Trois semaines déjà que les Américains nous jouent le refrain de la guéguerre dans le Golfe arabo-persique, ou plutôt à ses portes. Alors que le porte-aéronefs USS Kearsarge et le porte-avions USS Abraham Lincoln, appuyés de leurs bâtiments d’escortes, font des ronds dans l’eau en mer d’Arabie le Pentagone annonce un renfort en troupe de l’ordre de 1500 soldats supplémentaires. Dans le même temps les équipages de bombardiers stratégiques B-52H Stratofortress enchaînent les missions de plus en plus près des frontières de l’Iran. Ce dernier pays par contre ne bronche que mollement et joue plutôt l’intelligente carte de la diplomatie non musclée.

Car même si le puissant porte-avions américain a été envoyé sur zone avec force de médiatisation il faut bien reconnaitre qu’il stagne depuis plusieurs jours. Tous les navires de guerre de l’US Navy déployés dans la région sont cantonnés actuellement en mer d’Arabie. Pour faire simple aucun n’a franchi le détroit d’Ormuz, sous contrôle iranien. Seuls quelques rares Boeing P-8A Poseidon se hasardent t-ils à survoler le secteur, se gardant bien de ne pas sortir du corridor de l’espace aérien international. En outre leurs transpondeurs sont en permanence en fonction. Il ne s’agirait pas de voir débouler la chasse iranienne à proximité d’un biréacteur américain de patrouille maritime.

Boeing EA-18G Growler en opération depuis l’USS Abraham Lincoln.

Alors les pilotes de la chasse embarquée américaine font eux aussi des ronds… au-dessus de l’eau. Et pour eux l’interdiction de s’approcher du détroit semble clair. Les observateurs présents dans la région, dépêchés par plusieurs ONG, n’ont pas vu le moindre avion d’arme frappé de l’étoile américaine sillonner le ciel. Les Boeing EA-18G Growler et F/A-18E/F Super Hornet n’approchent pas, pas plus que les Northrop-Grumman E-2D Hawkeye.
Pour autant ils volent beaucoup. Sans doute réalisent t-ils là quelques vols d’entraînement en prévision d’une décision présidentielle d’aller en découdre avec la république islamique.

Par contre leurs collègues de l’US Air Force eux maintiennent la pression sur l’Iran. Leurs bombardiers lourds Boeing B-52H Stratofortress et leurs chasseurs multirôles Lockheed-Martin F-35A Lightning II volent au plus près de l’espace aérien de Téhéran, sans bien entendu jamais le violer. Il ne s’agirait pas de déclencher une guerre sans qu’elle ait été à l’initiative expresse de Donald Trump.
Ce mardi 21 mai 2019 un B-52H Stratofortress a même participé à une mission aux côtés de quatre Dassault Aviation Mirage 2000-5EDA qataris. Les avions ont survolé le golfe arabo-persique, flirtant même avec un navire iranien. Certaines sources parlent d’une frégate de classe Moudge.

Une série de missions de plus pour l’inébranlable bombardier américain.

Et l’Iran justement ? Bah rien. Ou presque rien. Certes elle hurle au scandale et à l’agression gratuite mais ne semble pas prête à la moindre riposte. Et c’est tout à son honneur. En fait Téhéran joue bien plus la partition bien connue de la diplomatie faisant intervenir ses partenaires européens qui sont par ailleurs les alliés des États-Unis que celle de la surenchère militaire. Objectivement son aviation militaire déliquescente serait balayée en quelques heures face à la puissance de feu de l’arsenal américain. Et ce n’est donc pas pour rien si aucun navire de guerre ne battant pavillon allemand, britannique, espagnol, ou encore français ne se trouve sur zone. Les Américains sont seuls dans cette guerre, leurs alliés ne les soutiennent pas ; même pas au niveau logistique.

Alors jusqu’à quand la mer d’Arabie et les abords du détroit d’Ormuz serviront de scène à cette pathétique représentation théâtrale entre Trump et l’Iran ? En attendant à travers toutes ces gesticulations au moins les pilotes de l’US Air Force et ceux de l’US Navy volent, c’est déjà ça.

Photos © US Department of Defense.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Au moins les américains protègent le monde contre la menace islamiste, je ne comprends pas arnaud pourquoi tu les critiques. Ils en font 1000 fois plus que macron, c’est ça qui te gène?

    • La menace islamiste iranienne ? S’il y en a une c’est de l’autre côté du golfe, l’Arabie Saoudite, grand allié dès sa depuis 1945 et aux relations disons « ambiguës » avec les groupes djihadistes Al Qaeda et Cie.
      L’Islam iranien ne menace personne et ne joue pas la carte du djihadisme et du terrorisme.
      Par contre oui, ils veulent contrôler leur pétrole et le vendre à qui ils veulent, y compris les Chinois.
      Si les usa sont seuls dans cette histoire, c’est que leurs alliés européens sont excédés par ce comportement de matamore alors que le marché iranien est prometteur et que l’iran a bien respecté l’accord sur le nucléaire.

        • La branche armée du Hezbollah (car c’est aussi un parti politique qui siège au parlement libanais) ne cible pas les civils par des actions terroristes, donc ce n’est pas un groupe terroriste, malgré le fait que les usa, Israël et l’Arabie saoudite les qualifient de tels puisqu’ils sont ennemis.

      • Néanmoins l’Iran soutien fortement le Hezbollah dont la branche armée est considérée comme une organisation terroriste par l’union européenne et d’autres pays occidentaux.

  2. Bien au contraire, déstabiliser l’Iran serait le plus beau cadeau à faire aux fondamentalistes religieux! Les américains agissent ici comme des ânes…

    • C’est précisément ce qu’il cherchent pour provoquer une réaction et bombarder, les forces aériennes iraniennes seraient facilement détruites comme le dit Arnaud, mais après ? Cela ne suffira pas pour faire plier l’iran et il est hors de question d’envoyer des marines débarquer sur le terrain, car une telle guerre serait ingagnable face à un pays 4 fois plus’peuplé, plus solide et bien plus grand et montagneux que l’irak!
      C’est donc un gros coup de bluf idiot qui ridiculise les usa.
      L’arme économique semble plus efficace, mais je ne sait pas si les russes ne peuvent pas desserrer l’etaux du blocus par la Caspienne pour exporter le pétrole iranien vers la Chine par exemple,

  3. Pendant que la Navy « fait des ronds dans l’eau », l’Arabie Saoudite mobilise ses alliés contre l’Iran: https://fr.euronews.com/2019/05/31/l-arabie-saoudite-mobilise-tout-azimut-contre-l-iran . Donc ce n’est pas rien. Israël est d’ailleurs un allié objectif pour sévir contre l’Iran. Avec l’US Air force qui frôle l’espace aérien Iranien avec des B-52 escortés, la tension est forte. D’un certain point de vue, ne pas s’avancer au delà du Détroit d’Ormuz est militairement justifié car le jour où on frappe, si les les Iraniens sont pratiquement désarmés dans les airs, les mines et les missiles iraniens sont un risque pour la flotte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom