EMASOH, pour European led Maritime situation Awareness in the Straight Of Hormuz, c’est ainsi que se nomme la présence européenne dans le détroit d’Ormuz. Son volet militaire appelée opération Agénor est sans doute mieux connu car déployant sous la bannière de l’Union Européenne des moyens de combat maritime lourds, sur les eaux autant que dans le ciel. Et en ce début de mois de juillet 2021 l’avion français de patrouille maritime Dassault-Breguet Atlantique 2 a fait son grand retour dans la région. Il est accompagné de la frégate anti-sous-marine Languedoc.

Depuis quelques années on avait plutôt pris l’habitude dans la région de voir les Dassault-Breguet Atlantique 2 de la Flottille 23F survoler les immensités arides des territoires irakiens et syriens à la recherche de groupes terroristes djihadistes. Ils sont revenus à leurs premières amours !
C’est donc au-dessus du très stratégique détroit d’Ormuz que l’avion va dans ces prochains jours patrouiller.

À cheval sur trois pays (Émirats Arabes Unis, Iran, et Oman) le détroit d’Ormuz est capitale pour le commerce mondiale et en premier lieu pour le transport maritime de pétrole brut vers l’Amérique du nord et l’Europe occidentale. C’est suite aux pressions exercées par les forces navales de la république islamique d’Iran, et afin d’éviter une nouvelle escalade de la part des États-Unis, que l’initiative EMASOH fut créée par l’UE. Agénor est donc son bras armé.
Diplomatiquement parlant Téhéran préfère voir les Européens assurer la sécurité du domaine maritime du détroit plutôt que les Américains.

Ainsi au printemps puis à l’automne 2020 la Marine Nationale avait déjà déployé la Flottille 23F et un de ses Atlantique 2 afin d’assurer le contrôle aérien du trafic maritime dans la zone. Il est actuellement de retour. En coopération avec les navires de guerre européens, dont la frégate anti-sous-marine française Languedoc, l’équipage du bimoteur à turbopropulseurs va servir d’œil volant.
Pas question cependant de tirer charge de profondeur, torpille, ou missile Exocet l’Atlantique 2 n’a qu’un rôle de surveillance et d’observation. Pour cela son FLIR rétractable est redoutable. Il permet d’identifier de jour comme de nuit n’importe quelle embarcation à plusieurs kilomètres de distance.

Et les États-Unis dans tout ça ? Si l’administration Trump eut du mal à reconnaitre une quelconque légitimité aux forces aériennes et navales européennes dans la région il en est tout autrement de sa remplaçante. Restant cependant vigilante l’administration Biden s’est engagé à faire redescendre la pression contre la république islamique. Ou tout du moins sur la question du détroit d’Ormuz.

Atlantique 2 de la Marine Nationale déployé dans le cadre de l’opération Agénor.

La présence de la frégate Languedoc aux côtés de l’Atlantique 2 démontre que les amiraux en charge d’Agénor veulent aussi connaître les mouvements sous la surface. L’Iran est réputée en effet pour faire circuler ses sous-marins d’attaque de classe Kilo et ses sous-marins de poche de classe Ghadir. Notez que ces submersibles sont dans leur bon droit tant qu’ils demeurent dans les eaux territoriales iraniennes.
Un jeu du chat et de la souris risque donc de s’engager entre les marines françaises et iraniennes dans la région. Qui aura le plus souvent le dessus sur l’autre ? Sans doute ne le saurons-nous jamais.

Photos © Marine Nationale.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Je me permets de modérer un peu les propos de Maxx,
    Non seulement l’ ATL2 est une formidable plateforme de reconnaissance et de renseignement maritime et terrestre (océan, désert….), en plus d,être un excellent chasseur de sous-marins, mais c’est aussi un bel avion ! Et comme disait Marcel Dassault  » un bel avion, est un avion qui vole bien » . Je confirme les qualités aéronautiques ( agilité , stabilité, robustesse…), mais aussi cette sensation de puissance et de bestialité que dégage cet avion, lorsqu’il vous passe 50 m au dessus de votre tête, qui le rend « beau » et « impressionnant ».
    Évidemment, cela reste subjectif, mais c’est l’avis du passionné d’aviation qui le côtoie tous les jours.
    Bibliographie : « Patrouilleurs du Désert , Avec les équipages des Breguet Atlantic et Atlantique 2 (1977-2020) » par le Capitaine de Frégate Jean Marc Molina – Éditions Ardhan, 2020, 152 pages, 22 €.- (20.90 € sur site E.Leclerc)
    Bonne soirée,

  2. L’ATL2 est un appareil au top notamment dans standard 6. Il fait le job depuis 30 ans. Sa polyvalence en fait un avion indispensable. Il a un physique pas facile mais c’est ça mission qui veut cela. Cela va changer pour son remplaçant.
    Le Falcon 10X est la réponse parfaite au besoins de notre armée. D’ailleurs la comparaison avec le Poséidon ou un Airbus MPA n’est pas forcément adaptée. Déjà le Poséidon est tiré d’un avion de ligne et son gabarit est surdimensionné pour nos besoins. De plus il dispose de moins de capacités tactique. Au niveau maniabilité, il est clairement moins véloce. Son rapport poids/puissance est en dessous des besoins: 0.25 contre 0,34 pour le 10X. Les CDVE DFCS du 10X sont également le nec plus ultra. Sa cabine spacieuse de 20m de long (compartiment toilette/bagages compris) est aussi grande que l’ALT2. La capacité de 4 points d’emport + soute conforme (d’après certaines indiscrétions) permettra une belle capacité d’armements. Quant à l’autonomie, ces 23T de carburant permettrait au max 15h d’autonomie. Tout cela en fait un appareil parfaitement adapté à la patrouille maritime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom