Dès lors qu’il s’agit de la Russie il est toujours difficile d’avoir des informations fiables et sûres. Environ 48 heures après le drame nous pouvons néanmoins vous en donner quelques-unes concernant ce tragique accident. Un hélicoptère d’assaut Mil Mi-8AMTSh s’est écrasé dans la grande banlieue moscovite. Ses trois membres d’équipages sont malheureusement décédés dans l’accident.

L’hélicoptère se trouvait à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Moscou et environ vingt de la ville de Klin quand il s’est écrasé ce mardi 19 mai 2020 en soirée. Il était environ 20 heures, en heure locale, quand le contrôle aérien russe a reconnu avoir perdu la trace de son Mil Mi-8AMTSh. L’appareil, destiné à des missions d’assaut armée et d’appui tactique rapproché réalisait une mission d’entraînement à la lutte antiterroriste.

Selon les rares témoignages recueillis par les médias russes le pilote aurait tenté de poser son hélicoptère mais n’aurait pas réussi. À l’arrivée des services de secours les trois membres d’équipage étaient décédés.
Le ministère russe de la défense a annoncé avoir diligenté une enquête mais se refuse actuellement à immobiliser sa flotte de Mil Mi-8. Il faut dire que les seuls forces aériennes russes alignent plus de 700 de ces hélicoptères pour divers rôles. Les Mi-8AMTSh comme celui accidenté sont employés pour les opérations les plus durs, en première ligne. Beaucoup ont été rénovés entre 2015 et 2019 afin de prolonger leur espérance de vie de plusieurs années.

Si les accidents de Mil Mi-8 sont assez fréquents en Russie, ils concernent pourtant généralement plutôt des machines civiles. Vu les capacités de cet hélicoptères ces crashs tournent parfois aux drames très lourds avec des bilans humains dignes d’avions de lignes régionaux. Il faut dire que dans une Russie où la corruption est toujours aussi galopante certains préfèrent largement les dessous-de-tables à l’entretien de leurs machines. Une habitude qui tend cependant à disparaitre petit à petit chez les militaires de ce pays. Cet accident survient deux semaines après celui d’un Mil Mi-35 en Crimée sous occupation russe.
Ne nous leurrons pas nous ne saurons sans doute jamais les causes exactes de l’accident de ce Mi-8AMTSh : la chape de plomb héritée de l’ère soviétique est toujours de mise en Russie ! Même trois décennies après la chute du marxisme international.
Il n’en reste pas moins que trois militaires sont morts dans cet écrasement.

Photo © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom