L’avion de ligne américain ne vole désormais donc plus au sein d’aucune compagnie aérienne européenne. Ce dimanche 10 janvier 2021 le transporteur à bas coût espagnol Volotea a officiellement retiré du service ses dix-neuf Boeing 717-200. Pour mémoire cet avion de ligne était en fait feu le McDonnell-Douglas MD-95, et donc un très lointain descendant du légendaire Douglas DC-9 des années 1960/1970. Désormais l’avion de ligne n’opère plus qu’en Australie et aux États-Unis.

Aménagés pour transporter 134 passagers sur une distance de 3800 kilomètres les Boeing 717-200 étaient jusque là des avions parfaitement adaptés aux vols de la compagnie espagnole Volotea. Bien que celle-ci soit spécialisée dans les liaisons commerciales régulières à bas coût elle assure également des vols charters au profit de tour-opérateurs allemands, espagnols, ou encore français. Et pour ces derniers cet avion était vraiment idéal, comme le fut longtemps son prédécesseur le McDonnell-Douglas MD-83/MD-87.

Car le Boeing 717 n’a jamais été conçu par l’avionneur de Seattle. Il est le fruit des travaux des designers et ingénieurs de McDonnell-Douglas qui cherchaient à donner naissance à un ultime descendant de la saga des mono-couloirs issus du mythique Douglas DC-9. Après le demi-échec du MD-90 ils fondaient beaucoup d’espoirs dans ce MD-95 qui n’eut jamais l’occasion de voir le jour, McDonnell-Douglas étant racheté par Boeing.
C’est ainsi que ce MD-95 fut produit en série comme Boeing 717. Et le constructeur ne mit jamais beaucoup de cœur à l’ouvrage pour le vendre car il entrait en concurrence direct avec son 737 Next Generation. D’ailleurs le 717 ne fut produit qu’à 156 exemplaires de série, entre 1998 et 2006.

Et jusqu’à ce mois de janvier 2021 Volotea était son dernier utilisateur européen avec dix-neuf machines en dotation. C’est donc désormais terminé. Les avions retirés du service ont été stockés, on ignore s’ils seront revendus sur le marché de seconde main ou envoyés à la casse. Le transporteur espagnol a fait le choix du «tout Airbus» avec une flotte aujourd’hui composée de vingt A319. Quelques parts Volotea y perd un peu de son charme, de cet exotisme que cet avion américain si rare représentait.

Si en 2021 vous voulez encore voir voler des Boeing 717-200 il faudra vous rendre en Australie ou aux États-Unis car c’est là-bas qu’ils opèrent, principalement pour des vols intérieurs.
Le principal utilisateur demeure Delta Air Lines avec soixante-cinq machines encore en dotation. Elles doivent être retirés du service entre le second semestre 2024 et le premier semestre 2026, une fois que les Airbus A220-300 commandés leur auront tous été livrés. Ensuite vient Qantas Link qui assure avec des vols intérieurs australiens. Le remplacement de ces vingt avions n’est pas à l’ordre du jour. Enfin avec dix-neuf exemplaires la troisième et dernière compagnie est Hawaiian Airlines qui emploie ses 717-200 pour des liaisons entre les différentes îles du Pacifique. Là encore leur fin de carrière est programmée, pour fin 2024 cette fois une fois les dix-huit Airbus A321 Neo commandés livrés.
On remarquera que les deux compagnies aériennes américaines qui l’utilisent encore ont fait, comme Volotea, le choix d’Airbus pour remplacer leurs 717-200. Hasard ou coïncidence ?

Une architecture générale qui trahit totalement les origines du Boeing 717.

Il semble que Volotea ait proposé au Museo del Aire de Madrid de recevoir un de ses Boeing 717-200 aux fins de préservation. Ça aurait du sens quand on sait feue la compagnie Aerolíneas de Baleares devenue ensuite Quantum Air mais aussi la regrettée Spanair utilisèrent aussi ce biréacteur américain. Comme quoi plus qu’ailleurs en Europe il se plaisait dans la péninsule ibérique.

Photos © Wikimédia Commons.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. C’est aussi la fin des avions avec les réacteurs à l’arrière.
    Avec la disparition simultanée des quadriréacteurs, la monotonie s’installe un peu plus dans le ciel…

  2. J’ai eu a de nombreuses reprises l’occasion de le voir sur l’aéroport de Grenoble Isère en période d’hiver. J’adore cette livrée style serviette vichy.

  3. Les Boeing 717 d’Hawaiian Airlines sont uniquement utilisés pour les courts vols à fréquence élevée entre les îles de l’archipel hawaïen. J’ai eu la chance de voler à quelques reprises à bord de ces appareils bien adaptés à ce genre de mission. Aucune décision n’aurait encore été prise quant au type d’avion qui va prendre la relève de ces 717. Les Airbus A321Neo seront plutôt utilisés pour les liaisons entre l’archipel et le continent.. Pour le remplacement des 717, Hawaiian Airlines envisagerait des A220 ou des Embraer E2-Jet. La décision risque toutefois d’être reportée dû à la crise du Covid19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom