C’est sans nul doute un des avions de transport les moins connus de l’arsenal britannique des cinquante dernières années, mais aussi peut-être un des plus attachants pour les passionnés d’aviation. Entre le début des années 1960 et le début des années 1990 la Royal Navy utilisa cinq petits quadrimoteurs commerciaux De Havilland DH.114 Sea Heron pour ses liaisons et ses déplacements d’autorités. Des acteurs mal connus de la guerre froide, même au Royaume-Uni. Retour donc sur ces avions qui dans l’ombre surent remplir leurs missions sans jamais faillir.

C’est au tout début de l’année 1961 que la Royal Navy engagea l’achat de nouveaux avions de transport pour les besoins de son 781st Squadron alors en charges des liaisons et soutien d’état-major. Cette unité disposait à cette époque de bimoteurs Sea Devon C.20 et Sea Prince C.2, des avions beaucoup employés mais disposant d’un rayon d’action trop faible. Après avoir envisagé un temps l’achat de seconde main de deux Vickers VC2 Viscount la marine britannique changea son fusil d’épaule et s’orienta vers cinq De Havilland D.H.114 Heron en deux lots. Ces quadrimoteurs furent rachetés auprès de deux compagnies aériennes. British European Airways leur vendit trois Heron Mk-2 et Cambrian Airways deux Heron Mk-2B.

Lorsqu’ils entrèrent en service en juillet de la même année ils reçurent respectivement les désignations de Sea Heron C.4 et Sea Heron CC.4. Étrangement la RAF les désigna Sea Heron C.20 alors qu’elle ne les utilisa jamais. Les premiers étaient aménagés pour recevoir quatorze passagers dans une configuration proche de celles des avions de ligne de l’époque. Les seconds étaient beaucoup plus luxueusement équipés puisque accueillant «seulement» sept passagers sur des sièges en cuir et avec du mobilier en loupe d’orme. Il s’agissait d’avions destinés aux amiraux de Sa Majesté. Pour les différencier les premiers portaient une bande bleue tandis que les seconds arboraient une bande verte. Ainsi on savait le rang du marin à bord de l’avion.

Et durant donc presque trente ans les cinq Sea Heron furent employés pour ces deux missions si discrètes que sont les liaisons et le transport de hautes personnalités. Si l’unité ne transporta jamais la reine Elizabeth II à bord d’un de ces quadrimoteurs il faut savoir qu’en 1974 son fils, le Prince de Galles Charles alors jeune officier de la Royal Navy fut transporté jusqu’en France à l’occasion d’un déplacement officiel. Bien que futur souverain du Royaume-Uni le jeune prince insista pour voler à bord d’un Sea Heron C.4 comme n’importe quel officier de son grade.

En fait les Sea Heron C.4 et Sea Heron CC.4 étaient coutumiers des aéroports, bases aériennes et aéronavales de toute l’Europe occidentale. En Allemagne, Belgique, Espagne, France, ou encore Pays-Bas il n’était pas rare de les voir.

Un rôle plus surprenant est celui que remplit ces cinq Sea Heron entre 1981 et leur retrait du service en 1991 : la simulation d’attaque aérienne. Totalement désarmés et particulièrement inaptes à voler bas ils étaient pourtant fréquemment employés afin de simuler des avions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine. La Royal Navy les employa notamment lors d’une manœuvre navale en Atlantique nord au profit des forces de l’OTAN. Depuis l’aéroport de Belfast ils devaient jouer le rôles d’avions soviétiques s’en prenant aux avions alliés. Reconnaissons-le ce n’était pas le rôle dans lequel ils étaient les plus crédibles.

Un avion dont la livrée laisse entrevoir qu’il s’agit d’un Sea Heron CC.4.

En cette même année ce changement de mission entraîna un transfert des avions vers le 750th Squadron et la dissolution du 781st Squadron. Leurs dix dernières années de carrière furent donc rythmées entre vols de liaisons et vols de simulations maritimes. Les transport de hautes personnalités étant désormais confiées à la Royal Air Force, pour des raisons de rationalisation des moyens.
Totalement fatigués, usés jusqu’à la corde, et coûtant désormais horriblement cher à entretenir les Sea Heron C.4 et Sea Heron CC.4 laissèrent alors la place à des BAe Jetstream T.3 bien plus modernes. Désormais l’unité perdit la mission de liaison et se concentra sur l’entraînement. Par la petite porte après trente ans de service les Sea Heron furent retirés du service en septembre 1991.

Photos © fond patrimonial de la Royal Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom