C’est indubitablement un des avions de transport les plus célèbres de l’histoire aéronautique soviétique. Le monomoteur Antonov An-2, alias Colt pour l’OTAN, sert aujourd’hui encore un peu partout dans le monde ; et c’est notamment le cas au Kazakhstan. Or ce jeudi 22 juillet 2021 en plein salon MAKS 2021 Kazakhs et Russes ont annoncé avoir trouvé un accord afin que ce pays entre au capital de l’entreprise Baïkal Engineering qui développe actuellement un remplaçant au vénérable biplan. Le futur avion est pour l’instant connu sous la désignation temporaire de LMS-901.

En cet été 2021 une dizaine d’Antonov An-2 Colt vole encore au sein des services étatiques kazakhs. Des avions qui assurent principalement des missions de liaisons, de transport léger, et de soutien aux activités agricoles. On est bien loin du parachutage de troupes des origines de cette machine révolutionnaire.
Pourtant aussi robuste que soit ce biplan il vieillit très mal. Les pièces de rechange deviennent de plus en plus difficiles à trouver et onéreuses à acheter. C’est pourquoi comme d’autre le Kazakhstan lui cherche un successeur.

Et il semble que ce soit chose faite avec un petit avion encore aujourd’hui en phase de développement mais qui a déjà passé les testes en soufflerie : le Baïkal Engineering LMS-901. Ce rustique monomoteur à aile haute et train classique fixe sera construit en grande partie en aluminium mais également en matériaux composites. D’ores et déjà le groupe russe Baïkal Engineering envisage le proposer sous deux motorisations différentes : un très académique turbopropulseur fourni pour le motoriste américain General Electric ou bien un moteur électrique encore à définir.
Sauf que l’entreprise russe piétine.

C’est là que le Kazakhstan entre en jeu. Les très bonnes relations diplomatiques entre Noursoultan et Moscou ont favorisé un rapprochement entre Baïkal Engineering et le consortium d’état Kazakhstan Aerospace Industries. KAI (à ne pas confondre avec le célèbre Korean Aerospace Industry) a décidé d’acquérir 20% de la société russe entrant ainsi dans son conseil d’administration et pouvant ainsi influencer le développement économique et industriel du LMS-901.

Dorénavant Kazakhs et Russes envisagent plus sereinement l’avenir de leur (désormais commun) LMS-901. L’avion aura tout de même fort à faire pour essayer de remplacer l’An-2 Colt. Tous ceux qui s’y sont essayé avant lui s’y sont cassés les dents.

Photo © Alfred Fartknocker.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom