Faute des acclamations du public les trente-trois skippers auront eu droit au vrombissement des réacteurs Larzac des avions tricolores. Ce dimanche 8 novembre 2020 en après-midi la Patrouille de France est venue au large des Sables d’Olonne saluer le départ de la plus célèbre course en solitaire. Les voiliers IMOCA 60 ont ainsi passé la ligne de départ sous le panache tricolore des fameux Alpha Jet E. Désormais ces géants des mers sont seuls pour affronter les éléments.

Un départ du Vendée Globe c’est au minimum 200 000 personnes sur les quais des Sables d’Olonne. Pour la dernière édition ils étaient même  300 000 pour admirer ces formules 1 des océans et leurs skippers. En cette neuvième édition ils n’étaient que quelques centaines, principalement des riverains et des membres des forces de l’ordre, Covid19 et confinement obligent. Un départ limite sordide.

Surtout les IMOCA 60, ces voiliers ultra-rapides de 18 mètres de long sur 4.50 de large, ont été retardé à quatre reprises. Initialement ils auraient du partir à 13 heures 02. Le ciel n’était pas d’accord. Le brouillard encore trop présent à ramener le top départ à 14 heures 20. Un coup de canon, et hop les trente-trois voiliers s’élançaient pour leur tour du monde en solitaire.

Alpha Jet E et IMOCA 60 sur la même photo : deux passions, deux mondes d’excellence.

D’un coup d’un seul le ciel est passé du bleu au tricolore. Les Alpha Jet E de la Patrouille de France ont fait majestueusement leur apparition au-dessus des IMOCA 60. Les fumigènes ont fonctionné à plein pot. D’autant que les avions français ont décris un large cercle au-dessus des trente-trois voiliers, afin de n’oublier personne. À n’en pas douter les skippers ont du avoir un petit pincement au cœur en voyant passer les fameux avions.
Navigateurs du Vendée Globe et pilote de la Patrouille de France partagent à la fois un très grand professionnalisme et une passion sans limite pour leur monde d’excellence.

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Je faisais référence à « Virtual Regatta », un jeu de simulations de réelles courses à la voile sur application, massivement multijoueurs, en temps réel et conditions météorologiques réelles. Très réaliste. Plus de 500 000 participants cette année.
    Mais évidemment je suis aussi la course réelle. Traverser 3 océans seul, sans escale, juste avec la force du vent en prenant tout les risques car ça reste une course en sachant bien que s’il arrive un souci ils seront parfois à une semaine des premiers secours ou de la première terre. Quel courage. Fascinant ! Dommage cette année ils n’auront pas eu les ovations qu’ils meritent.

  2. Merci à chacun Vendée globe et avions légendaires de nous faire rêver !,
    Petite remarque..dommage que les gros sponsors et les grands medias ne s’intéressent toujours davantage à ce sport au regard d’autres….beaucoup plus médiatisés..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom