C’est un débat qui a toujours su enflammer les passionnés d’aviation : la superstition dans la nomenclature américaine. En effet il se dit et s’écrit depuis des années que le nombre 13 est systématiquement zappé des désignations américaines, et ce depuis l’origine de celles-ci. Alors mythe ou réalité autour de ce qu’en bon français on appelle la triskaïdékaphobie ? Et pour cela rien de mieux qu’un peu de compréhension de la société américaine.

Pour commencer il faut reconnaitre que la triskaïdékaphobie, ou peur du chiffre 13, n’est pas une vue de l’esprit aux États-Unis. C’est même un concept bien connu et pleinement accepté, à défaut d’être revendiqué. Par exemple la majorité des grattes-ciels new-yorkais n’ont pas de treizième étage. On passe de l’étage 12 à l’étage 14 par un étage 12B. Toujours dans la ville qui ne dort jamais il y a bien une 13e avenue, mais personne n’y vit : c’est un bout de quai sans âme le long de l’Hudson. Dans l’aviation commerciale américaine il n’y a jamais de rangée 13 à bord des avions d’Alaska Airlines, de Southwest, ou encore de United Airlines. Là encore on passe de la rangée 12 à la rangée 14 sans que cela ne choque personne. Évidemment aucun siège numéro 13 sur la quasi totalité des avions américains.

Mais alors et les avions militaires américains ? En effet il n’existe aucun chasseur F-13 alors qu’il a existé un prototype Lockheed YF-12. La suite a été donné avec le célèbre Grumman F-14. Est-ce un cas isolé ? Pas vraiment non. Dans les avions de transport on passe de l’actuel Beechcraft C-12 au Boeing YC-14, sans le moindre C-13. Les avions d’attaque en A ne sont pas concernés puisque n’ayant pas encore atteints les treize avions, de même que ceux d’entraînement ou encore de guerre électronique.
Mais est-ce que cela a toujours été ainsi ?

En fait non cette triskaïdékaphobie est même un concept assez récent. Il remonte aux années 1960 environ. Avant cela des avions et hélicoptères porteurs du nombre 13 dans leur désignation étaient fréquent. Beaucoup connaissent le Bell H-13 Sioux ou encore le Vultee BT-13 Valiant. Pas sûr que le numéro leur ait porté malheur.
Ah oui dans l’histoire il y a bien eu un F-13, le Boeing F-13. C’était une version de reconnaissance stratégique du célèbre bombardier B-29 Superfortress.

Voilà vous en savez désormais un peu plus sur cette superstition américaine autour du numéro 13. Ça tombe bien nous sommes aujourd’hui le 13 août !

Photo © San Diego Air & Space Museum.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom