Le contrat a été signé ce vendredi 28 juin 2019 entre Boeing et le Pentagone. L’US Navy et l’US Marines Corps ont décidé d’acheter deux lots de drones, un de soixante-trois RQ-21 Blackjack et un de quatre-vingt-treize MQ-27 ScanEagle. En outre une réserve a été placée pour la dotation de dix-sept avions sans pilotes destinés à l’exportation via l’aide militaire américaine. Les premiers de ces engins sont attendus d’ici 2022.

Lancement d’un RQ-21A Blackjack.

Plus que jamais ces deux forces aéronavales américaines font confiances aux avions sans pilote pour leurs missions de reconnaissance tactique, d’éclairage, et de surveillance. Et l’ex-société InSitu, aujourd’hui branche à part entière de Boeing, rafle la mise puisque les deux drones en question sortent de ses bureaux d’études et chaînes d’assemblage.
Pour autant les rôles de ces deux drones ne sont pas du tout les mêmes.

Le Boeing RQ-21 Blackjack est classiquement destiné à l’appui des troupes de l’US Marines Corps. Il peut aussi bien servir à repérer du ciel les éventuels menaces ennemies autour d’une plage ou d’une crique où des forces alliées doivent débarquer qu’à surveiller un champ de bataille. Il est d’ailleurs possible de l’engager depuis le sol, sa catapulte hydraulique étant montée sur une remorque à châssis hors-route tractable par un simple véhicule terrestre.
Pour autant il est très fréquemment employé depuis des navires de l’US Navy mouillant à proximité des zones de combat.

La destination du Boeing MQ-27 ScanEagle est sensiblement différente. Il est considéré comme l’œil volant de nombreux bâtiments de commandement voire de soutien amphibie. Il peut arriver qu’un même navire dispose de des deux modèles de drone. Depuis l’an dernier les systèmes de lancement de ces deux modèles d’avions sans pilote sont d’ailleurs compatibles. Une demande qui avait été formulée en 2016 sous la forme d’un retour d’expérience. Les ScanEagle peuvent donc surveiller l’espace maritime aux alentours des navires de guerre de l’US Navy, jouant ainsi un rôle complémentaire aux radars de défense grâce à leurs capteurs actifs et passifs.
Ils sont notamment très employés pour pallier au risque terroriste présent sur les eaux de plusieurs mers du globe.

Les cent cinquante-six drones de ces deux versions doivent être livrés par l’avionneur entre 2022 et 2025. Dans le même temps un nombre non divulgué de poste de télé-pilotage sera lui-aussi fabriqué pour le compte des forces américaines.

Lancement d’un MQ-27A ScanEagle

Une réserve a donc également été placée par le Pentagone afin de livrer six systèmes de télé-pilotage et dix-sept drones RQ-21A Blackjack à des clients étrangers. Au nombre de trois ils bénéficient ainsi des «largesses» de l’économie américaine. Même si on ignore le détail exact ils seront livrés au Canada, à Oman, et à la Pologne. Il faut signaler que le premier et le dernier de ces trois pays disposent déjà de tels drones de reconnaissance dans leur arsenal respectif. C’est donc une forme de complément.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom