L’une des particularités de la période pandémique que le monde traverse c’est qu’elle restreint grandement l’activité des patrouilles de présentation. Et en Russie les célèbres Russian Knights n’y font pas exception, leurs Sukhoi Su-30 et Su-35 ont vu leurs heures de vol fondre comme neige au soleil. Résultat désormais leurs pilotes reviennent à leur cœur de métier : la chasse. Une situation impensable il y a encore quelques mois et qui pourrait donner des idées ailleurs dans le monde.

Toute l’élégance du Flanker-C.

La Russie est comme toutes les nations qui possèdent une patrouille de présentation : elle ne peut pas l’entretenir pour rien ou presque rien. Car actuellement les occasions de représentations sont proches du néant, le coronavirus et sa propagation galopante interdisant les rassemblements festifs. Aussi les Russian Knights en sont réduits à s’entraîner encore et encore, bien plus qu’à l’accoutumé. Un pilote de présentation en général quand ça n’éblouit pas le public ça s’entraîne. Sauf que là le public, il n’y en a pas.

De ce fait le ministère russe de la défense a grande réduit les heures de vol des pilotes des Russian Knights, à moins qu’ils mettent leurs avions à profit. Entendez par là qu’ils s’en servent pour des missions défensives. Pas question cependant d’expédier tout ou partie des huit Sukhoi Su-30SM et des quatre Su-35S en Crimée ou aux abords des états baltes afin d’aller se frotter avec les forces atlantistes.

Non en lieu et place les Russian Knights servent de plastrons volants dans des exercices de défense aérienne. Au choix, suivant le profil de missions, ils remplissent le rôle du défenseur ou de l’attaquant. Ainsi ce jeudi 4 février 2021 ils ont joué les gentils, devant intercepter un avion évoluant à moyenne altitude au-dessus de la région de Lipetsk, dans l’ouest du pays. Deux Su-30SM des Russians Knights, les Blue 32 et Blue 36, ont été chargés d’intercepter un avion de pénétration Sukhoi Su-24. Au-dessus d’une campagne russe recouverte de son manteau neigeux les chasseurs ont évolué à moyenne altitude. On était alors bien loin des figures de voltige habituelles pour cette formation d’excellence, une des meilleures au monde.

Red 53, le « méchant » du jour.

Afin de rendre l’exercice le plus crédible possible un ravitailleur en vol Ilyushin Il-78 avait été convié. Il a permis de recharger en carburéacteur aussi bien les Su-30SM que le Su-24. Ainsi les pilotes des Russian Knights peuvent se garantir des heures de vol tout en s’assurant qu’ils conservent leurs qualifications à la chasse et au ravitaillement. Par contre il faut remarquer que visuellement parlant leurs jets ne sont pas les plus discrets au monde. Magnifiques c’est sûr mais repérables de loin.

Photos © ministère russe de la défense.

Publicité

2 COMMENTAIRES

    • 100% d’accord mais de nos jours c’est devenu rarissime tant les livrées basses visibilités se sont répandues. Ou alors faut se faire intercepter par la chasse ukrainienne…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom