Indubitablement c’est un des hélicoptères de combat les plus attendus du moment. Le ministère russe de la défense a fait savoir qu’il recevrait son premier lot de six Kamov Ka-52M Alligator au cours du premier semestre 2022. Il ne s’agira alors pas d’hélicoptères neufs mais d’anciens Ka-52 modernisés à ce nouveau standard. La Russie compte bien le proposer à l’export.

Dérivé biplace très polyvalent du Kamov Ka-50 Hokum le Ka-52 a toujours su jouir d’une meilleure image de marque. Il faut dire que l’appareil est plus rustique tout en étant capable de mettre en œuvre une avionique et un armement au top niveau. Parmi les évolutions apportées il y a notamment un meilleur système d’acquisition des cibles, permettant au Ka-52M d’accrocher des objectifs de jour comme de nuit, y compris lorsque la météo est des plus mauvaises. La protection électromagnétique a aussi semble t-il était améliorée.
Beaucoup de données restent floues, la Russie étant championne du monde de la désinformation. Ce qui est sûr par contre c’est que toutes les améliorations apportées sont le fruit du retour d’expérience de l’engagement militaire russe aux côtés de la dictature syrienne.

Niveau armement la base de ce Kamov Ka-52M résident dans deux types de missiles. Le premier est le 9K121 Vikhr (alias AT-16 Scallion pour l’OTAN) à guidage laser destiné à la destruction des chars d’assaut et des embarcations légères. La Ka-52M est annoncé pour un emport de huit à douze de ces missiles. L’autre principal est le Kh 29 (ou AS-14 Kedge pour l’OTAN) doté d’une portée d’environ 30 kilomètres et permettant des frappes contre des cibles durcies. C’est un missile habituellement disponible sur des avions comme le Sukhoi Su-24 Fencer ou le Su-34 Fullback. Deux de ces missiles peuvent être gréé sur l’hélicoptère.
En dehors de cela l’armement du Ka-52M est très classique en Russie : roquettes de 80mm et 122mm en paniers et un canon de calibre 23mm à grande cadence de tir.
Une inconnue cependant subsiste. Depuis l’an dernier une forte rumeur existe, entretenue par les médias russes, selon laquelle le Ka-52M serait apte à l’emport et au tir de deux missiles Kh 59M (ou AS-18 Kazoo pour l’OTAN) donnant à l’appareil une capacité de frappe par missile de croisière.

Quoiqu’il en soit il semble bien que la Russie dispose enfin d’un hélicoptère de combat digne de ce nom, capable de prendre la relève des vieux Mil Mi-28 Havoc soviétiques de première génération.

Après avoir accepté au service ces six premiers Ka-52M la Russie pourra se pencher sur l’export, le marché qui fait grandement défaut à son hélicoptère. En effet en dehors de la quarantaine d’exemplaires achetée par l’Égypte le carnet demeure vide. On sait pourtant que des pays comme l’Algérie, la Biélorussie, ou encore la Syrie le considèrent comme le nec plus ultra pour leurs forces. Reste à savoir si son prix permettra aux finances de ces pays d’investir dans un tel monstre de guerre.

Photo © Keypublishing.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Superbe machine !
    Y a pas à dire, les Russes ont un talent certains pour faire dans du rustique mais du efficace.
    Avec un design qui plaira ou non, personnellement j’adore, mais qui ne laissera jamais indifférent !
    Merci pour vos articles, j’en ai appris énormément sur l’arsenal Russe (autant que de l’OTAN d’ailleurs).
    Fly Safe!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom