Quatre jours que l’avion suédois a débarqué sur le sol sud-américain. Ce dimanche 20 septembre 2020 le navire-cargo Elke est arrivé au Brésil avec dans sa soute le tout premier chasseur Saab F-39E Gripen destiné à la Força Aérea Brasileira. Le jet de combat va désormais passer par une phase d’essais d’environ quatre semaines avant une présentation officielle aux Brésiliens. À terme les trente-six avions de ce type doivent permettre de rajeunir considérablement la flotte de chasse brésilienne.

Au cas où on aurait pas compris que l’avion est brésilien.

C’est donc par la mer que ce tout premier monoplace Saab JAS 39E Gripen est arrivé au Brésil. Pour d’obscures raisons autant diplomatiques que financières le recours à un avion de transport stratégique loué auprès d’une compagnie russe ou ukrainienne a été rejeté. Le pouvoir brésilien lui a préféré la voie maritime, beaucoup plus lente.

Et même pour son déchargement et son transfert vers le centre d’essais en vol de Gavião Peixoto les autorités brésiliennes n’ont pas fait dans la discrétion. On reconnait là la patte de leur actuel président, l’ancien militaire Jair Bolsonaro. Plus c’est gros, plus ça passe. L’avion a été tracté de nuit dans les rues, sur une quinzaine de kilomètres. Le Gripen était entouré d’un impressionnant cordon de sécurité composé de fantassins, de maîtres-chiens, et de policiers-militaires. Le tout circulant forcément au pas, sur des axes routiers totalement fermés. Et avec bien entendu des médias convoqués en masse.
Fondamentalement il aurait été installé sur un poids-lourd avec remorque porte-char et une escorte motorisée, l’avion aurait rejoint sa nouvelle base bien plus vite. Mais ça aurait sans doute été un peu moins aux goûts du dirigeant populiste.

Un Gripen sous bonne protection, pour ses premiers kilomètres au Brésil.

Maintenant qu’il est à Gavião Peixoto le Saab JAS 39E Gripen va subir une batterie de tests, autant statiques qu’en vol. Il doit être prêt pour le vendredi 23 octobre 2020. C’est en effet dans un mois que l’avion de combat sera officiellement présenté au public et qu’il recevra sa désignation locale de F-39E Gripen.
Pour mémoire le contrat signé entre le Brésil et la Suède prévoyait la livraison de trente-six avions de ce type dont huit biplaces de transformation opérationnelle JAS 39F. Dix monoplaces et trois biplaces seront construits par Saab et les autres assemblés localement par Embraer. Un transfert de technologie qui avait permis de faire pencher la balance en faveur du monoréacteur face à des concurrents tous biréacteurs.

L’avion est désormais entre les mains des pilotes d’essais de la Força Aérea Brasileira.

À l’horizon 2024-2025 les Saab F-39E Gripen doivent permettre de commencer à remplacer les vieux Northop F-5EM Tiger II d’origine américaine. Ces avions sont actuellement les seuls chasseurs en dotation dans l’aviation brésilienne. Le bond technologique entre les deux machines risque bien de s’avéré impressionnant.

Photos © Força Aérea Brasileira.

 

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Un avion qui a pris son temps, ils étaient pas très pressés les brésiliens. L’appel d’offre pour un nouveau chasseur date de 2007 ! Je m’en rappelle à l’époque le président Sarkozy defendait le Rafale bec et ongles et Dassault croyais dur comme fer qu’il allait enfin signer son premier contrat export. Et non il a fallu attendre 2016 avec l’Égypte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom