Les premières informations laissent à craindre une catastrophe aérienne majeure. Ce mercredi 8 janvier 2019 au petit matin un avion de ligne Boeing 737-800 appartenant à la compagnie aérienne Ukraine International Airlines s’est écrasé en Iran. Il n’y aurait aucun survivant parmi les 180 personnes se trouvant à son bord. La cause accidentelle est pour l’instant toujours privilégiée, mais quelques sources accusent également l’armée iranienne d’une bavure.

Le site du crash à Parend.

Il était 6 heures 12, en heure locale, lorsque le vol PS752 a décollé de l’aéroport de Téhéran à destination de celui Kiev. Le Boeing 737-800 en question, immatriculé UR-PSR, assurait un vol régulier. Pour une raison encore inconnue l’avion a subitement décroché de sa trajectoire initiale seulement deux minutes et demi après son décollage. Il s’est écrasé sur la petite commune de Parand. Au moins une explosion majeure a alors été aperçue. Il s’agissait d’un avion récent, puisque âgé de moins de quatre ans. Il était globalement bien entretenu comme tous les avions d’Ukraine International Airlines.
Les autorités locales ainsi que l’organisation humanitaire du Croissant Rouge (c’est à dire le représentant du Comité International de la Croix Rouge dans les pays à majorité musulmane) annoncent conjointement qu’il n’y aurait aucun survivant.

Pour l’instant on sait que le biréacteur mono-couloir transportait 170 passagers et 10 membres d’équipage. On ignore les nationalités mais les autorités de Kiev ont d’ores et déjà communiqué sur le fait qu’elles sont majoritairement iraniennes et ukrainiennes.
Sur l’accident en lui-même on peut forcément penser aux récents déboires que les Boeing 737NG ont connu avec leurs emplantures de voilures. Pour mémoire le 737-800 est la version la plus représentée du 737NG. Mais un autre incident n’est pas à écarter pour autant, celui qui toucherait à la motorisation. On se souvient il y a quelques semaines de ce 737-800 japonais obligé de se poser en urgence suite à une grave avarie lors d’une phase de décollage.
Le souci c’est qu’une demi-douzaine de sources parlent actuellement d’un tir de la DCA iranienne. Un missile sol-air aurait été tiré, sans que cela ne soit pour l’instant confirmé par Téhéran, contre l’avion de ligne ukrainien. Si tel était le cas ce serait une bavure flagrante et très grave. Et cela pourrait expliquer la «boule de feu» que plusieurs témoins disent avoir vu juste avant l’écrasement. Pour autant la thèse accidentelle doit être privilégiée en priorité.

La grosse question qu’on peut se poser c’est de savoir jusqu’à quel point l’enquête va être sérieusement menée. Car seuls des personnels iraniens pourront travailler sur le site de l’accident. Les très très mauvaises relations diplomatiques actuelles en Téhéran et Washington interdisent en effet à Boeing mais également au motoriste d’envoyer sur place le moindre expert. Il en va de même des agents fédéraux de la FAA ou du NTSB qui sont habituellement facilement déployés à l’étranger quand la sécurité d’un avion produit aux États-Unis est en question. Le risque que ces personnels soient retenus contre leur gré par le régime iranien est forcément bien trop élevé.

Les équipes de secours à l’œuvre. L’hélicoptère Mil Mi-8 visible appartient aux secouristes iraniens.

Accident ou bavure, au final il n’en demeure pas moins que dans ce crash aérien 180 personnes ont perdu la vie. Aux vues des images fournies par l’Agence France Presse on comprend qu’aucun survivant n’ait été retrouvé, l’avion semble avoir tout bonnement été pulvérisé dans le crash. Il faut se souvenir qu’il décollait à peine, ses réservoirs de carburant étaient par conséquent totalement remplis.

Photos © AFP.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. 82 Iraniens, 63 Canadiens 11 Ukrainiens (deux passagers et neuf membres de l’équipage), 10 Suédois, 4 Afghans, 3 Allemands et 3 Britanniques étaient à bord d’après france-info.

  2. L’État Iranien refuse le transfert des boîtes noires à Boeing ou au NTSB ou à quelques organismes en relation avec les USA, n’ayant pas les moyens de décrypter ils devraient alors et peut-être confier la lecture aux Russes, qui eux ont les moyens de lecteur et de copie, ce qui permettrait ainsi peut-être que certains documents où data soient confiés à Boeing.
    Ce serait peut-être la moins mauvaise décision pour connaître la vérité, à moins qu’il n’y ait eu une bavure de la DCA Iranienne, on retrouverait sensiblement la même configuration qu’avec l’avion abattu en Ukraine, avec du « ce n’est pas moi, c’est toi ».

    • Le premier ministre canadien Justin Trudeau a hier fait savoir qu’il exigeait lui aussi une enquête la plus poussée et transparente possible. Y croit t-il vraiment ?

  3. Quelle tristesse pour toutes ces victimes innocentes et toutes nos condoléances envers toutes ses familles éprouvées par ce drame. Évidemment avec 63 victimes canadiennes dont 5 résidents au Québec cette tragédie fait la une des médiats au Canada. Les drapeaux canadiens au Canada sont en berne ainsi que le drapeau du Québec sur la tour centrale du parlement du Québec en hommage aux victimes de l’écrasement. Sur le site Le site https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/victimes-canada-ecrasement-avion-iran_qc_5e174356c5b6b32c72bed95f?utm_hp_ref=qc-nouvelles est indiqué la liste des canadiens victimes. Toutes mes sincères condoléances à toutes les familles impliquées dans ce drame. Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que des renseignements provenant de plusieurs sources indiquent qu’un missile iranien aurait abattu le vol. https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/ecrasement-avion-iran-justin-trudeau_qc_5e177937c5b6640ec3d10e6b?utm_hp_ref=qc-ecrasement-avion-iran Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a discuté mercredi soir avec son homologue iranien de l’écrasement mortel. Le Canada a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran en 2012, accusant le régime iranien de soutenir le terrorisme. https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/ecrasement-avion-iran-canada_qc_5e1757e9c5b600960c620632?ncid=other_huffpostre_pqylmel2bk8&utm_campaign=related_articles
    Pour une fois le gouvernement canadien agit de la bonne manière envers ses ressortissants impliqués dans ce drame en dehors du pays.

Comments are closed.