L’affaire est passée totalement inaperçue de ce côté ci de la Manche, mais il en est tout autrement en Grande Bretagne. Ce dimanche 30 août 2020 un avion de ligne Airbus A320 appartenant au groupe Ryanair et réalisant un vol entre Vienne et Londres a été l’objet d’attentions très particulières. Suite à la découverte d’un paquet suspect il a été escorté par des chasseurs de la Royal Air Force jusqu’à sa destination. Deux passagers ont été interpellés par les services anti-terroristes de Scotland Yard.

C’est à 18 heures 21 en heure locale que l’Airbus A320-200 immatriculé en Autriche OE-LMB a décollé de l’aéroport international de Vienne. Connu comme vol FR7364 il appartient à la compagnie Lauda, filiale du célèbre groupe irlandais à bas coût Ryanair. C’est d’ailleurs ce dernier qui a vendu l’intégralité des places du vol. L’avion doit rallier l’aéroport londonien de Stansted.

Les premiers instants du vol se passent sans encombre mais une heure environ avant l’atterrissage une passagère découvre dans les sanitaires de l’avion un objet abandonné. Elle en avise l’équipage commerciale qui réalise alors qu’il s’agit d’un engin suspect. Immédiatement le commandant de bord en est informé, et les toilettes condamnés. Les passagers ne sont pas avisés des faits. Il en est tout autrement du contrôle aérien britannique.

À Londres l’affaire est prise très au sérieux et on décide de faire poursuivre le vol FR7364. Dans le même temps la Royal Air Force est avisée de ce qui se passe à bord de l’Airbus A320. Les deux avions de combat Eurofighter Typhoon FGR.4 de la QRA, la Quick Reaction Alert, sont déployés au plus proche de l’avion de ligne. Un avion de ravitaillement en vol Airbus DS Voyager KC.2 leur est attribué en soutien.
Rapidement les trois avions rejoignent l’appareil de Lauda, et les deux biréacteurs de chasse l’encerclent.

À bord c’est l’inquiétude qui règne quand les passagers découvrent les deux Typhoon FGR.4 qui volent si près de leur avion de ligne. Le commandant de bord annonce un problème technique pour justifier la présence des chasseurs de la RAF. Le vol se poursuit vers Londres-Stansted. L’Airbus A320-200 s’y pose sans encombre à 19 heures 27, heure locale, avec seulement deux minutes de retard. Les chasseurs et l’avion-ravitailleur, eux, ont repris leurs missions habituelles.
Les passagers ont été débarqués normalement, comme si de rien n’était. Deux d’entre-eux sont cependant immédiatement mis de côtés par les policiers aéroportuaires à la demande des services anti-terroristes de Scotland Yard, la police judiciaire britannique. Il s’agit d’un citoyen koweïtien de 34 ans et d’un ressortissant italien de 48 ans. Selon la police britannique ils ont été arrêté au titre de l’article 7 de la loi britannique antiterroriste de 2000. On ignore actuellement la nature exacte du paquet suspect dans les toilettes de l’avion, tout au plus sait t-on que l’avion a été inspecté par le déminage.
Des investigations sont aujourd’hui en cours pour avoir des éclaircissements sur cette étrange affaire.

Photo © Agence France Presse.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Sachant qu’à Vienne, les contrôles sont très stricts comparés à dans d’autres aéroports. Un jour, à mon arrivée à Bucarest j’ai retrouvé un couteau dans mon sac cabine, que j’avais oublié dans une poche annexe !
    Par ailleurs je ne savais pas que le nom de la compagnie Lauda Air avait perduré, je pense toujours au dramatique accident d’un de leurs Boeing 767 causé par le déploiement d’une reverse en plein vol..
    La réaction de Lauda avait été admirable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom