C’est un contrat qui était attendu du côté de chez Lockheed-Martin. L’avionneur américain a confirmé avoir vendu seize F-16V Block 70 à la Jordanie, douze comme monoplaces de combat multi-rôles et quatre biplaces de transformation opérationnelle. Il s’agit d’une marque de fidélité pour ce pays du Proche-Orient qui vole actuellement sur des Fighting Falcon de première génération, tous acquis de seconde main. Le contrat d’une valeur de 4.2 milliards d’euros concerne aussi l’achat de pièces détachées et d’armements air-air et air-sol.

Sur le papier la Royal Jordanian Air Force aligne actuellement soixante chasseurs-bombardiers F-16A/B Fighting Falcon achetés au cours de six programmes appelées Peace Falcon I à Peace Falcon VI. Si les deux premiers ont concernés des avions achetés de seconde main auprès de l’US Air Force et modernisés par les Turkish Aerospace Industries les quatre suivant tournaient autour de F-16A/B au standard MLU, pour Mid-Life Update. Ils ont été rachetés à la Belgique et aux Pays-Bas. Il est à signaler que treize de ces avions ont été revendus il y a huit ans à la Pakistan Air Force.

Sur les soixante avions en ligne dans les rangs de la RJAF on sait que plusieurs ne volent plus, servant de stocks de pièces détachées. Il est souvent évoqué le fait que ce soit les avions d’origine américaine encore en dotation, et que les pilotes jordaniens préfèrent voler sur les F-16MLU ex-belges et ex-néerlandais.
C’est donc logiquement les avions ex-USAF, les plus anciens, qui seront remplacés d’ici fin 2023 par les premiers Lockheed-Martin F-16V Viper Block 70.

Ces avions seront livrés accompagnés de réacteurs General Electric F100-GE-129D de rechange. Niveau avionique le cœur de ces chasseurs est le radar à antenne active AN/APG-83. Il sera couplé à une nacelle de ciblage AN/AAQ-33 Sniper, un équipement de grande précision essentiel pour l’emport et le tir de munitions comme la bombe GBU-31 JDAM à guidage GPS ou encore la bombe planante GBU-53/B Stormbreaker. Toutes les deux font parties de l’accord américano-jordanien autour de ces seize avions de combat.
Plus classiquement on retrouve des missiles air-air AIM-120D AMRAAM et des bombes guidées au laser GBU-10 Paveway II.
Les F-16V Block 70 Viper jordaniens pourront également emporter des CFT, des réservoirs de carburants dits conformes. Ils seront installés en extrados de voilure, au niveau de l’arête de l’avion. Ils permettront d’augmenter significativement le rayon d’action de ces chasseurs.

Illustration © Lockheed-Martin.

 

Publicité

7 COMMENTAIRES

    • D’où l’intérêt Machin 10 de ne pas lire les articles en diagonales. Le contrat concerne aussi l’armement et les pièces détachées. C’est écrit noir sur blanc un peu plus haut.

  1. Bien sûr il y a eu de nombreuses améliorations mai ce qui est impressionnant c’est que 48ans après le premier vol du f16 il demeure actuellement un des meilleurs chasseur en service.

    • Certes le Dassault Mirage III (et non Mirage 3) et le Mikoyan-Gurevitch MiG-19 Farmer volent toujours en 2022 mais de manière très marginales. En outre l’utilité tactique de tels chasseurs de nos jours totalement obsolètes est fortement discutable.

  2. Effectivement j’aimerais pas rencontrer un rafale ou un F35 ennemie au commande d’un MIG19 ou un Mirage III les chances de survie sont faibles à moins qu’il n’ai plus de missiles et ne doivent que se débrouiller avec ses canons et encore c’est comme si l’on avait fait s’afronter un fokker Dr I et un bf109 ou un p51 mustang à une autre époque. Même si je pense que je tremblerai moins dans le mirage que dans le Mig

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom