été aperçu par l’US Navy dans le sillage de son porte-avions ou d’un de ses navires de surface. Pour autant rien ne semble indiquer une hausse significative des tensions, déjà très élevée, dans la région.
Surtout entre sa guerre larvée avec l’Iran et ce déploiement en mer de Chine méridionale on se demande si Donald Trump ne joue pas avec ses porte-avions comme un sale gosse ferait mumuse avec des soldats de plomb. Sauf qu’en jeu ce n’est rien moins que la stabilité de toute l’Asie, et donc de toute l’économie planétaire.

Photos © US Navy.

Publicité

19 COMMENTAIRES

  1. Tous les garcons ont joue avec des soldats, de plomb ou de plastique ! Pourquoi alors utiliser une expression telle que « sale gosse » ? Anti americanisme primaire dont on avait plus vu de trace depuis plusieurs mois, ou simple affirmation d’opinion personnelle vis a vis du President Americain, democratiquement elu ne l’oublions pas.

      • Je viens de modérer deux de vos commentaires, vous commencez Dutertre à très sérieusement me pomper l’air. Atteindre le point Godwin aussi vite fait de vous un champion du monde.

    • Tiens après m’être fait maintes fois taxer d’américanisme forcené, voilà le procès d’intention en anti-américanisme. Certains ont vraiment besoin de mettre des mots sur tout et n’importe quoi.

    • On a tout a fait le droit, démocratiquement parlant, de contester des décisions d »‘un président élu démocratiquement. En l’occurrence, il semblerait que pour se faire mousser auprès de son électorat, M.Trump n’hésite pas a faire monter les tensions en différents points du globe, donnant ainsi du grain à moudre à tous les extrémismes…. Je pense que la démocratie n’en sortira pas plus forte.

  2. J’imagine que beaucoup d’événements se passent sans que nous ne soyons informé par la presse.
    Ce qui se passe en ce moment dans le monde avec Trump et que nous observons avec plus ou moins d’inquiétude, n’est sans doute que la partie visible de l’iceberg.
    Mais il est certain que de pouvoir envoyer simultanément dans plusieurs partie du globe, des groupes aéronavals aussi puissant a pour bût de montrer sa puissance.

  3. Bin moi, je dit rien de méchant, et je me fait modérer tout le temps !

    Merci Arnaud.

    Donc je continue a vous lire chaque soir, mais ca sert a rien de commenter.

    DOMMAGE.

    • Vous n’avez pas l’impression que justement ce genre de commentaire, provocateur, est fait pour que vous soyez modéré ? Je ne comprendrais jamais pourquoi certaines prennent un malin plaisir à déposer des commentaires ne servant qu’à brouiller le sujet ou encore à semer la zizanie. Vos commentaires modérés entrent à chaque fois dans la première catégorie.
      Vous avez sans doute une gigantesque connaissance aéronautique car à chaque fois que vous intervenez c’est pour reprendre systématiquement mes propos, sans jamais vous expliquer, comme si aussi empiriques fussent-ils vos commentaires avaient valeurs de vérité évangélique. Maintenant Stéphane vous savez pourquoi vous êtes si souvent modéré, vos commentaires n’ont généralement comme intérêt que de contredire sans argument les sujets.
      Ici c’est un site aéronautique ouvert aux commentaires, et non un forum de discussions.

    • Pourquoi les Russes avec l’Amiral Kouznetsov ne l’ont il jamais firent et quand bien même les Chinois d’ici dix ans lorsqu’ils auront ce porte-avions catobar et qu’ils le maîtriseront le système, qui les empêcherait de venir faire des ronds devant Norfolk et ils seront suivis et survolés par la marine US.

      Contrairement aux méthodes de dictature Russe ou Chinoise, les pilotes occidentaux volent transpondeur allumé et à bonne distance des avions ou navire adverse contrairement aux pilotes Russe et Chinois qui frôle quand ce n’est pas un navire ce sont des avions désarmés comme des RC-135V/W mais aux grandes oreilles.
      – Je vais sûrement me faire taxer de pro-américain avec visières fixe et de cela, je n’en ai cure.

  4. L’incident russo-américain entre le Chancellorsville et l’Udaloy semble déjà loin. Encore que… la présence de ce même navire dans la task force CVN a sans doute sa petite importance.

    C’est vrai qu’en plus des navires / bombardiers prêts à frapper l’Iran, ceux croisant en mer Noire, sans parler des aéronefs basés un peu partout et s’exerçant près des frontières des nations « antagonistes », on pourrait légitimement penser que ce nouveau déploiement aux portes des eaux territoriales chinoises est une énième provocation -et de manière sous-jacente une menace pour la stabilité de la région. Cela dit, outre le fait qu’il s’agisse d’une méthodologie US bien connue de dissuasion conventionnelle (et pas uniquement Trumpienne) qui est -la plupart du temps- de montrer les muscles dans les endroits chauds pour se raviser ensuite sous la menace d’une escalade sans frapper, et ainsi mieux négocier / calmer tout le monde, il me semble que nous autres Européens ne saisissions pas totalement la portée des déploiements des porte-avions US à leur niveau national.
    Trump c’est certain en fait des tonnes avec ses navires et ses tweets, mais si l’on regarde dans le rétro, tous les présidents US avant lui ont aussi beaucoup usé de « la diplomatie du porte-avions ». J’ai la conviction que dans ces démonstrations de force, il y a aussi une volonté de flatter le peuple -et à fortiori l’électorat- américain (ça tombe bien pour Trump, il vient de se relancer pour un second mandat), façon de montrer à sa population que 1- USA number one, 2- le monde entier et notamment les ennemis de l’Amérique nous écoutent quand on a un de ces bateaux en mer, 3- de la sorte, on réaffirme notre soutien à nos alliés, bien sympathiques mais incapables de se défendre eux-mêmes. Qu’on le veuille ou non, ça fonctionne plutôt bien là-bas.

    C’est préoccupant, c’est certain, mais comme il y a là quelque chose de récurrent dans le modus operandi, bref sans surprise, je ne crois pas qu’il y ait matière à s’inquiéter outre mesure. My two cents 😉 .

  5. Je me demandais un truc, peux-t’on, dans ce cas, parler de « propagande » de la part des médias chinois si ils critiquent les actions américaines, si même nous en occident, on ce pose des questions sur le bien fondé de ces opérations ?

  6. C’est un peu tout à la fois…Propagande et indignation…Imaginons un groupe de navires de combat russes à la manœuvre pendant plusieurs jours dans le golfe de Gascogne …Çà ferait jaser, non?

    • En même temps ils n’en ont pas les moyens. Mis à part les US je vois pas qui peut faire ça en ce moment et sur plusieurs théâtre d’opération…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom