L’Afghanistan est tombée, à moins d’être totalement troglodyte vous l’aurez toutes et tous compris. Désormais une des craintes majeures des services de renseignements américains et européens est l’arsenal afghan tombé sous le contrôle de ce régime islamiste ultra radical. Et c’est notamment autour de la question des près de 200 hélicoptères militaires du pays que se focalisent les interrogations. Le gros des avions a lui réussi à fuir vers l’Ouzbékistan tandis qu’une partie aurait été saboté par ses propres équipages ou mécaniciens.

Au cas où ça aurait échappé à certains : l’Afghanistan dispose d’hélicoptères de facture américaine.

Selon plusieurs analyses internationales dix à douze Embraer A-29 Super Tucano et dix à onze Cessna AC-208 Caravan auraient donc réussi à passer la frontière ouzbèke. Plusieurs sources font d’ailleurs état d’un Super Tucano perdu, dont l’origine du drame n’est pas claire : abattu par la DCA locale, accidenté suite à un accrochage avec un intercepteur ouzbèke, ou simplement crashé par erreur. Il est désormais aussi fait état de deux Cessna 182 d’entraînement et de deux Pilatus PC-12NG de transport léger et d’évacuation sanitaire.

L’inquiétude réside donc surtout autour des voilures tournantes. Juste avant le début de la guerre de reprise du pays par les talibans la force aérienne afghane disposait de près de deux cents hélicoptères aussi bien dédiés aux missions d’attaque et d’appui, que de reconnaissance armée et d’observation, ou encore de transport d’assaut et de recherches et sauvetages au combat. Là encore plusieurs semblent avoir réussi à gagner l’Ouzbékistan, considéré par les officiers et soldats afghans comme un El Dorado à l’abri de la menace talibane.
Cinq des huit Mil Mi-25/Mi-35 Hind et quatre des soixante-cinq MD Helicopters MD-530F Defender afghans ont donc quitté le pays. Ces modèles sont ceux qui représentent le plus de risque de par leur arsenal totalement tourné vers l’attaque, l’appui tactique, et la lutte antiterroriste. On considère désormais aussi que seize à dix-neuf des quatre-vingt-quinze Mil Mi-17/Mi-171 Hip et cinq des vingt Sikorsky UH-60A/L Blackhawk afghans ont suivi le même chemin. Ça fait tout de même très peu de machines qui n’auraient donc pas été capturées par les nouveaux maîtres du pays.
Une autre inconnue c’est la douzaine de vieux hélicoptères Bell UH-1H Iroquois et HAL Cheetah qui était encore en état de vol avant la prise de pouvoir des talibans. Sont t-ils tous tombés aux mains de l’ennemi ? On ne le saura sans doute pas avant de longues semaines.

Les Mil Mi-17 et Mi-171 russes forment l’ossature du transport d’assaut afghan.

Vous l’aurez sans doute compris à la lecture de l’article nous sommes tous globalement encore dans l’expectative. Malgré de solides recoupements de sources il est impossible d’être catégorique quant à la situation des aéronefs militaires en Afghanistan. C’est pourquoi cet article a principalement été écrit au conditionnel. Nous vous prions de nous excuser si vous ne le trouver pas assez clair et précis.

Photos © US Department of Defense.

Publicité

14 COMMENTAIRES

    • Vision totalement ethnocentrée. Les talibans ne sont pas plus bêtes que d’autres, ils sont capables de faire voler leurs hélicoptères. Et pour ce qui est de l’entretien, ne vous en faites pas Yvan ils ont le soutien du Pakistan qui peut leur former des mécanos.

      • Arnaud , ce n’est pas à celà que je pensais…… mais à quelques GBL bien placées…!!!et celà au 1ier « pet de travers  » de ces talibans NG (auquels je ne crois pas un seul instant , c’est vrai…!!)

    • On sait que le Pentagone a fait évacuer certains personnels techniques afghans, il est envisageable que des pilotes soient parmi eux. Après il ne faut pas être manichéen et se dire du coup que des pilotes et mécanos vont de toutes manières se retrouver dans les rangs talibans.

    • Bonjour,
      Un petit rapprochement historique qui peut éclairer sur la suite.
      1979 : révolution iranienne; l’armée de l’air iranienne avait alors reçu 79 F14 Tomcats, ce qui se faisait technologiquement de mieux à l’époque. Le seul client étranger du tomcat, donc pas moyen de se payer à l’étranger des pilotes mercenaires ou techniciens pour entretenir et utiliser une telle flotte.
      Puis, guerre Iran-Irak (grosse consomatrice d’avions et de pilotes), embargos multiples et variés… toujours est-il que 40 ans plus tard il reste encore quelques tomcat en état de vol en Iran (combien précisément et dans quel état opérationnel, mystère, mais bon, il y en a toujours qui volent).
      Donc, non seulement un état sous embargo, sans possibilité de se payer des techniciens ou pilotes étrangers ni de se ravitailler en pièces, a pu maintenir une partie de sa flotte, mais cet état a, en plus, probablement pu former ses propres technicines et pilotes… (je doute que les pilotes formés aux USA pour le Shah il y a 45 ans soient encore opérationnels…).
      On risque d’entendre parler longtemps des hélicoptères de combat talibans.

  1. Les hélicoptères qui ont fuit en Ouzbékistan et au Tadjikistan augmenteront leur forces aériennes mais étant donné leur proximité avec Moscou,ils pourrait donner gratuitement des hélicoptères américains à la russie qui pourrait en tirer de leur technologie.

    Sur les Talibans il n’ont pas encore le personnel et le matériel nécessaire pour faire voler des aéronef étant donner que certains sont partie chez les voisin du nord et certains membres du personnel ont été évacués

    Impossible pour les talibans de s’en servir à moins qu’ils demande une assistance technique du pakistan de l’iran ou même de la russie et la chine qui veulent normaliser leur relation.

      • Je ne sais pas vraiment mais les talibans n’ont pas la formation pour entretenir c’est aéronef et les faire voler à moins qu’ils ait une assistance technique du Pakistan avec qui ils ont en bonne entente.

        C’est aéronef ne vont pas être utilisé de si tôt car les pilotes et le personnel sont partie de l’armée de l’air afghane sont parti ou ont été tuer par les talibans.

        • Visiblement IDA est dans le secret des dieux. Rien ne vous permet actuellement de supposer que les talibans n’ont pas la formation pour entretenir et faire voler des hélicoptères. Rappelons qu’ils ont réussi à mettre en déroute une armée afghane totalement formée par les meilleurs militaires du monde.

    • le matériel payé par les USA ayant fuit en Ouzbékistan , s’il n’est pas reclamé et rendu au nouveau gouvernement afghans, restent la propriété des USA, comme lors de la chute du vietnam ou le materiel sud vientamien avait été recuperé par les USA.
      Ils seront sans doute redispatché à leurs alliées.. Concernant le soit disant partage technologique il n y a pas grand chose a en tirer, les Blackhawk afghans sont de première generation, le reste est du materiel civil transformé.
      Concernant le personnel, il sera afghans les changement d’allegeance sont commun dans ce pays. pour memoire les Talebs ont eu une force aérienne opérationnel compose de mig 21 et su22 après la prise du pouvoir en 1995. de même que les plus grand chefs de guerre ont possédé de façon opartiennel mi17- 24, mig21, SU22 et L-39 issu de l’AAF.

  2. Je ne me fais malheureusement aucun soucis sur le fait que le talibans ont ou trouveront des mécanicien et pilote. Soit dans l’armée locale soit sur le marché des mercenaires.

    La comparaison avec l’Iran concernant les pièces détachées me semble inopportune car l’Iran avait une industrie mécanique importante ce qui n’est pas le cas de l’Afghanistan. Ils leur faudra trouvé des pièces sur le marché parallèle ce qui sera plus cher et plus difficile mais pas impossible..

    Ensuite la question est de savoir contre qui ils envisageraient d’utilisé ces voilures tournantes.

    Wait and see.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom