Ce retrait était dans les cartons du gouvernement fédéral allemand depuis près d’une semaine, il a été confirmé ce mardi 17 mars 2020 par le Bundeswehr. Les quatre avions de guerre électronique et de reconnaissance tactique Panavia Tornado ECR appartenant à la Luftwaffe et basés en Jordanie rentreront bientôt en Allemagne. Ils étaient déployés dans le cadre de la coalition anti-Daech depuis plus de deux ans et demi. C’est une des missions de guerre les plus longues de l’histoire allemande d’après-guerre.

Et c’est donc le 31 mars 2020 que ces avions quitteront le théâtre d’opération irako-syrien pour rejoindre l’Allemagne. Depuis juillet 2017 quatre Panavia Tornado ECR ont mené aussi bien des missions de reconnaissance tactique pré et post-strike que des vols de guerre électronique. Bien entendu pas question de supprimer des systèmes de défense anti-aérienne vu que l’organisation djihadiste Daech n’en est pas doté. Les biréacteurs de la Luftwaffe réalisaient plutôt des interceptions d’émissions GSM, permettant ainsi de traquer les derniers terroristes islamistes.

Le gros de leurs missions étaient donc pourtant des prises de vues réalisées à basse et moyenne altitude, au plus près des dernières poches de résistance des forces ennemies. Et dans ce rôle les avions allemands ont toujours exceller malgré leur manque de discrétion indéniable. Le Tornado ECR est un gros avion très visible et particulièrement bruyant. Qu’à cela ne tienne il a été capable au sein de vols internationaux, aux côtés d’alliés américains ou français, d’assurer ses missions sans sourciller.
Surtout il a démontré, s’il fallait encore le faire, que les pilotes allemands ont pleinement leurs places dans ce genre d’opérations extérieures.

Quatre avions déployés durant plus de deux années et demi sur un théâtre d’opération hors d’Europe, c’est l’une des missions les plus longues de la Luftwaffe depuis sa renaissance d’après-guerre en 1956. Pour mémoire avant 1995 et les opérations en ex-Yougoslavie cette force aérienne n’avait jamais mené de mission de guerre. Et aujourd’hui encore elles sont très très encadrées avec un mandat permanent de surveillance des autorités parlementaires de Berlin. D’ailleurs la présence de députés allemands n’était pas rare sur la base jordanienne d’Al Azrak.
Pour mémoire les avions allemands y étaient stationnés depuis mars 2019 après avoir disposé jusqu’à cette date des installations atlantistes d’Incirlik en Turquie. La dégradation des relations entre Ankara et Berlin a obligé au déménagement du détachement allemand.

En fait la base jordanienne accueillait déjà un contingent allemand d’une soixantaine de militaires mettant en œuvre un ravitailleur en vol Airbus A310MRTT réalisant les transferts en carburant des avions de combat de la coalition. Celui-ci avait été rejoint en juillet dernier par un avion cargo A400M Atlas assurant le soutien logistique. Il est à noter qu’à la différence des Tornado ECR ces deux avions ne quittent pas le théâtre d’opérations anti-Daech.

Ce n’est donc pas un désengagement allemand mais bel et bien un allègement du dispositif présent dans cette région de l’Asie. D’ici au 31 mars 2020 les quatre jets continuent au quotidien leurs missions de reconnaissance tactique au profit de la coalition internationale.

Photo © Bundeswehr.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom