Officiellement l’OTAN n’a pas réagi alors que les médias estoniens ont parlé d’une grave provocation de la part de la fédération de Russie. En deuxième partie de semaine une trentaine d’hélicoptères d’appui tactique et de transport d’assaut a réalisé une série de vols à basse et très basse altitude à quelques kilomètres seulement de la frontière avec l’Estonie. Mil Mi-8, Mi-24, et Mi-28 s’exerçaient à une mission d’intrusion en territoire ennemi de jour. Les opérations étaient suivies de près par les stations radars de l’alliance Atlantique.

Le Mil Mi-24 Hind, toujours aussi impressionnant.

L’exercice s’est déroulé sur deux jours. Entre ce jeudi 20 et ce vendredi 21 mai 2021 des hélicoptères d’attaque et d’appui Mil Mi-24 Hind et Mi-28 Havoc ont soutenu des Mi-8/Mi-17 Hip de transport d’assaut. Officiellement les hélicoptères russes opéraient dans la région de Saint-Pétersbourg. Dans la novlangue étatique russe cela signifie que les aéronefs évoluaient au plus près des petits états baltes, tous trois membres de l’OTAN et de l’Union Européenne.

Pendant deux jours les équipages se sont entraînés à voler à basse et très basse altitude au-dessus de territoire faiblement urbanisés. Pas de grande ville, juste des hameaux et villages qui voyaient défiler les hélicoptères militaires dont plusieurs portaient des paniers à roquettes. Pour des raisons de sécurité les appareils engagés dans ce genre d’exercice n’emportent jamais en Russie de missile antichar. En lieu et place par contre ils disposent de réservoirs de carburant permettant d’augmenter le rayon d’action de ces machines. Cela s’est vérifié avec les Mil Mi-24 Hind et Mi-28 Havoc.

Vol en formation d’hélicoptères militaires russes, comme si vous y étiez.

Les exercices ne se sont déroulés qu’en journée, à aucun moment les hélicoptères n’ont décollé et opéré de nuit. Des formations de trois, quatre, voir six hélicoptères ont ainsi survolé les territoires de l’oblast de Pskov dans l’extrême-ouest russe. Par moment ces machines ne volaient pas à plus de dix ou douze mètres du sol.

Vue pour le moins originale d’une formation de Mi-8/Mi-17 Hip russes.

Dans quel but la Russie mène t-elle un exercice de ce genre ?
Avant tout pour s’assurer que ses équipages sont toujours capables d’opérer dans de telles conditions. Des pays comme les États-Unis, la France, ou le Royaume-Uni réalisent des manœuvres très similaires. Ensuite il est impossible de ne pas voir là une démonstration de force vis à vis de l’alliance Atlantique et des peuples baltes. Sinon pourquoi le faire aussi près de leurs territoires ? Quoi qu’il en soit la Russie a réussi son coup : aucun accident n’a été enregistré et les images montrent des hélicoptères évoluant en formations assez serrées. On remarquera au passage que le Mil Mi-28 Havoc s’inscrit de plus en plus comme l’hélicoptère de combat numéro 1 en Russie devant le Mi-24 et le Kamov Ka-50/Ka-52.

Photos © ministère russe de la défense.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom