Alors que le dirigeant local Jair Bolsonaro en fait des tonnes autour de ses F-39E/F Gripen le Brésil oublie un peu vite que ce sont d’autres avions qui sont au cœur de sa défense. AMX A-1M et Northrop F-5EM/FM Tiger II sont en effet en cet automne 2020 encore les principales machines d’une Força Aérea Brasileira moins moderne qu’elle ne le voudrait. Pour mémoire la première escadrille de ce nouveau chasseur multi-rôle ne sera opérationnelle qu’en 2024, au plus tôt. C’est là la différence entre le fantasme et la réalité.

Le F-39E au-dessus de la capitale fédérale Brasilia.

Ce mardi 27 octobre 2020 l’état-major de la Força Aérea Brasileira accueillait un séminaire autour de son avenir et de la dimension que l’arrivée des Saab F-39E/F Gripen allait lui donner. On pouvait y entendre des généraux se gargariser autour de l’avion tout en présentant des vues d’artistes et des images générées par ordinateur de ce que sera le futur proche. On y découvrait notamment que le Gripen pourra être ravitaillé en vol par des biréacteurs Embraer KC-390 lui donnant ainsi une allonge suffisante pour traverser l’immensité du territoire brésilien. Un de ces nouveaux jets de combat était d’ailleurs présenté en statique bardé de missiles air-air et de munitions air-sol. Sauf que le tout était factice puisqu’il ne s’agissait que de maquettes à l’échelle 1.

Actuellement le Brésil possède bien son premier Gripen mais l’avion n’assure que des missions d’essais. Ou plus rarement de relations publiques. Ce fut le cas le lendemain, mercredi 28 octobre quand l’avion de combat suédois fut présenté par les plus hautes autorités militaires brésiliennes lors de la journée nationale de l’ingénierie aéronautique.
Mais surtout c’est quelque jours plus tôt que l’avion a vraiment fait parler de lui.

Le vendredi 23 octobre 2020 le F-39E/F Gripen était officiellement présenté aux Brésiliens. Pour l’occasion Jair Bolsonaro avait logiquement fait le déplacement. Et au milieu d’un aréopage de généraux, d’élus, et de journalistes internationaux tous masqués le dirigeant populiste est apparu la figure libre, affichant un sourire Colgate, et sans aucun respect des gestes barrières. Une situation qui dans un Brésil ravagé par le Covid19 est loin d’être passée inaperçue. Aujourd’hui encore l’opposition exige des explications que bien évidemment Bolsonaro se refuse à donner.

La photo à l’origine du scandale au Brésil.

Alors forcément la com’ des militaires brésiliens fonctionne à plein pot. Les grands médias nationaux, tous plus ou moins à la botte du régime Bolsonaro, en remettent des couches sur ce F-39E/F Gripen. À tel point même que les telenovelas, ces séries télés bas de gamme dont sont abreuvés les Brésiliens, montrent même désormais l’avion… au travers d’images fournies par les militaires. Résultat forcément les Brésiliens pensent que l’avion est bien présent dans l’arsenal national.

Sauf que la réalité est bien moins reluisante. La chasse brésilienne repose encore aujourd’hui sur deux modèles de jets : le chasseur américain Northrop F-5E/F Tiger II dont la flotte a été récemment modernisée et l’avion d’attaque italo-brésilien AMX A-1M modernisé lui il y a un peu plus longtemps. Ces deux avions devront tenir encore au moins dix ans avant d’être totalement remplacés par des F-39E/F Gripen totalement opérationnels.

L’AMX A-1M, la réalité de la Força Aérea Brasileira en 2020.

Du coup  en attendant leurs pilotes font le dos rond. Ils continuent de voler dessus pendant que le bon peuple pense que le Gripen est omniprésent dans une Força Aérea Brasileira que la propagande d’état présente comme bien plus puissante qu’elle ne l’est réellement.

Photos © Força Aérea Brasileira.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom