On sent bien que la Guardia Costiera cherche à disposer d’une flotte d’hélicoptères 100% estampillée Leonardo. Fin janvier 2021 l’état-major de la garde-côtière italienne faisait savoir qu’il entendait qu’une commande soit passée avant la fin de l’année afin de permettre le remplacement de la flotte des hélicoptères Agusta-Bell AB-412HP en service depuis une trentaine d’années. Bien entendu les hélicoptéristes américains autant qu’Airbus Helicopters n’ont aucune chance sur ce coup là ! La balle est désormais dans le camp du gouvernement italien qui cherche sans arrêt à faire des économies…

En fait malgré toutes ses qualités l’Agusta-Bell AB-412HP, appelé Koala dans la garde-côtière italienne, est un mal-aimé. Tout remonte au 17 octobre 2001 quand l’appareil codé 9-07 s’est écrasé contre une falaise dans des conditions encore obscures près de vingt ans plus tard. Les cinq personnes à bord furent tuées sur le coup alors que l’appareil revenait d’une mission de sauvetage en haute mer au profit d’un malade à bord d’un cargo pris dans la tempête. Depuis lors les gardes-côtes italiens se méfient de l’appareil, même si intrinsèquement c’est une bonne machine.

Or entre 2010 et 2019 la Guardia Costiera a reçu quatorze Agusta-Westland AW.139 beaucoup plus modernes. Pas assez cependant pour permettre d’envoyer à la retraite les cinq derniers AB-412HP. Ils ont cependant remplacer les plus anciens modèles, des AB-412SP non dotés d’un radar de recherche pas plus que d’un FLIR amovible.

Actuellement cet AW.139 est considéré comme l’hélicoptère idéal pour les gardes-côtes italiens. Cependant il y a quelques mois l’hélicoptériste Leonardo a laissé sous-entendre que l’AW.169 plus récent ferait une excellente plateforme de recherches et sauvetages en haute mer. Une petite musique que les responsables de la Guardia Costiera ont bien évidemment entendu.

À l’instar des autres gardes-côtières celle-ci assure des missions de sauvetage en mer, d’évacuation sanitaire, ou encore de contrôle des zones économiques au profit des administrations italiennes. En outre elle remplit 365 jours par an des missions à caractère humanitaire en sauvant des centaines de vies en Méditerranée : celles des migrants qui bravent tous les dangers pour tenter de rejoindre l’Europe sur des embarcations souvent de fortunes. La Guardia Costiera est considérée avec l’US Coast Guard comme la garde-côtière la plus active au monde, en raison de ces fameuses missions au profit des réfugiés.

Sur ce cliché le FLIR est bien visible sous le nez de l’hélicoptère.

Et c’est suractivité de recherches et sauvetages qui pourrait jouer en faveur du remplacement des derniers AB-412HP. Car les gardes-côtes italiens insistent sur le fait que leurs hélicoptères s’usent très vite au-dessus des flots. Reste à savoir si le gouvernement de Rome sera sensible à ce genre d’argument.

Photos © Aviopress.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom