Si le sud de la France a bien connu il y a quelques jours quelques gros épisodes de pluie ce n’est rien en comparaison de ce qui a touché la façade orientale et le centre de l’Espagne. Les régions de Valence, de Murcie, et une partie de la Castille-la-Manche ont été frappées à partir de ce jeudi 12 septembre 2019 par des séries d’averses diluviennes. Et de ce fait les équipages des aéronefs de l’Unidad Militar de Emergencias ont été particulièrement sollicité. Des vols qui ne se sont pas toujours passées sous les meilleurs auspices.

Immédiatement il a fallu que l’UME déploie ses fameux Eurocopter HU.26 jaunes et rouges. Des hélicoptères qui ont été employés aussi bien pour hélitreuiller des rescapés qui s’étaient réfugiés sur le toit de leurs maisons, autant que pour réaliser des évacuation sanitaires plus classiques. Au plus fort de l’alerte huit de ces douze machines biturbines étaient en vol.

Mais très vite dans la journée le gouvernement de Madrid a eu besoin de renseignements plus importants sur l’étendue des dégâts. L’unique Casa T.12 de l’UME, habituellement utilisé pour du transport léger et des liaisons, s’est vu réaffecté à ces missions de reconnaissance aérienne. À son bord plusieurs caméramans et photographes permettaient à l’autorité politique de prendre les meilleures décisions possibles.

Et l’une des premières fut de faire sortir des moyens plus lourds pour le secours à victimes. Quatre hélicoptères moyens, deux Eurocopter HU.21 et deux HU.27 ont été immédiatement affectés à l’hélitreuillage des sinistrés. L’Unidad Militar de Emergencias disposait bien évidemment aussi au sol de moyens très conséquents, afin de venir en assistance des équipes des bomberos, les pompiers espagnols.

Les vols ont visiblement été parfois assez acrobatiques. Les médias espagnols ont rapporté le cas d’un HU.26 pris dans un fort vent de travers et qui a été obligé de réaliser un atterrissage d’urgence sur une route toute proche. Une fois la météo revenue plus au calme son équipage a pu reprendre sa mission, sûrement après une grosse frayeur.
Désormais les équipages ont les yeux tournés vers les météorologues.

Photo © Ejército del Aire.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom