Très honnêtement ce n’est une surprise pour absolument personne! Ce lundi 28 mars 2022 le Canada par la voix de sa ministre de la défense, madame Anita Anand, a fait savoir qu’il sélectionnait officiellement le Lockheed-Martin F-35A Lightning II comme futur avion de combat multi-rôle. C’est donc la fin d’un non-suspens puisque l’Aviation Royale Canadienne avait déjà fait le pari de l’appareil à l’époque où il n’était encore que le démonstrateur technologique X-35. Tout ça pour ça a-t-on envie de dire.

Le chèque canadien pourrait s’élever à dix-neuf milliards de dollars américains. C’est donc un très gros contrat pour Lockheed-Martin. Ce n’est après tout pas tous les jours qu’on vend quatre-vingt-huit avions de 5e génération à une force aérienne jusque là cliente de Boeing. Ce dernier est véritablement le dindon de la farce dans le programme de remplacement des McDonnell-Douglas CF-188 Hornet. Récemment retoqué par l’Aviation Royale Canadienne le F/A-18E/F Super Hornet était pourtant l’avion idéal. Parfaitement taillé pour les grands espaces canadiens, disposant d’une facilité de transformation opérationnelle vis-à-vis du CF-188 Hornet et surtout assez bon marché.
Rappelons que déjà Airbus DS et Dassault Aviation avaient fait le choix de laisser tomber le programme, préférant retirer leurs respectifs Typhoon Tranche 4 et Rafale F4 d’une compétition qu’ils pensaient biaisée d’avance. L’actualité leur a donné raison.

Hormis Boeing un autre avionneur n’a véritablement été là que pour faire de la figuration : le Saab JAS 39E/F Gripen suédois. Seul encore en lice face au F-35A Lightning II il ne jouait que les faire-valoir, les figurants de luxe. Car depuis des mois chacun savait que Lockheed-Martin allait gagner.
Et pourtant le choix du F-35A n’avait rien de logique jusque très récemment.
Car s’il est incontestable que c’est un avion de pénétration et d’appui tactique hors pair, les expériences israéliennes au Proche Orient et américaines en Afghanistan l’ont démontré, sa capacité à gérer de la défense aérienne est longtemps demeuré assez contestable, et pour le moins contestée. Ses déploiements sous bannière de l’OTAN au sein de missions de police du ciel en Islande ont sans doute aider à vaincre les dernières hésitations canadiennes. Au grand dam de ses détracteurs le Lockheed-Martin F-35A Lightning II est donc bien un chasseur multi-rôle.

Le LcDonnell-Douglas CF-188 Hornet, l’avion que le F-35A Lightning II remplacera au Canada.

Les premiers avions sont attendus au sein de l’Aviation Royale Canadienne pour le second semestre 2025, avec une pleine dotation d’ici la fin de la décennie. À n’en pas douter le Canada sera un client bichonné par Lockheed-Martin, le futur CF-35 pouvant représenter un exemple publicitaire.

Photos © Aviation Royale Canadienne et Lockheed-Martin.

Publicité

11 COMMENTAIRES

  1. Le choix d’un mono-réacteur interroge quand même alors que son rôle principal (hors Opex) va etre de faire la police du ciel dans un territoire aussi grand et a l’environnement aussi hostile qu’est le Canada.

    Si l’achat de F35 semblait de toute façon obligatoire géostratégiquement parlant (Five Eyes, participation au programme f35, liens américains, ect.), il me semble que la logique aurait demandé un mix des F35 avec un biréacteur genre F15EX ou F/A-18 E/F

  2. Il ne faut pas oublier que les F-35 reçus à ce jour sont encore des avions de pré-série. Une faible disponibilité, un simulateur qui n’est pas encore disponible, des centaines de défauts non résolus, besoin d’un nouveau reacteur plus puissant, un coût d’exploitation énorme de 35 000$ de l’heure et le standard Block 4, le premier réellement opérationnel, qui n’arrivera qu’en 2026. Ça fait beaucoup de modifications à plusieurs milliards de dollars pour arriver à un avion parfait. C’est pour ça que les USA ont réduits leurs commandes de F-35 d’un tier pour 2023, et ça le sera tant que la situation ne ce sera pas améliorée significativement.

  3. Personne n’a été dupe sur ce coup là. Les Canadiens sont les toutous des Américains, ils n’achètent qu’américains. S’ils avaient acheté européen Biden les aurait exclu de l’organisation NORAD. Après j’aurais aimé un Super Hornet canadien.

  4. Vive le Gripen qui a un meilleur rayon d action et plus manoeuvrable…le libérale recules encore sur ses promesses électorales…lâche pas Justin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom