C’est sans doute le plus beau plantage des Alliés dans les opérations de libération de l’Europe. Entre le dimanche 17 septembre et le lundi 25 septembre 1944 les forces anglo-américaines lancèrent une vaste opération aéroportée et terrestre visant à la prise des ponts entre Eindhoven et Arnhem aux Pays-Bas. Malheureusement une mauvaise préparation et une sous-estimation de la présence allemande dans la région fit tourner l’opération au fiasco. Hollywood a immortalisé cette mésaventure en 1977 au travers du célèbre film : «Un pont trop loin» réalisé par Richard Attenborough.

Planeurs d’assaut britanniques durant Market Garden.

Le nom même de l’opération montre son double caractère aéroporté et terrestre. Market impliquait l’élément aérien et Garden celui blindé. Son but était très simple : permettre aux forces alliées de remonter au nord vers l’Allemagne en s’octroyant la vallée de la Ruhr dans laquelle est alors concentrée le gros de la machine industrielle lourde des nazis. En outre cette solution permet d’éviter la ligne Siegfried et ses nombreuses fortifications. Enfin une durable libération des Pays-Bas par les troupes aéroportées et mécanisées permet de gagner les ports d’Anvers et de Rotterdam.

Si la partie blindée doit se frayer un chemin à travers les divisions d’artilleries et de fantassins de la Wermacht la situation est encore plus tendue pour les forces aéroportées.
Bien entendu le ciel néerlandais a été nettoyé par la Royal Air Force et l’US Army Air Force de toutes menaces de la chasse allemande, plus aucun avion de la Luftwaffe ne semble alors vouloir s’y hasarder. Ça serait véritablement suicidaire tant les Hawker Typhoon, North American P-51 Mustang, et autres Supermarine Spitfire y sont légions. Pour autant l’opération des avions de transport et des planeurs d’assaut n’est pas sans danger.

Plusieurs vols de reconnaissance furent réalisés quelques jours avant le lancement de Market Garden par des De Havilland Mosquito PR Mk-IX. Ils purent démontrer la présence de poches de résistance de l’armée allemande mais surtout une division blindée de la terrible Waffen SS. Pour mémoire cette dernière n’avait rien à voir avec la Wermacht et tirait ses ordres directement de Berlin, tous ses membres étaient de convaincus nazis.

Et effectivement les blindés furent radicalement ralentis par les forces allemandes tandis que les troupes aéroportées trouvèrent sur leur chemin une résistance allemande farouche. Résultat jamais l’opération Market Garden ne put en huit jours rejoindre sa cible. Et des milliers de soldats alliés furent capturés par l’ennemi quand ils ne furent pas tués au combat ou fusillés par les Waffen SS. En septembre 1944 ces derniers ne s’encombraient pas de prisonniers.
Pour autant tout n’était pas un échec dans ce tableau. L’opération aéroporté fut une relative réussite. La majorité des Armstrong-Whitworth Albemarle et Short Sterling dont le rôle était de tracter les planeurs d’assaut Airspeed Horsa et Waco CG-4 Hadrian rentrèrent à leurs bases. Comme en Normandie plusieurs planeurs bien sûr échouèrent à se poser correctement mais majoritairement leurs pilotes firent preuves de leur courage et de leur très bon maniement du manche. Ils permirent ainsi aux troupes mais également au véhicules légers de pénétrer en profondeur le col hollandais.
Et les paras dans tout ça ? Bah comme toujours à cette époque ils durent sauter depuis des norias de Douglas C-47 Dakota américains et britanniques. Et là encore la très grande majorité des bimoteur y survécut malgré la Flak.

Market Garden demeura pendant longtemps une cicatrice mal refermée dans l’esprit des anciens combattants anglo-américains. Pourtant cette opération permit de démontrer définitivement qu’un parachutage massif de troupes pouvait avoir une incidence claire sur un conflit. En fait il fallut attendre Hollywood pour réhabiliter un minimum cet échec.

Départ pour Market Garden pour ce Short Stirling remorqueur de planeur.

Le film «Un pont trop loin» réalisé en 1976 et sorti dans les salles obscures en 1977 relate cette épisode au travers du regard américain et britannique. Pour les plus jeunes de nos lecteurs il a aussi la particularité d’afficher une des distributions les plus titanesques de son temps : James Caan (Irma la douce, El Dorado, Le parrain) , Michael Caine (La bataille d’Angleterre, Le limier, Batman Begins), Sean Connery (Pas de printemps pour Marnie, James Bond contre Docteur No, À la poursuite d’Octobre Rouge), Elliott Gould (MASH, Le lien, Ocean’s Eleven), Gene Hackman (French Connection, L’aventure du Poseidon, Mississippi Burning), Anthony Hopkins (Hamlet, Elephant Man, Le silence des agneaux), Hardy Krüger (Le chant du monde, Barry Lindon, Les oies sauvages), Lawrence Olivier (Rebecca, Spartacus, Marathon Man), Robert Redford (Butch Cassidy et le Kid, L’arnaque, Captain America : le soldat de l’hiver) Maximillian Schell (Le bal des maudits, Jugement à Nuremberg, Little Odessa) ou encore Liv Ullmann (L’heure du loup, Cris et chuchotements, Scènes de la vie conjugale). On remarquera d’ailleurs que cette dernière est la seule actrice parmi tous ces acteurs à avoir un rôle conséquent. Pour le reste le personnages féminins ne dépassent pas dans ce film de guerre la simple figuration.
Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas vu il est facile à trouver en DVD, Blue-Ray, ou VOD.

Photos © photothèques des Imperial War Museum et US Air Force Museum.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Sans vouloir entrer en polémique concernant ce fiasco, car c’en est, un malgré l’effort d’Hollywood de le minimiser et l’héroîsme des combattants qui participèrent à cette opération,ce désastre est dû en grande majorité à ce personnage, bouffi d’orgueil qu »était Montgomery qui en rivalité constante avec les généraux américains, en particulier Patton, ne supportait pas de devoir obéir à un commandant en chef yankee. Ce personnage bouffi de vanité de part sa victoire en Libye face à Rommel, voulait SA part de gloire dans le conflit en Europe et il est le grand responsable de ce désastre..Quant au film, comme d’habitude, il ne voit que le côté édulcoré des choses.

    • Bien d’accord avec vous, Monty ne fut pas à la hauteur. Après, c’est difficile de juger ces événements vu de notre époque, l’organisation de telles opérations doit être quelque chose de terrible. Si Overlord avait échoué, tout le monde sait qu’il aurait été impossible de re-planifier une telle opération avant des mois, voir des années, Market Garden a peut être été trop précipitée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom