C’est une mission de sauvetage en zone urbaine inhabituelle pour l’équipage de la Sécurité Civile. Ce vendredi 22 mai 2020 au midi Dragon 75 a été sonné par la BSPP afin de venir hélitreuiller la victime d’une chute sur échafaudage. Sur place les pompiers de Paris n’avaient aucun moyen de l’évacuer vers le sol et seul l’hélitreuillage pouvait sauver la vie de ce trentenaire. L’hélicoptère l’a ensuite transporter jusqu’à une structure hospitalière.

Peu avant midi le centre de secours Château d’eau est avisé d’un accident du travail sur un échafaudage du 10e arrondissement. Il y déploie immédiatement un moyen de secours à victimes. Une fois arrivés sur place les sapeurs-pompiers de Paris découvrent un ouvrier de 35 ans victime d’un grave chute et qui se trouve au 4e étage. Pis la situation de la victime, dans une cour intérieure interdit l’accès via un moyen aérien type «grande échelle» ou bras élévateur articulé. L’officier de garde présent sur place décide alors de demander le renfort des spécialistes du GRIMP, le Groupe de Recherche et d’Intervention en Milieu Périlleux.

Un fois arrivés sur place et après avoir pris attache avec l’équipe médicale du SAMU de Paris présente elle-aussi les membres du GRIMP décident d’évacuer la victime par hélicoptère. La solution passe donc par Dragon 75 avec lequel ils ont l’habitude de travailler. Entre sa base d’Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine et le 10e arrondissement parisien il n’y a qu’un (gros) saut de puce pour l’Eurocopter EC145 jaune et rouge.

Les spécialistes du GRIMP de la BSPP en haut de l’échafaudage.

Une fois à la verticale de l’échafaudage l’hélicoptère biturbine doit tenir le vol stationnaire pendant que son mécanicien navigant fait descendre  le brancard auprès de l’équipe du GRIMP des pompiers de Paris. À quelques mètres seulement au-dessus des toits de la capitale Dragon 75 ne passe pas inaperçu. En dessous c’est un dangereux exercice d’équilibristes que mènent ces spécialistes reconnaissables à leur tenue rouge. Ils ont déjà préparé la victime avec l’aide des soignants du SAMU. Une fois le brancard au quatrième étage l’ouvrier blessé y est embarqué et lentement le treuil le remonte.
Par chance la météo est alors favorable au-dessus de la rive droite parisienne. Au bout de quelques longues dizaines de secondes le brancard et le sauveteur sont à bord et l’EC145 peut reprendre un vol plus classique, en direction d’un service hospitalier parisien.

Le mécanicien-navigant, l’ange-gardien de ce genre d’opération.

Même si la présence de l’hélicoptère sur zone n’aura réellement duré que quelques minutes elle aura permis de sauver la vie de cet ouvrier blessé. Sans le Dragon 75 il aurait sans doute fallu évacuer la victime en rappel et la conduire en ambulance sous escorte moto. Ce qui aurait pris beaucoup plus de temps et aurait bien plus secouer ce blessé.
Une fois encore les personnels de la Sécurité Civile ont démontré qu’aux côtés de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris et du SAMU ils savent parfaitement sauver des vies, et toujours avec humilité.

Photos © Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. L’hélicoptère l’a ensuite transporter jusqu’à une structure hospitalière.;
    Correction: L’hélicoptère l’a ensuite transporté jusqu’à une structure hospitalière.;
    Participe passé après le verbe avoir!…..
    Sinon, je vais chez Aero buzz…..
    Mais, je pense qu’il faut saluer le GRIMP et la BSPP avec une certaine humilité comme le dit si bien Floc… Chapeau bas…..

  2. Puisque l’ortographe est sévèrement corrigée par certains qui ne regardent que ce qui leur permet de critiquer au lieu d’applaudir, je dirais que j’ai fait une ENORME faute !, chapeau bas sans x à chapeau en effet malgrè le fait que j’en ai plusieurs dans ma collection, je n’en porte qu’un à la fois ! et bien oui, je n’ai qu’une tête !

    • Nous avons parfois nos ayatollahs de l’orthographe. Ce sont d’ailleurs assez fréquemment des gens qui ne viennent que pour exister de la sorte et pas vraiment pour la passion commune de l’aviation. Ce Petit Gil en est l’archétype même, en plus il nous « menace » de nous quitter pour un autre site aéronautique, par ailleurs excellent. Je crois que nous ne nous relèverons jamais du fait que ce troll ne nous lise plus et ne nous reprenne plus sur la maîtrise de la langue française.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom