Il y a aura donc bien des Airbus A220-300 volant sous immatriculation française. Ce mardi 30 juillet 2019 la compagnie Air France a fait savoir qu’elle commandait fermement soixante exemplaires du biréacteur euro-canadien, avec une option pour trente avions supplémentaires. Ces machines devront à partir de 2021 assurer le remplacement des Airbus A318 et A319 actuellement dans la flotte des vols courts et moyens courriers. C’est une belle victoire pour l’avionneur européen autant que pour les employés canadiens de la chaîne d’assemblage.

En fait cette commande n’a rien d’une surprise, comme nous vous l’avions annoncé il y a dix jours. Mais c’est tout de même un gros ouf de soulagement que doivent pousser actuellement les techniciens et ingénieurs d’Airbus Canada, autant que les dirigeants du groupe européen. Soixante avions commandés fermes, une option pour trente avions supplémentaires, voire même des droits d’acquisition supplémentaires sur encore trente avions de plus c’est un fort beau contrat. Pour ces soixante exemplaires il s’élève donc à environ 4.92 milliards d’euros.

C’est à la suite d’un conseil d’administration du groupe Air France – KLM que l’information a été révélée par la compagnie nationale française. Selon les termes du contrat les premiers A220-300 devraient être livrés d’ici deux ans afin d’entrer pleinement en service fin 2021.
Même si l’ex-Bombardier CS300 vole déjà au sein de compagnies comme AirBaltic ou Swiss il est indéniable que l’image d’Air France va dynamiser le biréacteur. Le transporteur national français sera le premier parmi les grandes compagnies aériennes européennes à faire voler cet avion dernier cri dans ses rangs.

On peut donc aisément se dire qu’entre 2022 et 2025 le nombre d’Airbus A318 et A319 va littéralement fondre comme neige au soleil dans les rangs d’Air France. Pour les toujours très professionnelles équipes de mécanos de la compagnie c’est un nouveau challenge : apprendre à travailler sur cet avion venu d’Amérique du nord. Mais à n’en pas douter ils sauront être aussi bons sur A220 qu’ils le sont actuellement sur ses deux modèles prédécesseurs. Quand aux passagers, verront t-ils la différence ? On le saura sans doute très vite après l’entrée en service des premiers exemplaires de série.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. On peut déjà dire que les passagers verront la différence : la configuration des sièges sur l’A220 est de 5 sièges par rangées (vs 6 sur A320), la place par passager étant plus importante sur l’A220 que sur les A320 ou B737.

    • De toutes manières Air France n’utilise plus de Boeing 737 depuis longtemps maintenant, ça m’étonnerait que beaucoup de passagers se souviennent de la place qu’ils avaient à leur bord !

      • Je pense que beaucoup de passagers n’utilisent pas exclusivement Air France pour leurs voyages… 😉
        Et sur ce type d’avions, monoclasse la plupart du temps, les différences de sièges sont minimes d’une compagnie à une autre, c’est surtout en affaire ou en première sur les longs courriers qu’il peut y avoir de réelles différences d’une compagnie à une autre
        D’ailleurs ma mention du B737 n’avait pour but que de comparer le type d’avions : A320 et B737 d’un côté, A220 de l’autre. 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom