Ce détachement s’inscrit dans le cadre des missions de réassurance suite à l’invasion partielle de l’Ukraine par la Russie. Ce mardi 10 mai 2022 huit chasseurs multi-rôles Lockheed-Martin F-35A Lightning II appartenant au 158th Fighter Wing de l’US Air Force sont arrivés à Spangdahlem AB en Allemagne. Venus directement de leur nid de Burlington ANGB ils doivent permettre de renforcer les moyens aériens de l’alliance Atlantique face aux menaces de Moscou. C’est le premier déploiement longue distance de F-35A Lightning II de l’Air National Guard du Vermont.

Pour mémoire le 134th Fighter Squadron, la composante opérationnelle du 158th Fighter Wing, fut la première unité de l’Air National Guard à recevoir ce chasseur de 5e génération. Il est donc logique que trois ans après la fin de son aventure sur General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon elle traverse l’Atlantique nord pour venir prendre part aux missions de l’OTAN suite à l’agresse russe en Ukraine. Elle vient montrer de quoi elle est capable avec ses F-35A Lightning II, elle qui assure au quotidien des missions de défense aérienne sur cette monture furtive.

Le 158th Fighter Wing a donc déployé une grosse centaine de personnels sur cette base allemande située à quelques kilomètres seulement de la frontière luxembourgeoise. On ne peut pas franchement dire que depuis Spangdahlem ses F-35A Lightning II représentent de prime abord un danger immédiat pour l’aviation de Vladimir Poutine. Et ce serait là une grave erreur car c’est bien leur rôle. Ils doivent pouvoir y décoller en urgence afin de réagir rapidement et de se porter au devant de la menace que représentent les Sukhoi Su-30 Flanker-C et Su-34 Fullback russes pour l’Allemagne et pour l’ensemble des pays européens.

Finis donc les décollages avec en arrière-plan les fameuses Green Mountains servant de frontière naturelle entre le Vermont et la province canadienne du Québec. Désormais les pilotes du 134th Fighter Squadron doivent se contenter du relief moins élevé de la Rhénanie-Palatinat. Pourtant ce land allemand a aussi ses charmes. Désormais ce sont les vols d’acclimatation qui s’enchaînent avant que ce weekend les pilotes américains ne commencent à réellement prendre l’alerte pour le compte de l’OTAN.
Le chasseurs furtifs frappés du tail code VT doivent rester dans la région au moins jusqu’à la fin du printemps, soit approximativement un mois et demi.

Photos © US Air Force.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom