La nouvelle n’a pas enflammé les médias lors du dernier salon international de l’aéronautique du Bourget, mais se propage comme un feu de brousse parmi les opérateurs et les amateurs de bombardiers d’eau. Lors du salon, Viking Air annonçait la conclusion d’une entente avec le ministère de la Défense de la République d’Indonésie pour la livraison de six Canadair 515.

Rappelons qu’en 2016, Bombardier Aéronautique vendait à Viking Air son programme d’avions amphibies après avoir cessé l’année précédente la production de son CL-415. Depuis ce temps, Viking Air poursuit la conversion d’appareils Canadair CL-215 en CL-415EAF (pour Enhanced Aerial Firefighter). Dotés de nouveaux turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada et d’une avionique moderne, Viking Air donne ainsi une nouvelle jeunesse aux vieux CL-215. Bien que Viking Air ait réussi à mettre la main sur une douzaine de ces vieux soldats pour les ragaillardir, la demande pour de nouveaux «Canadair» va clairement excéder cette offre. Le vieillissement de la flotte des CL-415 ainsi que l’accroissement du nombre et de l’ampleur des feux de brousse et de forêt un peu partout dans le monde militent en faveur d’une nouvelle génération de cet avion légendaire. À l’instar du Twin Otter 400, Viking Air s’apprête donc à relancer la production du fameux Canadair. L’annonce récente constitue donc un signal fort encourageant.

Viking CL-415EAF

Nommé Canadair 515, le nouvel avion sera extérieurement fort similaire au CL-415 mais prévoit plusieurs améliorations. Similaire à celle dotant l’Airbus A220,  le Canadair 515 sera muni d’une avionique moderne avec grands écrans tactiles disposant d’un mode vision synthétique permettant d’afficher une reconstitution de l’environnement en cas de basse visibilité. Cette suite avionique sera compatible avec l’affichage tête haute (HUD) et l’emploi de systèmes de vision nocturne ouvrant la voie à des missions de nuit.

La charge utile de ce nouveau bombardier d’eau atteindra 7000 litres, comparée aux 6000 litres du CL-415. Aussi, les ingénieurs de Viking Air visent une augmentation de la charge autorisée à l’atterrissage afin de permettre au Canadair 515 d’être mieux adapté aux missions de guet aérien armé au retardant. Débordant du rôle traditionnel de bombardier d’eau, le Canadair 515 est conçu comme une plate-forme multi-missions. Il sera notamment possible de le doter de vaporisateurs pour le contrôle des insectes forestiers nuisibles ou pour la dispersion de déversements pétroliers en mer.

Doté d’une plus grande porte cargo, le Canadair 515 en version «First Responder» pourra également être facilement reconfiguré pour effectuer des missions de transport et d’évacuation sanitaire. De plus, avec l’ajout de systèmes de senseurs modulaires aux standards militaires actuels, le Canadair 515 pourra effectuer des missions de patrouille maritime ainsi que de recherche et sauvetage. En cas de besoin, ces Canadair 515 pourront être reconvertis en bombardier d’eau en moins de quelques heures. Une telle polyvalence permet de rentabiliser l’achat d’un avion qui autrement ne sert qu’une partie de l’année durant la saison des feux, comme le souligne Viking Air dans sa vidéo promotionnelle.

La commande indonésienne prévoit d’ailleurs quatre appareils Canadair 515 avec cette configuration multi-missions et deux autres prêts à la lutte aux incendies. La livraison des premiers Canadair 515 est prévue en 2024. Entretemps, l’Indonésie recevra un appareil CL-415EAF. Cette commande à elle seule ne peut toutefois garantir la production du Canadair 515. C’est pourquoi Viking Air mise également sur l’Europe où se déroule actuellement une réflexion regroupant les utilisateurs actuels du CL-415, dont la France, qui souhaitent lui trouver un digne successeur.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Je vois qu’on s’est fait plaisir niveau jeu de mots 🙂
    Sinon, même en étant passé chez Viking, cet avion gardera-t’il le nom de « Canadair » ou alors ce ne sera juste un surnom, surnom devenu légendaire, et le nom officiel de ce nouvel hydravion sera totalement nouveau ?

  2. Enfin une avionique digne de ce nom…L’évolution du bombardier d’eau est lente mais peut -il en être autrement? Sacrée bonne machine servie par des équipages pointus…

  3. 7000 litres et version multi-rôles, c’est bien. Comme le volume du carburant embarqué par l’avion diminue à chaque rotation, il serait peut-être judicieux, tout en tenant compte des contraintes techniques et des possibles modifications du centre de gravité, de doter l’avion, de citernes à remplissages modulables avec pour base 7000 litres et fourchette haute 8000 à 8500 litres. Ceci optimiserait encore ke rendement de l’avion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom