Définitivement l’aviation militaire russe ne respecte jamais le droit internationale. Ce jeudi 17 septembre 2020 en après-midi deux avions de reconnaissance maritime à long rayon d’action Tupolev Tu-142 Bear-F ont été intercepté et escorté par la RAF. Une fois encore ces gros quadrimoteurs à turbopropulseurs volaient au plus près de l’espace aérien souverain britannique. L’OTAN avait déployé un de ses Boeing E-3A Sentry afin de soutenir l’action des chasseurs de Sa Majesté vis à vis de ces deux avions hostiles.

C’est par le nord que les deux échos radar ont été identifié par les Britanniques. Ces avions évoluant sans aucun plan de vol, transpondeur éteint, refusaient de répondre aux appels du contrôle aérien. Au bout de trois quarts d’heure d’appels infructueux les contrôleurs aériens britanniques ont été obligé de faire sonner la Royal Air Force. Deux Eurofighter Typhoon FGR.4 remplissant la mission QRA, pour Quick Reaction Alert, ont alors décollé en urgence et pris la direction de la mer du nord.

Guidés par l’AWACS de l’OTAN les deux chasseurs britanniques ont rapidement rejoints les avions inconnus au comportement toujours aussi hostile. À leur hauteur les pilotes de la RAF ont reconnu deux Tupolev Tu-142 Bear-F, des avions de reconnaissance maritime longue portée directement dérivé du vieux bombardier soviétique Tu-95.
Tout en conservant une distance de sécurité afin de ne pas effarouché les équipages russes les pilotes britanniques leur ont indiqué de les suivre et de s’écarter de l’ADIZ, la zone d’identification aérienne du Royaume Uni. Mais les équipages des Tu-142 n’ont semblé n’avoir rien à faire des demandes, légitimes, de l’aviation britannique.

Dans le même temps le contrôle aérien britannique a demandé le renfort du Danemark et de la France qui ont respectivement envoyé sur zone respectivement deux General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon et deux Dassault Aviation Mirage 2000-5F. Une fois au sud-est de l’archipel britannique les deux avions russes ont repris la direction de leur espace aérien.
À aucun moment les membres d’équipage de ces avions n’ont semblé prêts à respecter le droit international. Leurs transpondeurs sont demeurés muets, ils n’ont répondu à aucun appel radio, et ont refusé d’exécuter les consignes données par la chasse britannique. Une situation qui tend un peu plus les relations diplomatiques entre Londres et Moscou.

L’OTAN estime désormais que les Tupolev Tu-142 représentent une menace sérieuse pour le trafic aérien dans sa zone d’influence. C’est la seconde fois en moins d’une semaine que de tels avions s’approchent dangereusement de l’espace aérien souverain du Royaume-Uni.

Photo © Royal Air Force.

Publicité

14 COMMENTAIRES

  1. Imparables russes! Si ils pénètrent l’espace souverain du royaume uni sans transpondeur et sans répondre aux injonctions des intercepteurs de sa majesté, le droit international permet de tirer sur les intrus, Il me semble.

    • Parce que les Britanniques ne sont pas des va-t-en-guerre. Ils ne vont pas abattre un avion qui finalement ne représente qu’une menace assez faible comme l’est le vieux Tu-142 ex-soviétique.

  2. Oui, d’autant plus que la Russie n’a aucune intention hostile. Ce sont juste des vols de reconnaissance tout comme en font les avions de l’otan du côté des frontières de la fédération de Russie.

    • Aucune intention hostile ? Ah bon ? Voler transpondeur éteint, refuser les injonctions des avions de défense aérienne, ou encore rejet des appels radio du contrôle aérien vous appelez cela des intentions non hostiles vis à vis de l’OTAN et des Européens ?

  3. Vols que font l’est et l’ouest pour tester le temps de réactions chacun et prendre des photos les uns les autres.Ça dure depuis la guerre froide.Rien de nouveau ni d’extraordinaire.

  4. Bonsoir ,
    Attention aux partis pris.
    Envoyer deux avions des année 50-60 n’est pas un acte agressif.
    La meilleure preuve est qu’ils ont été interceptés sans problème .
    et croyez vous vraiment que l’Otan ne fasse pas la même chose avec du matériel autrement plus perfectionné?

    • Donc selon vous envoyer des avions espions au plus près d’un territoire souverain n’a rien d’un acte agressif ? Surtout quand on sait qu’il s’agit d’un avion évoluant sans aucun transpondeur allumé, et refusant catégoriquement de répondre aux appels radios en mépris total des règles internationales ? Je crois « le parisien » qu’avec vous nous avons encore trouvé un bon ouin-ouin pro-russe.

      • Hé ho c’est pas parce que l’on ose dire que, oui, il a des avions espions US qui en font tout autant aux frontières russes et que c’est un jeu de dupe qui dure depuis toujours entre ses deux puissances que l’on est un pro-russe ou je ne sais quoi. Les œillères ça vaut pour tout le monde hein. C’est vrai que du côté OTAN, les actions semblent plus transparentes mais bon…pas sûr.

        Je sais qu’après des années de site ça peux être pénible de modérer avec tout ses vrais trolls qui pullulent mais franchement le ton condescendant et très agressif de votre part est franchement désagréable depuis un moment Arnaud.
        Cela dit je vous remercie pour les nombreux articles de qualités régulièrement publiés sur ce super site

  5. Hélas la Russie du camarade Poutine ne comprend que la force. Pour masquer sa gestion intérieure catastrophique, il met en avant son armée, et laisse la bride ouverte à ses militaires.
    L’Otan doit se montrer présente, et faire respecter les règles. Point.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom