C’est la fin d’une des plus longues patrouilles en mer pour une porte-avions américains au cours des vingt dernières années. L’équipage de l’USS Nimitz est enfin de retour aux États-Unis après presque onze mois en mer. Tandis que le bâtiment de guerre va être immobilisé pour maintenance ses aéronefs embarqués ont chacun rejoint leurs bases aéronavales de rattachement. Et pour chaque femme et homme du bord l’occasion de retrouver un peu de calme après le tumulte de la vie à bord.

Les catapultages à destination des bases aéronavales des avions embarqués à bord de l’USS Nimitz ont donc débuté à l’approche de la base navale de San Diego dans le sud de la Californie. Les chasseurs multi-rôles Boeing F/A-18E/F Super Hornet des escadrons VFA-22 Redcocks, VFA-94 Mighty Shricks, et des VFA-137 Kestrels ont rejoint leur nid commun de NAS Lemoore dans le centre de la Californie. Ensuite ce fut le tour des avions de guerre électronique Boeing EA-18G Growler de l’escadron VAQ-139 Cougars de prendre leur envol vers NAS Whidbey Island dans l’état de Washington, tout près de la frontière avec le Canada. Il en était fini des avions d’armes de l’US Navy, pouvait commencer donc la transhumance de ceux de l’US Marines Corps. Les chasseurs multi-rôles McDonnell-Douglas F/A-18C Hornet de l’escadron VMFA-323 Death Rattlers ont réalisé un saut de puce afin de rentrer à MCAS Miramar, leur base située dans la banlieue de San Diego.

Super Hornet au roulage sur le pont de l’USS Nimitz.

Comme il n’y a pas à bord d’un porte-avions américain que des avions de combat il fallait en faire autant avec les aéronefs de soutien. Les avions de guet aérien radar Grumman E-2C Hawkeye de l’escadron VAW-116 Sun Kings ont donc rejoint leur base de NAS Point Mugu situé légèrement plus au nord, mais tout de même dans le sud de la Californie. Pour l’avion de soutien logistique Grumman C-2A(R) Greyhound ce fut également un saut de puce, à l’instar des pilotes du corps des Marines. Sa base de NAS North Island se situe également dans l’aire urbaine de San Diego. Puis les hélicoptères Sikorsky MH-60R Seahawk et MH-60S Knighthawk respectivement des escadrons HSM-73 Battlecats et HSC-6 Screamin’ Indians ont eux aussi rejoint NAS North Island.

Une fois débarrassé de ses aéronefs le porte-avions a pu entrer dans la base navale de San Diego. Là une grosse partie de son équipage a quitté le bord, notamment les personnels liés aux escadrons de l’aéronavale. Au bout de quelques heures le géant des mers a repris sa route, avec un équipage minimal. Il a alors caboté jusqu’à son port base de Bremerton dans l’état de Washington tout au nord du pays. Suivi sans cesse par des avions de patrouille maritime Boeing P-8A Poseidon l’USS Nimitz a pu rentrer à bon port ce dimanche 28 février 2021. Il va désormais y rester plusieurs mois pour maintenance.

Le MH-60R Seahawk protège le porte-avions aussi bien contre les menaces sous-marines que celles de surface.

Il faut dire qu’une mission de 331 jours en mer c’est assez inédit. Et si cela a pesé sur le moral de l’équipage ça a aussi fait travailler les structures du porte-avions. L’USS Nimitz est actuellement le plus vieux bâtiment de ce genre en service aux États-Unis. Il sert depuis mai 1975. Les prévisions ne donnent pas de retour à la mer avant au plus tôt la seconde partie de l’automne 2021. D’ici là les pilotes et équipages de ses aéronefs vont enchaîner les missions du quotidien et les vols d’entraînement.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom