Ça aurait dû être le blockbuster de l’été finalement ce sera celui des fêtes de fin d’année. Le film d’action «Top Gun : Maverick» ne sortira pas à la date initialement prévue du 15 juillet mais à celle du 23 décembre 2020. Un report de plusieurs mois qui s’explique par la volonté gouvernementale en France de maintenir les salles de spectacle closes bien après la date de fin du confinement. Ce film ayant pour cadre l’aéronavale américain n’est qu’un parmi des centaines de films victimes de la fermeture des cinémas.

On sait depuis des mois que les passionné(e)s d’aviation attendent de pied ferme le retour sur grand écran du plus célèbre pilote casse-cou que Hollywood ait créé depuis un demi-siècle. Dans ce nouvel opus des aventures de Pete Mitchell point de F-14 Tomcat comme en 1986 mais des F/A-18E/F Super Hornet. Après tout il faut bien coller à l’époque.

Et surtout c’est le retour dans la tenue de pilote de chasse de l’acteur américain Tom Cruise. L’interprète vedette des films «Rain Man», «Eyes Wide Shut», ou encore «Vanilla Sky» reprend ici le rôle qui l’a rendu célèbre ! Mais s’il était crédible à 24 ans dans le premier «Top Gun» le sera t-il encore à 57 ans aujourd’hui ? Les maquilleurs hollywoodiens ont intérêt à faire des miracles pour masquer les rides.

Bien sûr les producteurs ont pensé à soigner les fans de la première heure en faisant revenir l’acteur Val Kilmer (interprète du fameux Iceman) mais surtout ils ont semble t-il calibré leur film pour une jeune génération nourrie aux films pour ados. On y retrouve ainsi Miles Teller bien connu des fans de la série de films «Divergente» ou encore Monica Barbaro plus spécialisée jusque là dans les séries télés.

À priori ce second opus (perso je croise les doigts pour que ça ne soit pas le deuxième) ne devrait donc pas rester dans les annales cinématographiques. D’autant que le génialissime metteur en scène d’origine est mort à l’été 2012 et a ici laissé la place à Joseph Kosinski, un réalisateur spécialiste des films sans saveur. Son «Oblivion» était un métrage de science-fiction paresseux et pseudo-intellectuel totalement destiné à un public non adepte de SF. Et que dire de sa suite catastrophiquement commerciale du fabuleux «Tron» ? Non définitivement la signature Kosinski ne laisse pas augurer un film très intéressant. Parti sur une telle lancée c’est à se demander s’il ne va pas signer un nouvel épisode de «Taxi» ?

Donc est-ce que «Top Gun : Maverick» est un beau cadeau de Noël un peu avant l’heure ? Chacun(e) se fera son idée. Il aurait en effet eu plus sa place dans la catégorie des films de l’été, ceux-là même qu’on oublie dès la fin des vacances. Le confinement en a décidé autrement.

Illustration © IMDB

Publicité

15 COMMENTAIRES

  1. Pour moi c’est clair, s’ils ne trouvent pas le moyen de ressusciter Goose dans les 15 premières minutes du film (qu’ils trouvent une solution, n’importe laquelle, ça m’est égal) eh bien je quitte la salle avec pertes et fracas.

  2. Alors là Arnaud vous m’épatez!
    Vous savez sans avoir vu le film qu’il « ne devrait donc pas rester dans les annales cinématographique », « Il aurait en effet eu plus sa place dans la catégorie des films de l’été, ceux-là même qu’on oublie dès la fin des vacances.. »
    Honnêtement, le film Top Gun premier du nom, aussi culte soit-il pour tout passionné d’aviation, n’est pas, cinématographiquement parlant, un chef d’oeuvre… Le scénario tiens sur un post-it… Mais ne soyez pas aussi catégorique pour le 2ème: on sait bien qu’il ne sera pas transcendant sur bien des points, pour autant il pourrait devenir culte pour toutes les nouvelles générations… Allez savoir!! Donc critiquer avant de savoir, c’est un petit peu exagéré! 😉
    Je vous trouve également un peu dur avec Joseph Kosinski. Oblivion n’est pas dégueu. Pas parfait, évidemment, mais, moi qui aime bien aussi la SF, il n’y a pas beaucoup de films qui vaillent vraiment le coup en ce moment. Oblivion est loin d’être le pire. Mais ce n’est que mon avis! 😉

  3. J’irai le voir évidemment sans m’attendre à quoi que ce soit. Comme ça je ne serais pas déçu.
    Et à votre avis à la toute fin de la bande annonce, quel est cet aéronef que pilote Tom Cruise ? Le SR-91 Aurora ?

  4. Top gun c’est avant tout des clips les un après les autres. De belles images, de la bonne musique et très peu de scénario. Mais la magie opère et c’est l’essentiel. Pour moi l’essentiel était de ne pas faire un film promotionnel du f35C tout en image de synthèse, même si le f18 n’a pas la classe d’un f14. D’ailleurs aucun avions dans l’aéronavale a autant la classe qu’un f14 si ce n’est le Chance Vought F4U Corsair.

  5. Bonsoir à tous,
    Pour moi le plus beau (je ne parle que d’esthétique, pas de performances), c’était le F11F Tiger (celui des Blue Angels dans Buck Danny, toute une époque…).
    Sinon pour Top Gun, je n’en attends pas grand chose, comme cela la surprise ne pourra être que bonne. Mais je pense quand même qu’il aurait fallu rajeunir le casting.

  6. Pour moi, le plus bel avion militaire du monde est le Rafale. Qui a dit que j’étais chauvin ? Meuh non voyons (ou alors rien qu’un tout petit peu).

  7. J’attendais cette sortie, et le peu d’image que l’on peut voir laisse présager de biens belles images, les moyens ayant bien évolués il est certain que nous ne serons pas déçu.
    Lors d’un précédant article, il était fait état d’un manque de pilote dans la NAVY je crois, voilà bien un film apte à relancer les vocations non? Et à ce sujet, n’y avait-il pas eu un pic de recrutement après la sortie du 1?

    • Lorsque le premier Top Gun est sorti l’US Navy n’avait pas de problème de recrutement. L’Amérique vivait encore dans la crainte (non fondée) d’une URSS forte capable de la mettre en danger. Son aéronavale pouvait donc encore se permettre de refuser des prétendants. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

        • Bonsoir,
          Difficile de répondre à ce genre de question sans une confrontation réelle…
          Ceci dit, en combat aérien pur, la dernière confrontation significative (en intensité et durée, les guerres du golfe ne représentent quasi-rien en air-air) a été entre Israël et la Syrie en 1982 soit il y a près de 40 ans…; Aucune autre armée de l’air au monde n’a de réelle expérience depuis la guerre du Viet Nam, par les grands-pères des pilotes actuels…Les pilotes russes ont certainement perdus énormément d’expérience lors des 15 années qui ont suivi la chute du mur, les pilotes chinois n’en ont jamais eu, et ce genre de capacité est certainement très dur à acquérir ou ré-acquérir.
          Enfin, pour pouvoir juger des qualités respectives des entraînements, il faudrait avoir des confrontations non pas entre quelques pilotes exceptionnels mais entre plusieurs dizaines de pilotes, pour définir un niveau moyen…

Comments are closed.