C’est le début du grand retour des États-Unis sur un segment de marché trop longtemps laissé à la main des Européens. Ce mardi 23 novembre 2021 le premier prototype du Beechcraft Denali a réalisé son vol inaugural durant un peu moins de trois heures. Il s’agit désormais pour le groupe aéronautique Textron de lancer la phase de tests de cette machine civile avant une certification attendue pour la mi-2023. Il utilise le turbopropulseur de nouvelle génération General Electric Catalyst annoncé plus éco-responsable.

Pour les plus fidèles de nos lectrices et lecteurs ce Beechcraft Denali n’est pas une vraie nouveauté en soi, nous vous l’avions brièvement présenté l’été dernier. Il s’agit, pour mémoire, d’un avion d’affaire léger, animé par un seul turbopropulseur, et destiné à accueillir entre sept et neuf passagers. Ça vous dit quelque chose ? C’est normal c’est le segment de marché des Daher-SOCATA TBM900/TBM940 français et Pilatus PC-12NGX suisses.
Un secteur dans lequel les avionneurs d’outre-Atlantique n’ont jamais été réellement chanceux. Hormis quelques dizaines de Piper PA-46-500TP Malibu Meridian vendus sur le marché intérieur des États-Unis les aventures technologiques américaines ont souvent terminées en fiasco. On se souvient de l’Epic LT construit à une cinquantaine d’exemplaires seulement entre 2004 et 2018 ou encore du Kestrel K-350 dont le développement fut annulé faute de commandes. Textron, et sa branche Beechcraft, comptent bien en finir avec cette malédiction américaine.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que le constructeur a mis le paquet : trois prototypes sont prévus ainsi que trois cellules non volantes pour les essais statiques. Beechcraft ne compte rien laisser au hasard avant la certification de type espérée d’ici un an et demi. Il faut préparer au mieux le Denali avant son passage entre les mains des ingénieurs d’essais de la FAA, la Federal Aviation Administration.
Ce premier vol s’inscrit dans ce sens. L’avion a décollé en début de matinée depuis le centre technique Textron de Wichita au Kansas, où il est né. Entre les mains de Peter Gracey en position de pilote et Dustin Smisor comme copilote l’avion a dépassé la vitesse de 330 kilomètres heures, en réalité il a atteint un peu plus puisque 180 nœuds. Les deux pilotes d’essais ont permis durant les 170 minutes de vol que le Denali atteigne l’altitude de 15600 pieds, soit 4755 mètres. L’ultramoderne turbopropulseur General Electric Catalyst a été scruté de près mais n’a jamais failli. De l’avis même de l’avionneur ce vol inaugural fut un succès technologique.

Désormais les heures de vols d’essais mais aussi de tests statiques vont s’enchaîner. Car pendant que Beechcraft peaufine son nouvel avion Daher-SOCATA et Pilatus enchaînent les contrats, y compris en Amérique du nord. Une inconnue demeure cependant : le Denali pourrait t-il un jour séduire l’US Department of Defense et donc connaitre une carrière militaire ? Seul l’avenir nous le dira.

Photo © Textron.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom