C’est un effet pervers de la fin du confinement généralisée des populations françaises : les gens retournent dans la nature ! Si la quiétude de la faune est effectivement terminée c’est également à coup sûr le retour des blessures pour celles et ceux qui arpentent nos massifs montagneux ou bien le littoral sans y être vraiment préparés. Et comme avant la crise sanitaire ce sont les équipes de sapeurs-pompiers et les Eurocopter EC145 jaunes et rouges de la Sécurité Civile qui sont en première ligne. Un retour donc à la normale pour les Dragon, avec son lot d’interventions plus ou moins impressionnantes.

La réouverture des parcs et jardins publiques dans les zones vertes et oranges du territoire national ne pose pas vraiment de problèmes, hormis en cas de non-respect des gestes barrières et de la distanciation sociale. En montagne, comme au bord de la mer, il en est  différemment.

Improviser une DZ, une spécialité bien française.

Car les touristes reviennent au compte-gouttes mais sans discontinuer dans les différents massifs montagneux ou encore sur les plages de l’Hexagone. Alpes, Jura, Massif Central, ou encore Pyrénées pour ne citer qu’eux sont des sites qui attirent. Hors dans bien des cas seuls les hélicoptères peuvent venir chercher les randonneurs amateurs lorsque la blessure est là. Et il n’est pas nécessaire de se fracturer le tibia ou bien de se luxer une épaule pour voir arriver un Dragon. Le biturbine jaune et rouge se déplace même (gratuitement car c’est un service de l’état) pour une entorse ou un arrachage ligamentaire. En montagne, même moyenne, ce genre de blessure peut prendre des proportions incroyables.

Même sur le littoral français les Eurocopter EC145 jaunes et rouges sont en permanence en alerte, et encore plus depuis la fin du confinement. Car si les joies des bains sont revenues les risques de noyades aussi. Sans compter les accidents là encore de randonnées, avec les envasements, les glissades sur des rochers souvent acérés, ou encore les chutes suite à des chevilles mal assurées dans les galets.
Toutes les plages françaises ne sont pas de sable fin comme à Dunkerque, Hyères-les-Palmiers, ou encore Luc-sur-mer.

Rien que sur ces quelques jours plusieurs interventions ont été nécessaires pour les équipages des Dragon répartis sur l’ensemble du territoire pour des incidents relevants de la maladresse ou de l’inconscience. Mais jamais vous ne verrez ou n’entendrez les équipages de la Sécurité Civile se plaindre. Le service public n’est pas une vue de l’esprit pour ces femmes et ces hommes.
Comme par exemple quand en Bretagne ils ont du secourir une femme victime d’un accident de quad dans le Puy-de-Dôme ou encore cette randonneuse ayant lourdement chuté dans les gorges du Stangala non loin de Quimper. Dans ce derniers cas Dragon 29 a même été obligé de l’hélitreuiller car il n’avait pas le possibilité de se poser.

Extrême maîtrise de la machine et sang-froid de rigueur pour réaliser ce « posé-patin ».

Ces accidents que l’on pourrait qualifier de déconfinement viennent en plus des plus classiques : évacuation sanitaire lors d’accidents de voie publique, transfert de malades aux demandes des SAMU, ou encore sauvetage hauturier, voire intervention en haute montagne.

Ce court sujet au aussi pour rôle de rendre hommage aux femmes et aux hommes de la Sécurité Civile qui œuvrent au quotidien à bord et autour de ces Eurocopter EC145 pour sauver nos vies.

Photos © Sécurité Civile.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom