Un accord a été trouvé entre Séoul et Washington autour de ce chantier de remise à niveau des chasseurs sud-coréens. Plusieurs éléments d’avionique seront améliorés afin de permettre aux chasseurs KF-16 Fighting Falcon de devenir encore plus interopérables avec les aéronefs des forces alliées. La chaîne de communication notamment va être revue et corrigée. Le contrat est annoncé à environ 177 millions d’euros.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire le KF-16 n’est pas un F-16 Fighting Falcon modifié pour réaliser des missions de ravitaillement en vol. Dans ce cas la lettre K signifie Korea. Le KF-16 est en fait un F-16C/D Block 52 spécialement adapté aux besoins sud-coréens et en partie assemblé par Samsung Aerospace dans les années 1990. Ce constructeur disparu en 1999 fait désormais partie de Korea Aerospace Industries.

Et ces avions commencent à vieillir, notamment au niveau de l’avionique. C’est la raison pour laquelle le gouvernement américain a autorisé ce programme de modernisation entre la Republic Of Korea Air Force et Lockheed-Martin.
Le premier des deux principaux points de modernisation est l’ajout d’un système de communication encryptées au travers de l’équipement radio AN/ARC-238. Cela rendra les KF-16 monoplaces et biplaces compatibles avec une bonne partie des avions de l’OTAN. Le second concerne le transpondeur AN/APX-126 permettant d’identifier l’avion auprès des forces alliées. Liaisons 16 et IFF sont les principaux équipements de ce contrat qui permettra donc aux chasseurs sud-coréens d’être encore plus interopérables avec leurs homologues américains et japonais.
Un système de planification de missions de nouvelle génération ainsi que l’option d’emport d’armements futurs actuellement en développement aux États-Unis.

On sait que Lockheed-Martin a proposé aux Sud-Coréens son futur missile air-air AIM-260 JATM, le successeur désigné de l’actuel AIM-120 AMRAAM. Ce dernier, conçu par Hughes et construit par Raytheon, est avec l’AIM-9 Sidewinder la principale arme air-air du KF-16 Fighting Falcon. Or le chantier de modernisation permettra d’envisager l’installation de ce futur missile une fois ses essais terminés, à l’horizon 2022.

Pour les Sud-Coréens ce programme permet aussi de mettre au second plan leurs actuels Northrop F-5E/F Tiger II dont le remplacement est annoncé pour 2026-2028 par l’avion furtif KF-X actuellement en cours de conception.

Photo © ROKAF.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom